Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant 21 janvier 2022

Évolution des marchés

Actions

Les actions mondiales ont vécu leur plus forte baisse hebdomadaire en près de 12 mois. Les investisseurs se sont préparés à la perspective d’une hausse des taux d’intérêt et ont évité les segments spéculatifs du marché. Le secteur des technologies de consommation a grandement été touché par cela, après que Netflix eut annoncé des bénéfices trimestriels décevants. Le NASDAQ a reculé de plus de 7 % pour la semaine. Les actions canadiennes, qui avaient largement fait fi de la tendance négative générale au début de l’année, ont subi leur pire recul hebdomadaire depuis octobre 2021. 

Titres à revenu fixe

Les taux obligataires canadiens et américains ont été plutôt faibles au cours de la semaine. Les investisseurs surveillent de près l’issue des réunions de la Banque du Canada et de la Réserve fédérale américaine (Fed) la semaine prochaine.

Marchandises

Les prix du pétrole ont encore grimpé cette semaine, atteignant leur plus haut niveau des sept dernières années. La demande, en particulier aux États-Unis, est demeurée résiliente face au nombre élevé de cas du variant Omicron, aux préoccupations géopolitiques et à l’offre restreinte. Les prix de l’or ont légèrement augmenté, profitant de l’inquiétude entourant l’inflation et de l’abandon des actifs risqués comme les actions de croissance et les cryptomonnaies. Les prix des métaux de base ont également augmenté, soutenus par la diminution des stocks.

Performance (rendement des cours)

En date du 21 janvier 2022

Événements macroéconomiques

Canada – Les ventes du secteur manufacturier déçoivent; l’IPC est à son plus haut niveau depuis 1991

En novembre, les ventes du secteur manufacturier ont augmenté de 2,6 % par rapport au mois précédent, ce qui est inférieur aux prévisions de 3,0 % et représente une baisse par rapport aux résultats de 4,6 % en octobre. Les nouvelles commandes ont progressé de 3 % en novembre, tandis que les stocks totaux ont augmenté de 1,2 %. Les ventes de biens durables ont augmenté de 3,5 % et ont continué de surpasser les ventes de biens non durables, qui ont pour leur part augmenté de 1,8 %.

L’indice des prix à la consommation (IPC) pour décembre a diminué de 0,1 % par rapport au mois précédent. L’indice a progressé de 4,8 % sur 12 mois, atteignant son plus haut niveau depuis 1991. L’IPC de base, qui exclut les aliments et l’énergie, a augmenté de 3,4 % sur 12 mois. Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement ont entraîné une hausse soutenue des prix des biens durables. Les prix du transport et du logement ont également continué d’enregistrer de solides gains. Les prix des services ont augmenté de 0,4 % par rapport au mois précédent. Les prix de l’essence, qui ont fortement contribué à l’inflation pendant la majeure partie de l’année 2021, ont enregistré une deuxième baisse mensuelle consécutive. Le niveau historiquement élevé de l’IPC a amplifié les attentes d’une possible hausse des taux de la Banque du Canada lors de sa prochaine réunion. 

États-Unis – L’enquête de Empire State sur le secteur manufacturier a chuté, mais les perspectives sont stables

L’enquête de Empire State sur le secteur manufacturier était la première publication sur l’activité manufacturière en janvier. Ses données sont passées de 31,9 en décembre à -0,7 en janvier, ce qui laisse entrevoir des contractions dans le secteur manufacturier. Le nombre de commandes et de livraisons a fortement diminué, probablement en raison de la propagation rapide du variant Omicron dans l’État. Malgré cette forte baisse, les fabricants de l’État demeurent optimistes à l’égard des perspectives. Une mesure de la conjoncture future est demeurée stable, reflétant la croissance prévue des commandes.

International – PIB de la Chine; les ventes au détail déçoivent; la production industrielle augmente; les commandes de machinerie japonaise augmentent; l’enquête allemande ZEW fait état d’une forte augmentation; l’IPC du Royaume-Uni atteint son plus haut niveau depuis 1992

Le PIB de la Chine au quatrième trimestre a progressé de 4,0 % sur 12 mois, dépassant les prévisions d’une hausse de 3,3 %, mais restant en deçà des résultats de 4,9 % observés au troisième trimestre de 2021. Le PIB pour l’ensemble de l’année a progressé de 8,1 % sur 12 mois. Ce ralentissement est attribuable aux secteurs de l’immobilier et de la consommation, qui subissent de fortes pressions à la baisse. La Banque populaire de Chine a réagi à cela en abaissant son taux directeur.

En décembre, les ventes au détail de la Chine ont augmenté de 1,7 % sur 12 mois, ce qui est inférieur aux prévisions d’une hausse de 3,8 % et représente une baisse comparativement aux 3,9 % observés en novembre. En 2021, les ventes au détail ont augmenté de 12,5 % sur 12 mois. Le ralentissement des ventes au détail a surtout touché les secteurs de la restauration, des meubles, des appareils ménagers électroniques et de l’automobile.  

En décembre, la production industrielle de la Chine a augmenté de 4,3 % sur 12 mois, soit plus que la hausse prévue de 3,7 % et plus que la hausse de 3,8 % enregistrée en novembre. La production a augmenté de 9,6 % sur 12 mois en 2021. La production minière et la production d’électricité, de gaz et d’eau ont respectivement augmenté de 7,3 % et de 7,2 % sur 12 mois. Les secteurs qui ont enregistré d’importantes hausses de production comprennent la production alimentaire, les produits pharmaceutiques, les télécommunications, l’électricité et le chauffage, ainsi que l’équipement spécial.    

