Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 4 mars 2022

Évolution des marchés

Actions

L’incertitude planait sur les marchés, alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie prenait de l’ampleur. Les grandes banques russes ont été exclues du réseau SWIFT et les actifs de la banque centrale de Russie ont été bloqués. Les paiements liés à l’énergie ont toutefois été exclus de ces sanctions. Les marchés évaluent le risque  d’un raffermissement des prix des marchandises, qui pourrait freiner les dépenses de consommation et stimuler davantage l’inflation. Les marchés boursiers nord-américains ont mieux résisté à l’incertitude, tandis que les marchés européens ont davantage souffert du délestage, en raison de leur proximité et de leur dépendance à l’énergie russe.

Titres à revenu fixe

Les taux ont chuté de façon marquée, alors que les forces russes continuaient d’avancer. La Banque du Canada a relevé son taux directeur de 25 points de base pour le porter à 0,5 %, précisant que « la situation reste fluide ».

Marchandises

Les prix des marchandises ont été soulevés par l’incertitude et le conflit armé en cours. La Russie et l’Ukraine sont d’importants exportateurs de nombreuses marchandises, dont le pétrole, qui a bondi de plus de 25 %, et le blé, qui s’est envolé de près de 60 %. D’autres marchandises ont également tiré leur épingle du jeu, l’incertitude entourant l’offre favorisant une accumulation des réserves de façon générale. 

Performance (rendement des cours)

Au 4 mars 2022

Événements macroéconomiques

Canada – La Banque du Canada relève son taux directeur de 25 points de base; le PIB reste inchangé en décembre

La Banque du Canada a relevé les taux d’intérêt de 25 pb pour les porter à 0,50 %. La récente croissance économique plus forte que prévu a confirmé que la capacité excédentaire a été en grande partie absorbée. Même si la reprise de l’emploi au Canada a été freinée par Omicron au début de l’année, le rebond semble bien amorcé et les dépenses sont résilientes. Par contre, la BdC a admis que l’inflation était « plus généralisée », les indicateurs de l’inflation de base ayant tous augmenté et l’invasion de l’Ukraine augmentant les pressions sur l’énergie et les aliments. On s’attend maintenant à ce que l’inflation soit plus élevée à court terme que ce qui avait été anticipé en janvier. Bien que le conflit entre la Russie et l’Ukraine ait ajouté une autre source importante d’incertitude, « la situation reste fluide » et est surveillée de près par la BdC. Il n’y a pas eu de conférence de presse après le communiqué, mais le gouverneur Tiff Macklem a laissé sous-entendre que d’autres hausses suivraient plus tard cette année dans un discours prononcé devant la CFA Society Toronto où il a déclaré ceci :  « Il est important de souligner que le taux directeur de la Banque demeure l’outil de politique monétaire le plus important à notre disposition pour ramener l’inflation à la cible de 2 % ».

Le PIB réel du Canada est resté inchangé en décembre. Le secteur des services a réussi à croître de 0,1 %, malgré la propagation du variant Omicron et le rétablissement de certaines restrictions par les gouvernements. Les secteurs qui supposent un contact direct avec les consommateurs, comme le commerce de détail (-2,7 %), les arts, le divertissement et les loisirs (-3,7 %) et l’hébergement et les services alimentaires (-1,5 %) ont été les plus durement touchés. Les secteurs producteurs de biens liés à l’extraction minière, à l’exploitation en carrière et à l’extraction pétrolière ont reculé de 0,1 % en raison des perturbations de la production causées par le temps froid. Dans l’ensemble, le PIB canadien a progressé de 1,6 % au quatrième trimestre et de 4,6 % pour l’année. En 2021, l’économie canadienne a progressé grâce à la vigueur des dépenses de consommation, des dépenses gouvernementales et des investissements des entreprises.

