Pouls hebdomadaire du marché Semaine se terminant le 22 octobre 2021

Évolution des marchés

Actions :

La reprise des actions s'est prolongée d'une autre semaine en raison des excellents bénéfices des sociétés, ce qui a pour effet de contrer les inquiétudes que suscite l'inflation. Près d'un quart des entreprises de l'indice S&P 500 ont présenté leurs résultats, dont 84 % ont dépassé les attentes. La saison des résultats s'accélère et un autre tiers des entreprises devrait présenter des résultats dans les prochains jours. L'indice S&P 500 a récupéré les pertes subies au cours de la période volatile du mois de septembre et du début d'octobre et l'indice de référence a atteint un nouveau sommet.

Revenu fixe :

Les rendements ont augmenté au cours de la semaine pendant que les préoccupations en matière d'inflation s'intensifient. Lors d'une discussion de groupe, le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a déclaré que les risques d'inflation avaient augmenté en raison des goulots d'étranglement plus longs et plus persistants. Plusieurs banques centrales se rencontreront au cours des prochains jours, y compris la Banque du Canada, la Banque du Japon et la Banque centrale européenne.

Marchandises :

Les prix du pétrole ont augmenté pour une autre semaine en raison des inquiétudes en matière d'approvisionnement énergétique en Europe et en Asie, deux marchés qui dépendent fortement des importations. Les prix du cuivre ont baissé, car la Chine a affiché une croissance marginale au troisième trimestre, en raison de la faible production industrielle. Les marchés sont de plus en plus préoccupés par l'incidence de l'inflation élevée sur la croissance.

Performance (rendement des cours)

En date du 22 octobre 2021   

 

Événements macroéconomiques

Canada – L'Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada fait état d'un optimisme généralisé; hausse de l'IPC; augmentation des ventes au détail

L'Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada a révélé un sentiment positif général. La plupart des entreprises continuent de prévoir une plus forte demande à mesure que les conditions de pandémie s'améliorent. Toutefois, des pressions importantes sur la capacité sont également signalées et un grand nombre d'entreprises soulèvent que des contraintes d'approvisionnement accrues et des pénuries de main-d'œuvre pourraient limiter les ventes et augmenter les coûts. Ces pressions sur la demande et ces défis d'approvisionnement génèrent des dépenses en immobilisations dans la machinerie et l'équipement pour aider à réduire les pressions sur la capacité et les pénuries de main-d'œuvre. Les entreprises continuent également à s'attendre à une augmentation plus élevée des prix des intrants et des extrants pour l'année à venir. Les attentes en matière d'inflation ont augmenté davantage, avec près de la moitié des répondants prévoyant des taux supérieurs à 3 % au cours des deux prochaines années.

L'indice des prix à la consommation du Canada a augmenté de 0,2 % en septembre, soit au même rythme qu'en août. L'augmentation est attribuable à la hausse de 1,5 % des prix des vêtements, de 0,3 % du prix du logement et de 0,3 % des prix des aliments. Les prix de l'essence ont quant à eux baissé de 0,1 %. En glissement annuel, l'IPP a grimpé de 4,4 %, à un rythme qu'il n'avait pas connu depuis 2003.

Les ventes au détail ont augmenté de 2,1 % en août, après une baisse révisée de 0,1 % en juillet. La hausse était généralisée et attribuable aux magasins d'alimentation et de boissons (hausse de 4,8 %), aux postes d'essence (hausse de 3,8 %) et aux magasins de vêtements (hausse de 3,9 %). D'autre part, les ventes ont chuté dans les magasins de meubles (baisse de 2,4%) en raison de contraintes d'approvisionnement et dans les magasins d'appareils électroniques (baisse de 1,6 %).

États-Unis – Diminution de la production industrielle; la Réserve fédérale américaine affiche une croissance modérée; l'indice PMI Markit augmente en raison de la reprise des services

La production industrielle a reculé de 1,3 % en septembre, après une baisse de 0,1 % en août. La production manufacturière a diminué de 0,7 % en raison d'une baisse de 7,2 % de la production automobile due à des pénuries de semi-conducteurs. La production des services publics a diminué de 3,6 % en raison de la baisse de la demande après la chaleur du mois d'août. La production minière a diminué de 2,3 % en raison des effets persistants de l'ouragan Ida. Dans l'ensemble, on estime que l'ouragan Ida a contribué à environ 0,6 % de la baisse totale.

