Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 4 février 2022

Évolution des marchés

Actions

Les marchés ont gagné du terrain au cours de la semaine, récupérant une partie de leurs pertes récentes. La période de publication des résultats demeure solide, plus de la moitié de l’indice S&P 500 ayant à ce jour publié ses résultats. La croissance économique a également fait preuve de résilience, les données sur l’emploi aux États-Unis ayant surpassé les attentes du marché, malgré les défis posés par le variant Omicron. Les marchés chinois étaient fermés pour le Nouvel An lunaire.

Titres à revenu fixe

Les taux ont fortement augmenté, car la Banque d’Angleterre et la Banque centrale européenne (BCE) ont adopté un ton plus ferme que prévu. La Banque d’Angleterre a relevé les taux d’intérêt de 25 points de base (pb), mais elle avait d’abord pensé à presque doubler ce chiffre. La BCE a admis que l’inflation à moyen terme se rapproche de sa cible, ce qui signifie que des hausses de taux pourraient bientôt être envisagées.

Marchandises

Les prix du pétrole ont atteint un sommet inégalé depuis sept ans, même si la coalition de l’OPEP+ a poursuivi sa progression en augmentant sa production en raison de la forte demande, dans un contexte de tensions politiques entre la Russie et l’Ukraine et de vague de froid au Texas. Les prix du cuivre se sont redressés, car les déclarations des dirigeants de la Réserve fédérale américaine ont rejeté l’idée d’une hausse d’un demi-point. 

Performance (rendement des cours)

En date au 4 février 2022.

Événements macroéconomiques

Canada – Hausse du PIB; baisse de l’emploi en raison des confinements

Le PIB réel a augmenté de 0,6 % en novembre. Les hausses ont été généralisées, 17 des 20 secteurs ayant enregistré des gains. Le PIB réel est maintenant de 0,2 % au-dessus des niveaux qu’il affichait en février 2020, avant la pandémie. Statistique Canada estime que le PIB n’a pratiquement pas changé en décembre, ce qui signifie qu’il a augmenté d’environ 4,9 % pour l’année.

Au Canada, 200 000 emplois ont été perdus en janvier. Les baisses sont attribuables à l’Ontario et au Québec, où de nouvelles restrictions en matière de santé publique sont entrées en vigueur. Les pertes ont été concentrées dans les secteurs des services, les plus durement touchés étant l’hébergement et la restauration. Par ailleurs, le nombre d’emplois dans les secteurs de production de biens a augmenté, en particulier dans le secteur de la construction. Le taux de chômage a augmenté de 0,5 % pour s’établir à 6,5 %.

États-Unis – Augmentation des emplois non agricoles

Le nombre total d’emplois non agricoles a augmenté de 467 000 en janvier, après la création de 510 000 emplois en décembre. Ces gains étaient concentrés dans le secteur des services, où 440 000 emplois ont été créés. Sur le plan sectoriel, les emplois dans les secteurs des loisirs et de l’hébergement ont augmenté de 151 000, les services professionnels, de 86 000 et le commerce de détail, de 61 000. Le taux de chômage a augmenté de 0,1 % pour s’établir à 4,0 % avec un taux de participation plus élevé.

International – La Banque d’Angleterre relève de nouveau les taux; la BCE estime que l’inflation à moyen terme se rapproche de la cible; l’indice PMI de la Chine recule; le PIB et l’IPC de la zone euro augmentent

