Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 11 mars 2022

Évolution des marchés

Actions

Les indices boursiers américains ont enregistré leur pire perte hebdomadaire en près de deux mois. Les actions ont évolué en dents de scie au cours de la semaine, l’indice S&P 500 enregistrant sa plus forte baisse en un an lundi, suivie d’un rebond marqué mercredi. Les pourparlers entre la Russie et l’Ukraine en vue de résoudre le conflit de même que l’inflation à un sommet de quatre décennies sont les facteurs qui ont le plus influencé les mouvements des marchés. Les actions asiatiques, en particulier celles des marchés émergents, ont été tirées vers le bas par une aversion au risque grandissante. En revanche, les actions européennes ont inscrit de solides rendements, portées par l’espoir d’une résolution du conflit. Ces gains surviennent cependant après plusieurs semaines de rendement négatif, et le marché européen accuse toujours un retard par rapport aux autres marchés développés depuis le début de l’année. 

Titres à revenu fixe

L’attitude beaucoup plus intransigeante que prévu de la Banque centrale européenne a fait grimper sensiblement les taux obligataires, alors que l’intensité et la persistance de l’inflation accentuaient les préoccupations.

Marchandises

Les prix du pétrole se sont repliés après des semaines de gains exceptionnels. L’évolution rapide du conflit entre la Russie et l’Ukraine continue de nuire aux marchés de l’énergie. Le prix du cuivre a chuté, les craintes à l’égard de la croissance économique minant le moral des investisseurs. 

Performance (rendement des cours)

Au 11 mars 2022

Événements macroéconomiques

Canada – Forte progression de l’emploi en février, en particulier dans les services impliquant des contacts directs avec la clientèle

L’emploi au Canada a fortement rebondi en février, la réouverture des provinces s’accélérant avec la levée des restrictions liées à Omicron. Le nombre total d’emplois a augmenté de 337 000 au cours du mois, ce qui dépasse les prévisions consensuelles de 127 000. Le secteur de l’alimentation et de l’hébergement a créé 114 000 emplois, contre 73 000 pour le secteur des loisirs et de la culture. Les deux secteurs avaient enregistré d’importantes pertes d’emplois en janvier, au plus fort des restrictions et des inquiétudes causées par la pandémie. En février, le taux de chômage a chuté à 5,5 %. Le salaire horaire a augmenté de 3,3 % sur 12 mois.

États-Unis – L’IPC atteint un sommet de quatre décennies; la hausse des prix de l’essence et les préoccupations inflationnistes grandissantes ébranlent la confiance des investisseurs

L’indice des prix à la consommation (IPC) aux États-Unis a progressé de 7,9 % sur 12 mois et de 0,8 % sur un mois en février. L’IPC de base, qui exclut les aliments et l’énergie, a augmenté de 6,4 % sur 12 mois et de 0,5 % sur un mois. Les prix de l’énergie, des aliments et des loyers ont tous atteint des sommets inégalés depuis des années. Les prix des aliments n’ont jamais été aussi élevés depuis avril 2020. L’augmentation des prix de l’énergie a compté pour environ le tiers de la hausse mensuelle globale, et le logement pour près de 40 %. L’inflation des biens s’étend maintenant aux services de base. Les pressions sur les prix des aliments et des produits de base se sont intensifiées vers la fin du mois à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a encore aggravé les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement.

L’enquête de l’Université du Michigan sur la confiance des consommateurs a donné un aperçu de la réaction des consommateurs au conflit entre la Russie et l’Ukraine. La confiance était déjà faible, et le chiffre préliminaire de 59,7 est inférieur à la prévision de 61 et en forte baisse par rapport au résultat de 62,8 le mois précédent. Les consommateurs sont très préoccupés par l’accélération de l’inflation, exacerbée par la montée des prix du carburant causée par le conflit russo-ukrainien. Les attentes d’inflation pour l’année à venir sont à leur plus haut depuis 1981.

International – Le Congrès national du Peuple chinois présente son plan de croissance économique pour 2022; les exportations de la Chine montent en flèche; l’IPC de la Chine est resté modeste; la production industrielle allemande bondit

Le Congrès national du Peuple chinois a tenu son assemblée annuelle au cours de la semaine. Les principaux objectifs énoncés incluent la préparation de l’économie à une expansion soutenue en 2022, la création d’emplois jugée prioritaire et l’amélioration du bien-être social. Le gouvernement a annoncé une cible de croissance d’environ 5,5 % pour 2022. Bien qu’inférieur à la croissance de 8,1 % enregistrée en 2021, cet objectif est quand même jugé ambitieux et nécessitera d’importants programmes de dépenses budgétaires. La part du budget allouée aux dépenses militaires a augmenté de 7,1 %. Le plan semble indiquer que le gouvernement entend donner la priorité à la croissance économique et reléguer au second plan la transformation de son économie vers un modèle reposant davantage sur la consommation intérieure.

Les exportations chinoises ont augmenté de 16,3 % sur 12 mois, ce qui dépasse les prévisions médianes de 14,0 %. La croissance des exportations a ralenti en janvier et en février, après une hausse de 20,9 % en décembre. Ces résultats témoignent d’une demande mondiale stable, mais soumise à de nombreux risques notamment sur le plan géopolitique, ce qui rend les perspectives plus incertaines.