Selon le livre beige de la Réserve fédérale américaine, l'économie a connu une croissance modérée. Toutefois, le rythme de croissance a ralenti, étant limité par les perturbations de la chaîne d'approvisionnement, les pénuries de main-d'œuvre et l'incertitude face au variant Delta. L'emploi a connu une croissance modérée dans un environnement d'incertitude et de prudence au sein des entreprises. Bien que la demande était élevée, l'offre était faible et le roulement du personnel important alors que les employés ont quitté leur emploi pour un autre ou ont pris leur retraite. Le roulement élevé de personnel était généralement attribuable à des causes liées à la COVID, comme les problèmes liés aux soins des enfants et les exigences relatives à la vaccination. Le déséquilibre entre l'offre et la demande a entraîné une croissance des salaires pour attirer et retenir les talents. En ce qui concerne l'inflation, l'augmentation généralisée des prix a été stimulée par la demande de marchandises et les coûts d'expédition élevés.

L'indice composé PMI Flash d'IHS Markit des États-Unis a augmenté, passant de 55,0 % en août à 57,3 % en septembre. L'indice PMI du secteur manufacturier est resté stable, passant de 60,7 à 59,2, tandis que l'indice PMI du secteur des services a bondi de 54,9 à 58,2. Dans l'ensemble, les activités commerciales se sont poursuivies à un rythme soutenu, renforcé par le secteur des services, qui a connu un vif retour en force. Les entreprises ont enregistré une plus forte croissance des ventes et du travail, ce qui a eu pour effet d'augmenter les pressions sur la capacité en plus des pénuries d'approvisionnement et de main-d'œuvre. L'emploi a augmenté à un rythme plus rapide, mais les pressions inflationnistes continuent d'augmenter. Les prix des intrants et de vente ont augmenté à un rythme record.

International – Le PIB de la Chine augmente légèrement; l'indice PMI de la zone euro diminue; l'indice PMI du Japon progresse

Au troisième trimestre, le PIB réel de la Chine a crû de 0,2 % en glissement trimestriel, soit 4,9 % en glissement annuel. Ce résultat représente un ralentissement considérable par rapport au résultat du deuxième trimestre de 7,9 % en glissement annuel. Bien que la consommation ait été solide, la production industrielle a connu un ralentissement considérable au cours du trimestre. Les investissements en immobilisations ont également ralenti. Les confinements pendant la pandémie, le ralentissement de l'immobilier et la récente crise énergétique ont tous contribué au ralentissement de la croissance.

Au mois de septembre, les ventes au détail chinoises ont augmenté de 4,4 % en glissement annuel, comparativement à 2,5 % en août. Par catégorie, les ventes de bijoux, d'appareils électroniques et de produits pétroliers ont augmenté. Pendant ce temps, les ventes d'automobiles ont continué de ralentir. Au mois de septembre, la production industrielle chinoise a ralenti pour s'établir à 3,1 % en glissement annuel, alors qu'elle atteignait 5,3 % en août. Le ralentissement de la production était attribuable à la production manufacturière, qui s'est établie à 2,4 % par rapport à 5,5 % en août, probablement en raison des pénuries d'énergie qui ont affecté les usines. Par produit, la demande en ciment et en acier a continué de diminuer en raison des problèmes immobiliers.

L'indice PMI Flash d'IHS Markit pour la zone euro a chuté de 56,2 en septembre à 54,3 en octobre. L'indice PMI du secteur manufacturier est resté relativement stable, passant de 58,6 à 58,5, tandis que l'indice PMI du secteur des services a glissé de 56,4 à 54,7. Les activités commerciales continuent d'afficher un recul depuis le niveau inégalé depuis 15 ans observé en juillet. La production manufacturière a diminué, car les goulots d'étranglement et les problèmes de transport se sont aggravés. Néanmoins, l'embauche a augmenté considérablement tant dans la fabrication que dans les services, car la forte demande a mené à une augmentation plus rapide des arriérés. Par pays, la croissance a considérablement ralenti en Allemagne et en France.

