Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 25 février 2022

Évolution des marchés

Actions

Les marchés ont d’abord reculé avant de se redresser, alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie faisait les manchettes. L’incertitude a poussé les investisseurs à trouver rapidement une voie de sortie. Malgré un repli appréciable de 5 % durant la semaine, l’indice S&P 500 a réussi à remonter. Le 24 février, après avoir retraité de 2,6 %, l’indice S&P 500 a terminé la journée en hausse de 1,5 % après l’annonce de sanctions contre la Russie. Ces sanctions ne visaient toutefois ni le pétrole ni le système bancaire SWIFT, des sujets de préoccupation importants pour le marché qui pourraient perturber considérablement les échanges commerciaux. Le président américain Joe Biden a déclaré que les États-Unis n’avaient pas l’intention de combattre la Russie, mais que des troupes seraient stationnées en Europe pour défendre les alliés de l’OTAN.

Titres à revenu fixe

La semaine a été volatile pour les obligations. Le taux des obligations du Trésor américain à 10 ans est descendu à 1,85, avant de terminer la semaine sur des gains.

Marchandises

Les prix du pétrole ont clôturé la semaine en légère hausse. Les cours du pétrole brut ont culminé à 100 $ US durant la semaine après l’annonce initiale de l’invasion, mais ils sont rapidement redescendus, les marchandises ayant été épargnées par les sanctions. 

Performance (rendement des cours)

En date au 25 février 2022.

Événements macroéconomiques

Canada – Hausse de l’indice de confiance des petites entreprises de la FCEI

La confiance des petites entreprises s’est considérablement accrue en février, le Baromètre des affaires de la FCEI passant de 54,3 en janvier à 62,5 en février. C’est en Ontario que le regain de confiance a été le plus marqué, mais des améliorations ont été observées dans presque toutes les provinces. Les intentions d’embauche sont devenues positives, mais les entreprises continuent de signaler une pénurie de main-d’œuvre, qui limite la production. Les prévisions de hausse des prix et des salaires pour la prochaine année demeurent élevées.

États-Unis – L’indice des directeurs d’achats Markit se redresse; l’indice de confiance des consommateurs du Conference Board recule; le revenu personnel reste inchangé alors que les dépenses augmentent; les commandes de biens durables s’accélèrent.

L’indice composé provisoire des directeurs d’achats IHS Markit des États-Unis a bondi de 51,1 en janvier à 56,0 en février. Cette hausse a été soutenue par l’indice PMI du secteur des services, qui est passé de 51,2 à 56,7, alors que l’indice PMI du secteur manufacturier progressait également, passant de 55,5 à 57,5. Le recul de la pandémie a stimulé la demande sous-jacente. Les entreprises ont fait état d’une accélération de la production et des affaires coïncidant avec le retour des employés en congé de maladie et la plus grande disponibilité des matières premières. Du côté de l’inflation, les pressions se sont intensifiées alors que les entreprises cherchaient à accroître leurs stocks.

La confiance des consommateurs a encore diminué un peu en février, à 110,5 contre 111,1 en janvier. Les inquiétudes à l’égard de l’inflation se sont accentuées et les consommateurs sont plus pessimistes quant à leurs perspectives. Les intentions d’achat important pour les six prochains mois ont diminué.

Le revenu personnel a légèrement augmenté (moins de 0,1 %) en janvier. L’augmentation de la rémunération a été contrebalancée par la baisse des prestations gouvernementales. En revanche, les dépenses ont augmenté de 2,1 %. La hausse a été concentrée dans les biens, principalement les véhicules automobiles.

Les nouvelles commandes de biens durables ont fait un bond important de 1,6 % en janvier. Le secteur du transport, où les commandes sont en hausse de 3,4 %, continue d’enregistrer une solide reprise. Le secteur de la machinerie a également été vigoureux. En excluant le transport, les nouvelles commandes ont augmenté de 0,7 %.

International – Hausse de l’indice PMI de la zone euro; baisse de l’indice PMI du Japon; amélioration de l’indice de confiance IFO de l’Allemagne

L’indice composé provisoire des directeurs d’achats IHS Markit de la zone euro a monté, passant de 52,3 en janvier à 55,8 en février. L’indice PMI du secteur des services est passé de 51,1 à 55,8, tandis que l’indice PMI du secteur manufacturier est resté relativement stable, passant de 58,7 à 58,4. L’activité des entreprises a augmenté en février avec l’assouplissement des mesures de confinement liées à la COVID-19, les services enregistrant un rebond dans les secteurs où il y a beaucoup de contacts. Le secteur manufacturier a également connu une expansion soutenue, alors que l’offre et les délais de livraison s’améliorent. La forte demande a fait augmenter les arriérés, et la charge de travail a poussé les entreprises à hausser leurs effectifs. Les prix ont quand même continué d’augmenter, et la hausse des prix des services a atteint un sommet record. Sur le plan géographique, la France et l’Allemagne ont vu leur croissance s’accélérer considérablement. Le reste de la région a tiré de l’arrière, mais noté une amélioration de manière générale.

