Comprendre le marché boursier

Si la croissance est votre objectif de placement à long terme, vous voulez probablement que votre portefeuille comporte un volet d’actions. Et si, comme la plupart des Canadiens, vous détenez des parts en actions d’un fonds commun de placements ou d’un fonds négocié en bourse, avez un régime de retraite d’employeur ou cotisez au Régime de pensions du Canada (RPC), vous investissez déjà dans le marché boursier, ne serait-ce qu’indirectement. Toutefois, la gestion d’un portefeuille d’actions individuelles est différente. Vous devez choisir les actions, effectuer vos recherches et acheter ou vendre les titres par vous-même.

Si vous êtes un néophyte des placements en actions, cela peut être un peu intimidant vu la quantité de nouveaux systèmes et la terminologie à assimiler. C’est là que le savoir-faire et les bons outils sont utiles.

Qu’est-ce que le marché boursier?

Le marché boursier est un système de marché dans lequel les actions, les produits de base et les fonds négociés en bourse sont achetés et vendus (ou « négociés »). Le marché boursier compte un certain nombre de « bourses » où les vendeurs et les acheteurs d’actions peuvent interagir. La Bourse de Toronto (TSX), la Bourse de New York (NYSE) et le Nasdaq sont des exemples de bourses.

En quoi les actions consistent-elles?

Les sociétés vendent des actions (aussi appelées « titres de participation ») dans le but de mobiliser des capitaux pour exercer leurs activités, financer leur croissance et leur expansion ou mettre à niveau leur équipement et leur technologie. La partie du bilan d’une société qui est financée par les actionnaires est désignée sous le nom de « capitaux propres ».

En contrepartie de votre apport, vous recevez, en votre qualité d’actionnaire, une participation dans la société; cela vous confère un droit à l’égard de ses résultats futurs. La première fois qu’une société émet des actions à l’intention des investisseurs, elle effectue ce qu’on appelle un premier appel public à l’épargne (PAPE). Après cette première vente au public, les actions peuvent facilement être négociées – achetées et vendues – parmi les investisseurs. La raison d’être des bourses et des maisons de courtage consiste à faciliter ces opérations et à maintenir un marché efficient, rapide, précis et rentable pour les actions et les valeurs mobilières connexes.

Pour en savoir plus sur les placements en actions, consultez notre publication gratuite intitulée Guide d’initiation aux opérations sur actions.

Obtenir le guide

Comment une action est-elle évaluée?

La valeur de l’action d’une société est dictée par une foule de facteurs, dont la valeur de ses actifs, son niveau d’endettement, sa solvabilité, son emplacement, sa notoriété et sa réputation. Des facteurs externes peuvent également influer sur la valeur de l’action d’une société. Il peut s’agir d’événements géopolitiques, de changements réglementaires, des taux d’intérêt, des taux de change ou simplement des opinions des investisseurs sur la société, son secteur d’activité ou les marchés financiers en général.

Plus les investisseurs sont optimistes à l’égard du potentiel de croissance des bénéfices d’une société, plus ils sont disposés à payer pour obtenir une part de ces bénéfices futurs. Or, lorsque les investisseurs sont pessimistes à l’égard des perspectives d’une société, le cours de l’action baisse.

Si la société fait bien, la valeur de son action tend à augmenter. Si la société ne se porte pas bien et si ses bénéfices baissent, la valeur de son action tend à diminuer. Comme tous les placements, les actions comportent des risques. Si le cours de l’action d’une société devient inférieur au prix d’acquisition que vous avez payé et si vous vendez par la suite ce placement, vous subirez une perte. 

Si vous effectuez un placement en actions dans une société, vous espérez qu’elle sera prospère et rentable pour être en mesure d’obtenir un rendement sur votre placement. Vous pouvez obtenir un rendement de deux façons :

  • Si la société augmente ses bénéfices, les actionnaires pourraient être disposés à payer plus cher pour ses actions. Si vous vendez vos actions à un cours supérieur au prix d’achat, vous réaliserez un gain en capital.
  • La société peut également distribuer une part de ses bénéfices aux actionnaires sous forme de dividendes.

Actions ordinaires et actions privilégiées

Il existe deux grandes catégories d’actions : les actions ordinaires et les actions privilégiées. Les actions ordinaires sont les plus courantes et confèrent généralement aux porteurs de titres le droit de voter aux assemblées des actionnaires et de recevoir des dividendes versés par la société. En comparaison, les propriétaires d’actions privilégiées n’ont pas de droit de vote, mais ont plus de droits sur les actifs et les bénéfices de la société.

Catégories d’actions

Toutes les sociétés ont des moyens différents de gagner de l’argent. Certaines affichent une croissance rapide tandis que d’autres ont une approche lente et stable. Leurs actions ont tendance à être regroupées en trois catégories de base :

  • Actions de croissance Sociétés dont le rythme de croissance est plus rapide que celui de l’ensemble du marché et dont les perspectives de croissance dans un avenir prévisible sont considérables. En règle générale, ces sociétés ne versent pas de dividendes dans le but de canaliser les bénéfices vers leur expansion (pensons aux sociétés technologiques prometteuses).
  • Actions de valeur Sociétés qui semblent sous-évaluées et relativement bon marché, compte tenu de la solidité de leurs données fondamentales (p. ex., le chiffre d’affaires, les bénéfices et les dividendes). Les investisseurs qui privilégient la valeur recherchent des titres laissés pour compte et s’en portent acquéreurs avant que d’autres investisseurs entrent en scène et fassent grimper leur cours.
  • Actions de revenu Sociétés ayant l’habitude de verser un dividende périodique. Pensons aux sociétés lentes et stables qui disposent de solides flux de trésorerie, comme les entreprises de services publics (les gens ont besoin d’électricité). 

Indices boursiers

Lorsqu’ils commentent le rendement des marchés boursiers, les analystes et les chroniqueurs spécialisés citent habituellement le comportement d’un indice boursier, lequel quantifie le rendement d’un groupe, ou panier, d’actions qui est censément représentatif du rendement d’un marché boursier, d’une bourse ou d’une entité plus petite (secteur d’activité ou segment du marché).

Données relatives à trois indices boursiers 

Les indices boursiers peuvent servir d’indices de référence pour aider les investisseurs et les analystes à comparer le rendement d’un titre à celui du secteur d’activité, du groupe de pairs ou de l’ensemble du marché. Parmi les indices les plus connus, mentionnons la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles, qui mesure le rendement de 30 grandes sociétés cotées en bourse aux États-Unis, et l’indice S&P 500, qui quantifie le rendement de 500 grandes sociétés cotées en bourse aux États-Unis. Voici d’autres indices importants :

  • Indice composé S&P/TSX – mesure le rendement des actions canadiennes et comprend environ 250 sociétés.
  • Indice composé NASDAQ – mesure le rendement de plus de 3 000 sociétés cotées à la Bourse NASDAQ.
  • Indice MSCI EAEO – mesure le rendement de 21 indices en Europe, en Australasie et en Extrême-Orient.

Vous voulez recevoir des astuces pour investir directement dans votre boîte de courriel?

Inscrivez-vous ici