L'indice composé PMI Flash de l'au Jibun Bank du Japon a progressé, passant de 47,9 en septembre à 50,7 en octobre. L'indice PMI du secteur des services a grimpé de 47,8 à 50,7 tandis que celui du secteur manufacturier est passé de 51,5 à 53,0. Les activités ont augmenté dans le secteur des services à mesure que les restrictions ont été levées après plusieurs mois, tandis que les conditions de fabrication se sont améliorées, indiquant une amélioration des conditions économiques pour la première fois en cinq mois. 

Aperçu de l’avenir

Canada – Réunion de la Banque du Canada (27 octobre); PIB (29 octobre)

La réunion de la Banque du Canada doit avoir lieu cette semaine, avec une autre annonce possible sur la réduction progressive de ses achats d'obligations. Alors que les mesures d'assouplissement quantitatif tirent à leur fin, les marchés s'attendent à recevoir d'autres directives sur la phase de réinvestissement qui aura lieu avant l'augmentation des taux. D'autres banques centrales ont commencé à exprimer de plus en plus de préoccupations au sujet de l'inflation, de sorte que toute discussion sur l'inflation du gouverneur de la Banque du Canada Tiff Macklem intéressera les investisseurs. Les données sur le PIB pour le mois d'août seront présentées après la réunion; Statistique Canada prévoyant une hausse de 0,7 % selon ses estimations préliminaires.

États-Unis – Indice de confiance des consommateurs du Conference Board (26 octobre); PIB (28 octobre); revenus et dépenses personnels (29 octobre)

La confiance des consommateurs a récemment diminué, ce qui indique une aggravation de la situation économique et une diminution de la volonté des consommateurs à dépenser. Le Conference Board fournira des résultats mis à jour pour octobre.

La première lecture du PIB du troisième trimestre sera publiée. La reprise économique a vraisemblablement ralenti au cours du trimestre, un ralentissement occasionné par une résurgence des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et de la COVID. Par conséquent, la croissance de la consommation s'est probablement détériorée de façon significative. Le consensus du marché est une croissance annualisée de 2,8 % au cours du trimestre.

Nous recevrons également les résultats de septembre pour les revenus et les dépenses des consommateurs. On s'attend à ce que les niveaux de revenu affichent une légère diminution, car les programmes d'aide du gouvernement déployés pendant la pandémie prennent fin progressivement, partiellement compensés par une augmentation des salaires. Entre-temps, nous pourrions voir une hausse continue des dépenses.

International – Indice IFO de l'Allemagne (25 octobre); réunions de la BCE et de la Banque du Japon (28 octobre); inflation et PIB de la zone euro (29 octobre)

L'indice IFO de l'Allemagne fournira peut-être plus de renseignements sur la reprise économique du pays. L'élan de croissance a commencé à ralentir depuis l'été, en raison des contraintes d'approvisionnement.

Les investisseurs attendent une mise à jour sur la croissance et des prévisions relatives à l'inflation de la Banque du Japon. Par ailleurs, les attentes sont limitées en ce qui concerne toute autre nouvelle importante. On ne prévoit pas de changements aux politiques de la Banque centrale européenne. Christine Lagarde, présidente de la BCE, avait déjà déclaré que toute autre décision visant à réduire progressivement les achats d'actifs serait prise à la réunion de décembre de la banque centrale, de sorte que les investisseurs seront à l'affût de conseils alors que la BCE ajustera ses achats d'actifs, ainsi que de tout commentaire sur l'inflation.

Enfin, de nombreux États membres de la zone euro présenteront les données relatives au PIB et à l'inflation. On s'attend à ce que la croissance pour le troisième trimestre soit accélérée dans l'ensemble de la zone euro, en raison de la progression des campagnes de vaccination et de la reprise des dépenses dans le secteur des services. Cependant, le secteur manufacturier devrait connaître un ralentissement en raison de contraintes d'approvisionnement dont l'incidence sur l'Allemagne sera d'un intérêt considérable. On s'attend à une augmentation de l'inflation de 0,4 % pour le mois d'octobre, ce qui représenterait une progression du glissement annuel à 4,4 %. Une hausse des coûts de l'énergie aura contribué à ce résultat, car le cours du gaz a augmenté.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.