États-Unis – Jerome Powell appuie le relèvement des taux dans son témoignage devant la Réserve fédérale américaine; le Livre beige de la Fed montre que l’économie progresse malgré des difficultés; les emplois non agricoles dépassent les attentes

Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a déclaré devant le comité des services financiers de la Chambre des représentants que comme l’inflation dépassait largement 2 % et que le marché de l’emploi était vigoureux, il s’attendait à devoir relever la fourchette cible du taux des fonds fédéraux à la prochaine réunion prévue à la fin du mois. M. Powell a déclaré que la Fed ramènerait l’inflation sous contrôle et que la banque centrale était prête à hausser son taux de plus de 25 pb au besoin. L’économie résiliente, l’inflation élevée et le resserrement du marché de l’emploi laissent entrevoir une hausse des taux par la Fed. L’inflation devrait ralentir au fil de l’année à mesure que la réduction des mesures de relance budgétaire se fait sentir et que les taux d’intérêt augmentent. L’invasion russe en cours est surveillée de près, mais M. Powell a écarté d’une façon générale les questions entourant le conflit, ainsi que les sanctions qui sont du ressort du gouvernement américain. M. Powell a toutefois indiqué que les effets sont incertains, mais que la croissance pourrait être entravée à mesure que la hausse des prix de l’énergie se répercute sur l’économie.

Le Livre beige de la Fed a confirmé que l’activité économique avait continué de croître modestement, même si les cas de COVID ont perturbé les affaires et que les entreprises ont dû composer avec un taux d’absentéisme plus élevé. L’hiver rigoureux, les problèmes persistants liés à la chaîne d’approvisionnement et les faibles stocks ont aussi eu un effet perturbateur. Entre-temps, les marchés de l’emploi ont poursuivi leur croissance à un rythme soutenu grâce à une demande importante freinée par la pénurie de travailleurs, et les prix ont continué de progresser partout au pays en raison de la hausse des coûts des intrants et du transport.

En février, 678 000 emplois non agricoles ont été créés, surpassant largement les attentes du marché, qui prévoyaient la création de 400 000 emplois. Le nombre d’emplois dans le secteur des services a augmenté de 549 000, grâce à des gains généralisés. Dans le secteur des biens, 105 000 emplois se sont ajoutés, en particulier dans les secteurs de la construction et de la fabrication. Le taux de chômage a reculé de 0,2 % pour s’établir à 3,8 %.

International – Les exportations sud-coréennes bondissent; l’indice PMI de la Chine reste inchangé; l’IPC de la zone euro monte en flèche

Les exportations sud-coréennes ont augmenté de 20,6 % sur 12 mois en février. Les chiffres par produit montrent des hausses de 40,1 % pour l’acier, de 66,2 % pour les produits pétrochimiques, de 44,5 % pour les ordinateurs et de 24,0 % pour les semi-conducteurs.

L’indice PMI général composé calculé par Caixin pour la Chine est resté inchangé à 50,1 en février. L’indice PMI manufacturier a monté, passant de 49,1 à 50,4, tandis que l’indice PMI du secteur des services a reculé, passant de 51,4 à 50,2. Les fabricants ont constaté une légère amélioration attribuable à l’augmentation de la production et des ventes. Toutefois, la demande d’exportations a fléchi et l’emploi a reculé. L’activité dans les services a ralenti en raison de la baisse des nouvelles affaires et de l’emploi. Les prix des intrants et des extrants ont continué d’augmenter.

L’indice des prix à la consommation de la zone euro a progressé de 0,9 % en février. Les prix de l’énergie ont augmenté de 3,3 % au cours du mois, contre 0,8 % pour les aliments, 0,7 % pour les biens industriels et 0,4 % pour les services. Sur 12 mois, les prix ont augmenté de 5,8 %.

Aperçu de l’avenir

Canada – Enquête sur la population active (11 mars)

L’emploi au Canada devrait avoir rebondi en février, après les pertes subies en janvier en raison des restrictions liées à la COVID-19. Par conséquent, les gains devraient être concentrés dans les services. Les marchés s’attendent à un rebond de 125 000 emplois pour le mois, après les 200 000 emplois perdus en janvier.

