Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 18 février 2022

Évolution des marchés

Actions

Les actions ont reculé au cours de la semaine. Les marchés ont suivi de près l’évolution de la situation à la frontière entre l’Ukraine et la Russie, alors que les tensions continuaient de s’intensifier. L’OTAN attend des signes d’un repli de la Russie, qui a déclaré qu’elle n’avait pas l’intention d’attaquer. Sur le front de l’économie, le compte rendu de la réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine donnait peu d’indications que la Fed envisageait de hausser les taux de 50 points de base. Les contrats à terme sur les fonds fédéraux escomptant une hausse de 50 pb ont fortement chuté, mais ce scénario n’est pas encore complètement écarté.

Titres à revenu fixe

Les taux obligataires ont été contrastés au cours de la semaine, les inquiétudes causées par les tensions entre l’Ukraine et la Russie étant contrebalancées par l’attitude apparemment moins intransigeante de la Fed.

Marchandises

Les prix du pétrole ont chuté malgré la situation en Ukraine. La conclusion d’un accord sur le nucléaire iranien avec les États-Unis a été évoquée, ce qui pourrait augmenter les approvisionnements en pétrole. La ruée vers les valeurs refuges a fait grimper les prix de l’or.Performance (rendement des cours).

Performance (rendement des cours)

En date au 18 février 2022.

Événements macroéconomiques

Canada – Poussée de l’IPC; baisse des ventes au détail

L’IPC canadien a augmenté de 0,9 % en janvier, sa plus forte hausse depuis janvier 2017. Bien qu’elles aient été généralisées, les hausses ont encore une fois été principalement soutenues par les biens, dont les prix ont augmenté de 1,5 %, contre 0,3 % pour les services. En particulier, les prix de l’essence et des aliments ont progressé de 4,8 % et 1,4 %, respectivement. En rythme annuel, l’IPC a grimpé à 5,1 %, son plus haut niveau depuis 1991.

Les ventes au détail ont reculé de 1,8 % en décembre, après avoir augmenté de 0,8 % en novembre. Elles ont chuté dans 8 des 11 sous-secteurs, les plus fortes baisses ayant été enregistrées dans les meubles (-11,3 %), les vêtements (-9,5 %), les matériaux de construction et le matériel de jardinage (-5,0 %); 15 % des répondants ont mentionné les perturbations causées par les inondations en Colombie-Britannique et dans les provinces de l’Atlantique. Statistique Canada estime que les ventes ont bondi de 2,4 % en janvier.

États-Unis – Le compte rendu de la Fed mentionne des signes d’inflation; l’enquête d’Empire sur le secteur manufacturier reste inchangée; les ventes au détail rebondissent; la production industrielle augmente dans les services publics

Le compte rendu du comité de politique monétaire de la Fed a reconnu que les pressions inflationnistes se généralisaient et que les risques d’inflation étaient orientés à la hausse. Par conséquent, les dirigeants de la Fed ont mentionné qu’un retrait des mesures d’assouplissement monétaire à un rythme plus rapide que ce qui était anticipé jusqu’ici pourrait être justifié si l’inflation ne diminue pas. La réduction du bilan de la banque centrale ou la disposition de la Fed à relever les taux de 50 points de base ont été peu évoquées.

L’enquête d’Empire State sur le secteur manufacturier a révélé que l’activité des entreprises avait peu changé dans l’État de New York en février. L’indice des conditions générales d’activité des entreprises est passé de -0,7 en janvier à 3,1. Les nouvelles commandes et les livraisons sont restées relativement stables. L’indice des commandes non exécutées a progressé, ce qui témoigne de la vigueur soutenue de la demande. Néanmoins, l’emploi a continué d’enregistrer de solides gains. Les délais de livraison ainsi que les prix des intrants et des extrants ont toutefois continué d’augmenter en raison des perturbations persistantes de l’offre.

Les ventes au détail ont rebondi de 3,8 % en données désaisonnalisées en janvier, après avoir reculé de 2,5 % en décembre. Elles ont été soutenues par les détaillants hors magasin (+14,5 %), les magasins de meubles (+7,2 %) et les concessionnaires automobiles (+5,7 %).

La production industrielle a avancé de 1,4 % en janvier, après une baisse de 0,1 % en décembre. La hausse a été alimentée par le secteur des services publics, où la production a bondi de 9,9 % en raison de la demande de chauffage par temps froid. La production minière a progressé de seulement 1,0 %, et celle du secteur manufacturier a été encore plus modeste, à 0,2 %. Le taux d’utilisation des capacités a augmenté de 1,0 % pour s’établir à 77,6 %. 

