Pouls hebdomadaire du marché Semaine se terminant le 17 décembre 2021

Évolution des marchés

Actions

Les actions mondiales ont clôturé la semaine en baisse dans l’ensemble. L’indice NASDAQ a reculé de près de 3 %, principalement en raison d’un durcissement de ton à la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la réévaluation par les investisseurs des perspectives de croissance des titres technologiques les plus populaires. La faiblesse généralisée à l’échelle mondiale a également été alimentée par une hausse importante des cas de COVID-19, les restrictions de capacité et de déplacements augmentant et l’incertitude entourant la transmissibilité du variant Omicron s’étant accentuée.

Titres à revenu fixe

Les taux obligataires ont reculé en raison de la montée des inquiétudes suscitées par le variant Omicron. La Banque centrale européenne a laissé entendre qu’il est peu probable qu’elle relève les taux en 2022, ce qui a créé un contexte plus favorable pour les titres à revenu fixe. La Banque d’Angleterre a surpris le marché et a été la première banque centrale d’un pays développé à relever les taux après avoir relevé son taux directeur de 15 points de base, à 0,25 %.

Marchandises

Les prix du pétrole ont chuté et ont enregistré leur septième baisse hebdomadaire au cours des huit dernières semaines. Les prix ont chuté cette semaine, en raison des préoccupations concernant l’incidence du variant Omicron sur la demande et du durcissement de ton des banques centrales. Ce dernier facteur a également fait grimper les prix de l’or, hausse qui a également été favorisée par les flux de capitaux généraux qui ont délaissé les actifs risqués au profit des valeurs refuges.  

Performance (rendement des cours)

En date du 17 décembre 2021

Événements macroéconomiques

Canada : La Banque du Canada (BdC) renouvelle son mandat en mettant l’accent sur la stabilité des prix et la durabilité de l’emploi; les ventes du secteur manufacturier augmentent; les pressions liées à l’IPC semblent se généraliser.

La Banque du Canada a renouvelé son mandat auprès du gouvernement fédéral, dont l’objectif principal est de maintenir une cible d’inflation de 2 % pour les cinq prochaines années, tout en favorisant les efforts visant à « maximiser l’emploi durable ». La BdC utilisera un large éventail d’indicateurs du marché du travail pour déterminer le moment où ce niveau d’emploi sera atteint, et elle utilisera ses outils relatifs à la politique monétaire pour stimuler les niveaux d’emploi, et ce, tant que ses efforts ne nuiront pas à la stabilité des prix. La BdC peut maintenir l’inflation dans une fourchette de contrôle comprise entre 1 % et 3 %, mais les attentes d’inflation à moyen terme doivent être arrimées à 2 %.

Les ventes du secteur manufacturier ont augmenté de 4,3 % en octobre par rapport au mois précédent, dépassant les prévisions de croissance de 4,1 %. Le secteur automobile est celui qui a le plus contribué à la hausse mensuelle. Les ventes du secteur manufacturier hors automobile ont augmenté de 1,7 % par rapport au mois précédent. Les nouvelles commandes ont progressé de 1,9 %, tandis que les stocks ont augmenté de 1,5 % par rapport au mois précédent.

L’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,2 % en novembre par rapport au mois précédent et de 4,7 % sur 12 mois. La hausse mensuelle a été inférieure à celle de 0,5 % enregistrée en octobre. Une mesure de l’inflation de base, IPC-Comm, a enregistré une hausse de 0,2 point de pourcentage, ce qui suggère que les pressions inflationnistes s’intensifient. Les prix du transport et du logement ont continué d’enregistrer des hausses importantes, tandis que les prix des biens durables ont aussi fortement augmenté, en particulier ceux des véhicules et des meubles. Ces hausses ont été en partie attribuables aux problèmes liés aux chaînes d’approvisionnement, qui ont aussi fait grimper les prix des aliments. 