En Chine, l’IPC a augmenté de 0,9 % sur 12 mois et de 0,6 % sur un mois en février. Il s’agit de la première augmentation mensuelle depuis novembre 2021. On s’attend à de fortes pressions à la hausse, en raison surtout de la montée des prix des produits de base causée par le conflit en Ukraine. Toutefois, la faible inflation en février pourrait offrir à la banque centrale chinoise une plus grande marge de manoeuvre pour assouplir davantage les conditions de crédit. 

La production industrielle allemande a été plus forte que prévu, progressant de 1,8 % sur 12 mois et de 2,7 % sur un mois en janvier. Le secteur de la construction a enregistré une croissance mensuelle appréciable de 10,1 %. La production de biens de consommation a également bondi de 4,0 % sur le mois.

Contre toute attente, la Banque centrale européenne a accéléré la réduction progressive de ses mesures de relance monétaire, tout en maintenant les taux de refinancement principal et de la facilité de dépôt inchangés. La BCE n’a pas caché ses inquiétudes devant l’inflation record, qui la préoccupe davantage que le ralentissement de la croissance économique qui a frappé la zone euro dans la foulée de la crise russo-ukrainienne. La BCE ralentira son programme d’achat d’obligations à partir de mai 2022, dans le but d’y mettre fin en septembre 2022. L’institution n’a pas non plus écarté une éventuelle hausse de taux au quatrième trimestre de 2022.

Aperçu de l’avenir

Canada – Ventes du secteur manufacturier (15 mars); IPC (16 mars); ventes au détail (18 mars)

Selon les prévisions consensuelles, les ventes du secteur manufacturier devraient avoir augmenté de 0,7 % en janvier par rapport au mois précédent.

L’IPC devrait s’établir à 0,9 % en février, principalement en raison de la hausse des prix de l’essence durant le mois. Il devrait atteindre 5,5 % sur 12 mois.

Les ventes au détail en janvier devraient avoir augmenté de 2,4 % par rapport au mois précédent, selon les estimations préliminaires de Statistique Canada, qui tablent sur la réouverture continue de certains secteurs de services.

États-Unis – Indice Empire State du secteur manufacturier (15 mars); ventes au détail (16 mars); décision sur les taux du FOMC (16 mars); production industrielle (17 mars)

L’enquête de Empire State sur le secteur manufacturier sera la première publication sur l’activité manufacturière en mars. L’indice devrait confirmer un rebond à 7,0, contre 3,1 en février. Comme d’habitude, la chaîne d’approvisionnement et les indicateurs de prix seront surveillés de près.

Les ventes au détail devraient avoir augmenté de 0,4 % par rapport à février, en forte baisse par rapport à la hausse de 3,8 % enregistrée en janvier. Il faudra surveiller notamment si les dépenses en biens durables, jusque-là vigoureuses (en particulier dans les secteurs de l’automobile et des meubles), montrent des signes de faiblesse. Une attention particulière sera également portée aux dépenses dans les catégories discrétionnaires comme l’électronique et les vêtements, qui ont récemment fléchi. Il sera également intéressant de mesurer l’ampleur de la hausse des dépenses de services.

Le comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (FOMC) se réunira pour discuter des changements au taux des fonds fédéraux. Les marchés anticipent une hausse de taux de 25 points de base. L’inflation est une grande source de préoccupation et le marché cherchera à évaluer les répercussions de la crise russo-ukrainienne sur les perspectives d’inflation à long terme de la Réserve fédérale américaine. Les récents indicateurs ont amplifié les craintes à l’égard de l’inflation, les données provisoires de février de l’indice des directeurs d’achats montrant une accentuation des pressions inflationnistes pour les producteurs et confirmant leur volonté de refiler les coûts aux consommateurs. La Fed doit parvenir à équilibrer ces pressions inflationnistes sans resserrement indu, au risque de déclencher un ralentissement économique. 

La production industrielle devrait continuer de progresser en février. Les prévisions consensuelles tablent sur une hausse mensuelle de 0,5 %, en léger recul par rapport à l’augmentation de 1,4 % enregistrée en janvier. Le secteur manufacturier continue de faire face à des problèmes de capacité en raison des pénuries de matériaux et de main-d’œuvre. Il sera intéressant de voir vers la fin du mois si le conflit entre la Russie et l’Ukraine a amplifié les pénuries.

International – Publication de l’indice allemand ZEW (15 mars); commandes de machinerie de base du Japon (16 mars); décision sur les taux de la Banque d’Angleterre (17 mars)

L’indice allemand ZEW est un indicateur important de la confiance des investisseurs et des attentes économiques. Depuis novembre 2021, l’indice a presque constamment progressé. Toutefois, les perspectives du marché laissent entrevoir une baisse marquée, de 54,3 il y a un mois à 5,0. Ce résultat s'explique par les préoccupations suscitées par la crise en Ukraine et son incidence sur l’économie de l’Allemagne, compte tenu de sa forte dépendance énergétique envers la Russie et des liens commerciaux étroits entre les deux pays.

Les commandes de machinerie de base au Japon devraient avoir reculé de 2,0 % en janvier, après une forte hausse de 3,6 % en décembre. La faiblesse anticipée incite les entreprises à reporter leurs programmes d’investissement.

La Banque d’Angleterre se réunira pour fixer son taux directeur. Le marché s’attend à une deuxième hausse consécutive de 25 pb, à un taux de 75 pb. Même si la croissance suscite des inquiétudes, la Banque d’Angleterre a démontré sa volonté de juguler l’inflation record, un problème jugé plus pressant.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.