International – Le PIB japonais est soutenu par une forte consommation; l’IPC japonais demeure faible; les commandes de machines augmentent au Japon, mais les perspectives sont faibles; l’IPC chinois ralentit; l’IPC du Royaume-Uni s’accélère

Le PIB japonais a progressé de 1,3 % en données désaisonnalisées au quatrième trimestre, ou de 5,4 % en rythme annualisé. La consommation des ménages, en progression de 2,8 %, a été le facteur le plus important, les dépenses ayant rebondi à la suite de la levée de l’état d’urgence instauré pour lutter contre la COVID-19. Les solides exportations, stimulées par la forte demande mondiale, ont également contribué. En revanche, les investissements des entreprises et les dépenses publiques ont régressé.

Au Japon, l’indice des prix à la consommation a avancé de 0,1 % en données désaisonnalisées en janvier, une progression équivalente à celle de décembre. Cette hausse est attribuable aux prix des aliments frais, qui ont augmenté de 5,7 % au cours du mois. L’augmentation de 1,2 % dans les services publics et la baisse de 1,8 % dans les vêtements méritent aussi d’être signalées. À l’exception des aliments frais, les prix ont fait du surplace au cours du mois. L’IPC est passé de 0,8 % à 0,5 % sur 12 mois.

Les commandes de machines au Japon ont augmenté de 3,6 % en décembre, après une solide hausse de 3,4 % en novembre. Ce résultat a dépassé les prévisions consensuelles, qui tablaient sur une baisse en raison des inquiétudes suscitées par Omicron. Les commandes du secteur manufacturier ont augmenté de 8,0 % et celles du secteur public, de 6,7 %. Toutefois, les prévisions pour le premier trimestre de 2022 étaient faibles. Les fabricants s’attendent à ce que les commandes de machines reculent de 9,6 % au premier trimestre, en raison de la faible demande étrangère et du secteur privé japonais.

En Chine, l’IPC a augmenté de 0,4 % en janvier, effaçant le déclin de 0,3 % enregistré en décembre. Les prix des transports et des communications ont augmenté de 5,2 %; les prix des loisirs et de l’éducation ont connu une hausse équivalente. Toutefois, les prix des aliments, qui ont retraité de 1,8 %, continuent de peser sur l’IPC. Les données sur 12 mois sont passées de 1,5 % à 0,9 %.

L’IPC du Royaume-Uni a reculé de 0,1 % en janvier, enregistrant sa première baisse en un an. Les prix des biens et des services ont fléchi de 0,1 % dans les deux cas. Les plus fortes baisses ont été observées dans les biens industriels, les vêtements et le transport. Toutefois, l’IPC sur 12 mois a augmenté, passant de 5,4 % à 5,5 %, en raison des effets positifs liés au bas niveau d’activité.

Aperçu de l’avenir

Canada – Indice de confiance des petites entreprises de la FCEI (22 février)

Peu de données seront publiées pour le Canada cette semaine. Le Baromètre des affaires de la FCEI fera le point sur la façon dont les petites entreprises se remettent du variant Omicron.

États-Unis – Indice des directeurs d’achats Markit et indice de confiance des consommateurs du Conference Board (22 février); commandes de biens durables, revenu et dépenses personnels (25 février)

Le résultat préliminaire de l’indice des directeurs d’achats Markit pour le mois de février sera disponible et fournira une première indication de la situation des sociétés. Les inquiétudes causées par Omicron devraient avoir diminué, mais les perturbations de l’offre semblent rester un obstacle majeur.

L’indice de confiance des consommateurs du Conference Board devrait s’afficher en légère baisse. Les consommateurs seront probablement très préoccupés par l’inflation, malgré la vigueur du marché de l’emploi. Les données de l’Université du Michigan indiquaient que les perspectives inflationnistes et financières suscitaient des inquiétudes chez les consommateurs.

Les commandes de biens durables pourraient se redresser davantage. Le secteur du transport reste déprimé et les entreprises ont montré un intérêt relativement marqué pour les dépenses en immobilisations.

Le revenu personnel devrait enregistrer une légère baisse. Même si le revenu salarial devrait augmenter, les ménages ne recevront plus de versements de crédit d’impôt pour enfants. En revanche, la consommation pourrait avoir continué de progresser.

International – Indice des directeurs d’achats du Japon et de la zone euro (21 février); indice IFO de l’Allemagne (22 février)

À l’échelle internationale, de nombreux sondages attendus cette semaine apporteront une grande quantité de données subjectives.

Le résultat préliminaire de l’indice des directeurs d’achats Markit au Japon et dans la zone euro pour le mois de février offrira un avant-goût de la reprise mondiale après Omicron, à mesure que les économies rouvriront et se redresseront. Les problèmes habituels de capacité et de perturbation de l’offre seront d’autres éléments à surveiller.

Le sondage IFO de l’Allemagne reflète les points de vue des professionnels. Le climat des affaires au pays est en baisse. Toutefois, comme la vague d’Omicron semble s’essouffler, le sondage pourrait indiquer une reprise de l’activité.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.