États-Unis : ralentissement des ventes au détail; accélération de la réduction des mesures monétaires de la Fed, qui annonce trois hausses de taux en 2022; la production industrielle est légèrement inférieure aux attentes; l’indice des directeurs d’achats chute à son plus bas niveau depuis décembre 2020

Les ventes au détail ont augmenté de 0,3 % en novembre par rapport au mois précédent, en baisse, comparativement à 1,7 % en octobre, et ont été inférieures aux prévisions consensuelles de 0,8 %. Les ventes d’essence ont augmenté de 1,7 %, tandis que les matériaux de construction, les vêtements et les articles de sport ont tous enregistré d’importantes hausses. La faiblesse générale des ventes au détail est attribuable aux magasins d’appareils électroniques et d’électroménagers, dont les ventes ont reculé de 4,6 %, aux ventes de marchandises générales, qui ont reculé de 1,2 %, et aux ventes en ligne, qui sont demeurées inchangées. Après avoir tenu compte de la forte hausse d’octobre, la consommation réelle devrait augmenter de près de 5 % en rythme annualisé au quatrième trimestre de 2021. Dorénavant, les observateurs macroéconomiques sont à l’affût de signes indiquant que la diminution des politiques monétaires et budgétaires, la flambée des prix et la propagation rapide du variant Omicron pourraient freiner les dépenses de consommation.

La réunion du comité de politique monétaire de la Fed s’est déroulée essentiellement comme prévu. La Fed a annoncé qu’elle accélérait la réduction de son programme de rachat d’actifs, à 30 G$ US par mois. Auparavant, la Fed réduisait son programme d’achat d’actifs de 15 G$ US par mois. Selon les prévisions mises à jour, le nombre de hausses de taux potentielles en 2022 s’élèvera à trois, puis à quatre en 2023, afin de lutter contre l’inflation qui a atteint un sommet en près de 40 ans. De plus, l’énoncé de politique monétaire ne faisait plus référence à l’inflation comme étant « transitoire », la Fed reconnaissant que les hausses de prix avaient dépassé sa cible de 2 % « depuis un certain temps ».

La production industrielle a augmenté de 0,5 % par rapport au mois précédent, ce qui est légèrement inférieur aux prévisions d’une hausse de 0,6 %. Il s’agit d’une baisse par rapport à la hausse de 1,7 % enregistrée en octobre. Le segment des véhicules automobiles et des pièces automobiles a poursuivi sa solide reprise, en hausse de 2,2 % par rapport au mois précédent. Les services publics d’électricité, quant à eux, ont été un secteur faible, enregistrant une baisse de 1,9 %.

Enfin, nous avons eu les résultats préliminaires du sondage relatif à l’indice Markit des directeurs d’achats. L’indice est passé de 58,3 au sondage précédent à 57,8. Il s’agit des résultats les plus bas enregistrés depuis décembre 2020. Les nouvelles commandes ont chuté à 56,3, contre 56,9 auparavant. Les délais de livraison des fournisseurs ont également augmenté par rapport au mois précédent, ce qui en fait leur plus haut niveau enregistré depuis mai 2021.

International : Baisse des ventes au détail en Chine, rebond de la production industrielle; réduction des mesures d’urgence par la BCE; hausse inattendue des taux par la Banque d’Angleterre; chute de l’indice des directeurs d’achats de la zone euro; prolongation du soutien aux PME par la Banque du Japon

La croissance des ventes au détail en Chine en novembre a chuté à 3,9 % sur 12 mois, contre 4,9 % en octobre, et est inférieure aux prévisions consensuelles de 4,7 %. En données désaisonnalisées, les dépenses de détail ont reculé, passant de 1,4 % au mois précédent à 1,3 %. La remontée des cas de COVID-19 a été un facteur clé de la faiblesse. Les consommateurs sont devenus plus prudents, car les infections se sont propagées dans 21 provinces. Les éclosions de virus ont également provoqué une faiblesse du marché de l’emploi, ce qui a eu une incidence sur les ventes au détail.

Par ailleurs, la production industrielle chinoise a poursuivi sa remontée par rapport au mois précédent, alors que des pénuries d’électricité ont causé des perturbations. La production industrielle a augmenté de 3,8 % sur 12 mois, dépassant les prévisions de 3,7 % et la hausse de 3,5 % en octobre. La croissance de la production est restée stable à 0,4 %, en raison de l’augmentation des exportations et de la reprise dans le secteur de la fabrication lourde. Toutefois, les investissements dans les infrastructures et l’immobilier ont continué de faiblir.