La Banque d’Angleterre a relevé les taux d’intérêt de 25 points de base pour s’établir à 0,5 %, ce qui marque sa deuxième hausse en chemin vers la normalisation. 5 membres du comité avaient voté en faveur de la décision et 4 contre. Toutefois, les marchés ont été quelque peu surpris d’apprendre que les quatre dissidents avaient voté en faveur d’une hausse de 50 pb. En même temps, la Banque d’Angleterre a commencé à réduire ses placements en obligations, car elle avait indiqué qu’elle commencerait à le faire une fois que les taux seraient passés à 0,5 %. La banque centrale a indiqué que l’inflation devrait atteindre un sommet d’environ 7,25 % en avril par rapport à son plus récent taux de 5,4 % en décembre, avant de baisser à « un peu au-dessus de la cible de 2 % d’ici deux ans ». Les marchés ont interprété le vote comme un signe que la banque centrale avait pris du retard sur la courbe de resserrement, ce qui a été nié par le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey. Les marchés anticipent maintenant la possibilité que deux autres hausses soient annoncées lors de la prochaine réunion en mars et jusqu’à cinq autres hausses pour l’année.

En revanche, la Banque centrale européenne a maintenu ses taux inchangés et a confirmé que les achats d’actifs se poursuivraient à un rythme plus lent au cours du trimestre. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a admis que les risques d’inflation étaient légèrement élevés pour l’année et se rapprochent de sa cible à moyen terme. Les marchés devront attendre la prochaine réunion, lorsque la BCE publiera de nouvelles prévisions qui pourraient changer la façon dont la banque centrale prévoit procéder cette année.

L’indice PMI composé de la Chine est passé de 52,2 en décembre à 51,0 en janvier. L’indice PMI manufacturier a peu varié, passant de 50,3 à 50,1, tandis que l’indice PMI non manufacturier est passé de 52,7 à 51,1. Les indicateurs de la demande ont été faibles, les nouvelles commandes et les arriérés ayant diminué. Par conséquent, l’emploi a reculé. Du côté des coûts, les prix des intrants et de la production ont augmenté.

Le PIB de la zone euro devrait avoir augmenté de 0,3 % en données désaisonnalisées au quatrième trimestre. Les résultats dans la région ont été contrastés et diversifiés par pays, menés par l’Espagne (+2,0 %), le Portugal (+1,6 %) et la Suède (+1,4 %). La France a également enregistré une solide hausse de 0,7 %. En revanche, la production a diminué en Allemagne (-0,7 %) et en Autriche (-2,2 %). Dans l’ensemble, le PIB de la région devrait avoir augmenté de 5,2 % pour l’année.

L’IPC de la zone euro a augmenté de 0,3 % en janvier, et les données sur 12 mois ont connu une hausse, passant de 5,0 % en décembre à 5,1 %. Cette hausse est principalement attribuable à l’augmentation de 6,0 % des prix de l’énergie et de 1,1 % des prix des aliments au cours du mois. Les prix des biens non énergétiques ont reculé de 2,0 %, tandis que les prix des services sont restés inchangés.

Aperçu de l’avenir

Canada

C’était une semaine tranquille sans publication de données importantes pour le Canada.

États-Unis – IPC (10 février); indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan (11 février)

Aux États-Unis, l’indice des prix à la consommation devrait encore avoir progressé de 0,5 % en janvier. Les prix de l’essence continueront d’exercer des pressions à la hausse. Sur 12 mois, l’IPC devrait augmenter à 7,3 % et devrait atteindre un sommet au cours des prochains mois.

La confiance des consommateurs a été particulièrement faible, les données de l’Université du Michigan se rapprochant des niveaux observés au début de la pandémie. Les consommateurs ont manifesté une moins grande intention de dépenser en raison de la hausse des prix et de l’incertitude entourant les revenus.

International – Production industrielle allemande (7 février); PIB du Royaume-Uni (11 février)

La production industrielle allemande a été entravée par des problèmes d’approvisionnement, mais pourrait avoir augmenté de 0,5 % en décembre. Le secteur automobile devrait afficher une certaine amélioration.

Les données sur le PIB du Royaume-Uni pour décembre seront disponibles et devraient montrer une légère contraction, car des restrictions ont été mises en place en réponse à la vague de cas de COVID-19. Néanmoins, le PIB réel devrait avoir progressé de 1,1 % au quatrième trimestre.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.