Les commandes de machinerie japonaise ont augmenté de 3,4 % en novembre par rapport au mois précédent, dépassant les prévisions d’une hausse de 1,2 %. Ces données ont augmenté de 11,6 % sur 12 mois. Il s’agit du niveau le plus élevé en deux ans. Cette mesure a tendance à être un indicateur avancé des dépenses en immobilisations et donne à penser que son augmentation avait débuté avant que le variant Omicron ne frappe.

Comme prévu, la Banque du Japon a laissé son taux directeur inchangé à -0,1 % et maintient sa cible d’environ 0 % pour le taux des obligations à 10 ans du gouvernement du Japon.

L’indice allemand ZEW de confiance économique est passé de 29,9 en décembre à 51,7 en janvier. Il s’agit de son résultat le plus élevé depuis juillet 2021, ce qui laisse croire que les investisseurs sont convaincus que l’Allemagne est en mesure de se remettre de la vague actuelle de cas de COVID-19. Les prévisions les plus positives viennent des secteurs liés à la consommation et axés sur les exportations, qui représentent une part considérable de l’économie allemande.

L’indice des prix à la consommation du Royaume-Uni a progressé de 0,5 % en décembre par rapport au mois précédent et de 5,4 % sur 12 mois, atteignant son plus haut niveau depuis 1992. L’IPC de base a augmenté de 4,2 % sur 12 mois. La hausse des prix a été généralisée et a été alimentée par la hausse des prix des aliments, des boissons non alcoolisées, des restaurants et des hôtels, des meubles et des biens ménagers, ainsi que des vêtements. Les prix du transport et du logement ont aussi considérablement augmenté sur 12 mois. Ces données ont accru la probabilité d’une autre hausse des taux lorsque la Banque d’Angleterre se réunira le mois prochain.

Aperçu de l’avenir

Canada – Décision de la Banque du Canada sur les taux (26 janvier); indice Baromètre des affaires de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (27 janvier)

La Banque du Canada (BdC) pourrait commencer l’accélération du resserrement des taux d’intérêt lors de sa première réunion de l’année. Les marchés estiment que les possibilités de voir un relèvement du taux de financement à un jour de la Banque lors de cette réunion sont de 75 %. Ce ton ferme s’appuie sur l’enquête menée par la BdC auprès des entreprises au quatrième trimestre, qui a révélé une économie en rapide croissance, avec d’importantes pénuries de main-d’œuvre et des attentes records d’inflation.

Au Canada, le Baromètre des affaires de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante permettra de faire le point sur la confiance des petites entreprises. Le variant Omicron et les pénuries de main-d’œuvre devraient avoir joué un rôle important dans l’évolution de la confiance.

États-Unis – Indice des directeurs d’achats Markit (24 janvier); indice de confiance des consommateurs du Conference Board (25 janvier); décision du comité de politique monétaire sur les taux (26 janvier); commandes de biens durables (27 janvier); PIB au quatrième trimestre (27 janvier); revenu et dépenses personnels (28 janvier)  

Nous aurons les résultats préliminaires du sondage relatif à l’indice Markit des directeurs d’achats. Les cas de COVID-19 liés au variant Omicron pourraient peser sur la confiance et l’activité. Comme d’habitude, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les pressions inflationnistes et les pénuries de main-d’œuvre seront les principaux indicateurs à surveiller.

En janvier, la confiance des consommateurs devrait être ébranlée par les préoccupations entourant le variant Omicron et les pressions inflationnistes d’une part, mais compensée par de meilleures perspectives d’emploi et un marché du travail vigoureux, d’autre part.

Le comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine tiendra sa première réunion de l’année. Selon les prévisions consensuelles, les taux d’intérêt et le rythme de la réduction des mesures monétaires devraient rester inchangés. Des indications plus précises à propos de l’approche de la Fed à l’égard de la réduction de son bilan devraient aussi être partagées à ce moment. Comme toujours, les observateurs du marché surveilleront de près les commentaires sur la croissance, l’inflation et l’emploi.   

Les données sur les commandes de biens durables pour le mois de décembre seront publiées. On s’attend à une baisse de 0,5 %. Les commandes de transport devraient être à la traîne en raison de la baisse des commandes d’avions.

La première publication sur le PIB au quatrième trimestre sera rendue accessible. La reprise économique s’est probablement accélérée au cours du trimestre, la réouverture s’étant poursuivie jusqu’à ce que le variant Omicron frappe. On estime que le PIB annualisé a progressé de 5,3 % par rapport au trimestre précédent. 

En décembre, le revenu personnel devrait avoir augmenté de 0,5 % par rapport au mois précédent. Par ailleurs, les dépenses personnelles devraient reculer de 0,6 %, car la hausse du nombre de cas liés au variant Omicron devrait avoir particulièrement nui aux dépenses liées aux services.

International – Indice des directeurs d’achats pour la zone euro et le Japon (24 janvier); indice IFO de l’Allemagne (25 janvier)

Les données des indices des directeurs d’achats de la zone euro et du Japon seront publiées. En Europe, les indices PMI devraient reculer tant du côté du secteur manufacturier que du côté des services. Ces données nous permettront de déterminer si l’économie est demeurée résiliente en janvier ou si elle a fléchi sous la pression du variant Omicron et de son incidence. Au Japon, les indices PMI du secteur manufacturier et du secteur des services ont fait preuve de vigueur au cours des derniers mois.

L’indice IFO sur le climat des affaires en Allemagne est un indicateur avancé de l’activité économique en Allemagne. Depuis l’atteinte d’un sommet en juin 2021, l’indicateur a reculé chaque mois et l’on s’attend à une légère baisse en janvier.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.