La BCE a confirmé qu’elle poursuivra ses achats d’actifs au moins jusqu’en octobre 2022, mais qu’elle réduira de moitié ses achats mensuels d’ici avril 2022. La banque centrale a également laissé ses indications prospectives de taux inchangées. Cela signifie que les taux directeurs resteront aux niveaux actuels jusqu’à ce qu’il y ait une hausse soutenue de l’inflation tout au long de leur horizon de référence, qui se poursuivra jusqu’en 2024.

Contre toute attente, la Banque d’Angleterre a relevé les taux d’intérêt, devenant ainsi la première grande banque centrale à relever son taux directeur depuis le début de la pandémie. Le taux a été relevé de 15 pb, à 0,25 %. Les dirigeants de la Banque d’Angleterre ont indiqué que des resserrements « modestes » supplémentaires sont nécessaires pour freiner l’inflation, qui a atteint son plus haut niveau en plus de dix ans.

L’indice composé des directeurs d’achats de la zone euro est tombé à 53,4 en décembre, soit moins que l’estimation, qui se situait à 54,4, et en baisse par rapport à 55,4 en novembre. L’indice composé des directeurs d’achats a atteint son plus bas niveau en neuf mois, car le resserrement des restrictions relatives à la COVID-19 et la prudence des consommateurs pèsent sur l’activité économique. Au sein de l’indice composé, tant l’indice PMI du secteur manufacturier que celui des services ont chuté, ce dernier enregistrant une baisse plus marquée. De plus, les sondages ont indiqué que les stocks ont atteint un sommet record et que le rythme de l’allongement des délais de livraison est en train de ralentir, ce qui laisse entrevoir une diminution imminente des pénuries dans la chaîne d’approvisionnement.

La Banque du Japon n’a pas modifié sa politique monétaire. La Banque du Japon a décidé de prolonger l’aide aux petites et moyennes entreprises (PME) pour une autre période de six mois, jusqu’en septembre 2022, tout en prévoyant réduire l’aide aux grandes entreprises à compter d’avril 2022. La décision de maintenir les mesures de relance destinées aux PME s’explique par les préoccupations grandissantes à l’égard du variant Omicron et par le fait que l’inflation de base est restée stable à près de 0 %, ce qui contraste avec la flambée des prix à la consommation dans plusieurs autres économies développées.  

Aperçu de l’avenir

Canada : Ventes au détail (21 décembre); PIB pour octobre (23 décembre)

Les données sur les ventes au détail au Canada pour octobre seront publiées. Au cours des dernières périodes, les dépenses consacrées aux véhicules automobiles (en particulier les voitures d’occasion), aux meubles et au mobilier résidentiel ont été particulièrement élevées. 

Le PIB mensuel pour octobre sera publié. Les prévisions tablent sur une croissance de 0,8 %, par rapport au mois précédent et de 3,6 % sur 12 mois.

États-Unis : Indice de confiance des consommateurs du Conference Board (22 décembre)

La confiance des consommateurs sera soigneusement évaluée en tenant compte de l’intensification des pressions inflationnistes et des préoccupations entourant le variant Omicron. L’évaluation modestement solide du marché de l’emploi que les consommateurs ont constamment exprimée au cours des mois précédents constitue un facteur compensatoire.

International : IPC du Japon (23 décembre)

L’IPC japonais devrait augmenter en novembre à 0,5 % sur 12 mois, comparativement à 0,1 % en octobre. Cette hausse est probablement imputable à la hausse des prix de l’énergie et des importations attribuable à la faiblesse du yen. L’IPC de base, qui exclut les aliments frais et l’énergie, devrait reculer de 0,7 % sur 12 mois. 

 

Le Pouls hebdomadaire du marché sera en pause pour la période des Fêtes et sera de retour le 10 janvier 2022. Joyeuses fêtes!

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.