L’indice composé provisoire des directeurs d’achats Jiban Bank du Japon est passé de 49,9 en janvier à 44,6 en février. L’indice PMI du secteur des services a reculé de 47,6 à 42,7 et l’indice PMI manufacturier, de 55,4 à 52,9. Le secteur des services s’est encore contracté devant la montée des cas de COVID-19. La production manufacturière a chuté pour la première fois en cinq mois, et la croissance des nouvelles commandes a également faibli. Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement ont continué de freiner l’activité, car les délais de livraison se sont allongés.

L’indice IFO sur le climat des affaires en Allemagne a progressé, passant de 96,0 en janvier à 98,9 en février. Les entreprises étaient généralement plus satisfaites de leurs évaluations et prévisions actuelles, l’atténuation de la crise du coronavirus semblant l’emporter sur le conflit entre l’Ukraine et la Russie, qui reste aussi un facteur de risque. La confiance s’est améliorée dans tous les secteurs : fabrication, services, commerce et construction. Les entreprises ont constaté une forte demande, mais le manque de matières premières et les goulots d’étranglement de l’offre ont entravé la production.

Aperçu de l’avenir

Canada – PIB (1er mars); réunion de la Banque du Canada (2 mars)

La publication des résultats du PIB pour le mois de décembre donnera un portrait complet du dernier trimestre et de l’ensemble de l’année 2021. Statistique Canada avait précédemment estimé que le PIB était resté inchangé au cours du mois.

La réunion de la Banque du Canada cette semaine monopolise toutefois l’attention, puisqu’elle pourrait marquer le début d’un cycle de hausse, alors que l’inflation n’a jamais été aussi élevée depuis des décennies. Les marchés sont divisés sur l’intention de la BdC de commander une hausse de 50 points de base plutôt que 25. Bien que l’inflation soit élevée, la pandémie menace toujours, sans compter les risques géopolitiques récents découlant du conflit entre l’Ukraine et la Russie. Aux niveaux actuels, le marché semble privilégier le scénario de deux hausses de 50 points de base.

États-Unis – Témoignage de la Réserve fédérale et Livre beige de la Fed (2 mars); emplois non agricoles (4 mars)

Le président de la Réserve fédérale américaine doit témoigner devant le comité des services financiers de la Chambre des représentants. Le marché ne manquera pas d’analyser son discours et ses réponses à la recherche d’indices sur la suite des mesures de resserrement. Comme la période d’interdiction de la Fed commencera plus tard cette semaine, il faudra attendre la réunion du 16 mars pour avoir d’autres nouvelles de la Fed.

La nouvelle version du Livre beige de la Fed à paraître devrait confirmer la diminution du nombre de cas d’infection et la reprise de l’activité économique.

On s’attend à ce que les emplois non agricoles poursuivent sur leur lancée en février, après la forte progression de janvier malgré l’augmentation des cas de COVID-19. Les analystes du marché tablent sur la création de 400 000 nouveaux emplois en février.

International – Exportations sud-coréennes (28 février); indice PMI de la Chine et IPC de la zone euro (2 mars); compte rendu de la BCE (3 mars)

Les exportations sud-coréennes devraient rester solides avec une hausse prévue de 18,3 % sur 12 mois en février. Les exportations sud-coréennes sont souvent considérées comme un baromètre du commerce mondial.

Les indices PMI de la Chine devraient afficher une faible croissance, mais celui du secteur manufacturier pourrait être passé en territoire expansionniste, les pays à l’échelle mondiale parvenant à contenir le nombre de cas de COVID-19.

De nombreux pays européens publieront leurs données préliminaires sur l’IPC en février. L’inflation globale dans la région devrait s’accélérer pour s’établir à 5,3 % sur 12 mois, en raison principalement de la flambée des prix de l’énergie.

Le compte rendu de la réunion de la Banque centrale européenne du 3 février sera disponible. Même si l’information sera un peu désuète, les marchés scruteront le compte rendu pour cerner la pensée des décideurs. La présidente Christine Lagarde avait déclaré qu’une nouvelle série de prévisions économiques serait disponible à la réunion de mars, soit le moment où la banque centrale pourrait évaluer plus en détail la pertinence de hausser les taux d’intérêt.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.