États-Unis – IPC (10 mars); indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan (11 mars)

La principale donnée à surveiller cette semaine est l’IPC pour le mois de février. Les pressions inflationnistes continuent de s’intensifier et les prix pourraient avoir encore augmenté de 0,9 % durant le mois. La hausse des prix des marchandises stimulera encore une fois l’inflation, et le conflit entre la Russie et l’Ukraine pourrait accentuer les pressions. Les prix des logements, qui comptent pour le tiers de l’indice et qui n’ont pas suivi le rythme de la hausse des prix de l’immobilier, pourraient encore augmenter.

L’enquête de l’Université du Michigan sur la confiance des consommateurs donnera un aperçu de la réaction des consommateurs au conflit entre la Russie et l’Ukraine. La confiance est déjà faible et pourrait diminuer davantage, les consommateurs ayant tendance à réduire leurs dépenses pour épargner dans un contexte d’incertitude. Les craintes inflationnistes pourraient aussi s’intensifier en raison de la hausse des prix de l’énergie.

International – Congrès national du Peuple chinois; exportations de la Chine (7 mars); IPC de la Chine et production industrielle de l’Allemagne (8 mars); réunion de la BCE (10 mars)

Le Congrès national du Peuple chinois tiendra son assemblée annuelle. Les investisseurs seront impatients de connaître les objectifs de la Chine pour l’année dans le contexte d’une économie ralentie par les réformes réglementaires et la décélération du marché de l’habitation. Les politiques budgétaires, les restrictions sanitaires et les mesures pour contrer le virus, les cibles de croissance et les commentaires sur le conflit entre la Russie et l’Ukraine retiendront particulièrement l’attention des marchés.

Les exportations chinoises devraient rester solides, malgré des signes de ralentissement. Le cumul annuel de février devrait confirmer une diminution de la croissance des exportations, à 15,7 % sur 12 mois.

L’IPC de la Chine devrait s’établir à 0,8 % sur 12 mois en février. La hausse des coûts de l’énergie et des aliments pourrait surprendre.

La production industrielle allemande devrait avoir rebondi de 0,5 % en janvier. La baisse de production s’explique en grande partie par les contraintes d’offre, qui pourraient s’être atténuées.

Enfin et surtout, la Banque centrale européenne se réunira. La présidente Christine Lagarde avait déjà ouvert la voie à un resserrement de la politique monétaire. Toutefois, les plus récents événements en Ukraine pourraient inciter la banque centrale à adopter une position plus expansionniste. La BCE présentera une nouvelle série de projections économiques, et les marchés attendront avec impatience le chiffre d’inflation pour 2024, qui pourrait avoisiner 2 %.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. (« CQSI »), de Gestion d'actif Credential (« GAC »), de Gestion d'actifs Qtrade (« GAQ ») et de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI »). Placements NEI est une marque déposée de NEI. Toute utilisation d'un nom commercial ou d'une marque de commerce de Patrimoine Aviso par CQSI, GAC, GAQ ou NEI est faite avec le consentement ou la licence de Patrimoine Aviso. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso S.E.C., détenue à 50 % respectivement par Desjardins Holding financier Inc. et par une société en commandite qui appartient aux cinq centrales de caisse de crédit provinciales et au Groupe CUMIS limitée. Les fonds communs de placement et les autres valeurs mobilières sont offerts par Valeurs mobilières Credential et Conseiller Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Les fonds communs de placement sont offerts par l'intermédiaire de Gestion d'actif Credential Inc. et de Gestion d'actifs Qtrade (un nom commercial de Gestion d'actif Credential Inc.).

Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s'y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d'autres sujets similaires. Ce document est publié par CQSI, GAC et GAQ et, à moins d'indication contraire, tous les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de CQSI, de GAC et de GAQ. Les points de vue exprimés dans le présent document peuvent changer sans préavis à mesure que les marchés changent au fil du temps.