Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 8 janvier 2021

Développements du marché

Actions

Ayant connu une hausse sans précédent à la fin de 2020, le marché des actions a commencé 2021 dans une forte période de volatilité, alors que les investisseurs étaient concentrés sur les élections sénatoriales en Géorgie. Les démocrates ont réussi à arracher la victoire en prenant le contrôle des deux sièges, ce qui a fractionné le Sénat en parts égales. Les résultats des élections ont entraîné d’importantes répercussions, accordant finalement à la vice-présidente élue Kamala Harris le vote de bris d’égalité dans des domaines comme les mesures de soutien liées à la COVID-19, la lutte aux changements climatiques, l’impôt sur les sociétés et la réglementation. Par ailleurs, l’indice S&P 500 a augmenté de 1,83 %, tandis que l’indice composé S&P/TSX a progressé de 3,49 %.

Revenu fixe :

Les rendements obligataires se sont fortement redressés puisque l’on s’attend à ce les victoires des démocrates en Géorgie stimulent davantage les marchés. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a augmenté de 20 points de base pour s’établir à 1,12 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 14 points de base pour passer à 0,81 %.

Marchandises :

Alimentés par les attentes de stimulation accrue des marchés, les prix du cuivre ont augmenté de 4,96 % tandis que les prix du pétrole ont augmenté de 8,68 %; l’Arabie saoudite ayant surpris les marchés en annonçant une baisse unilatérale supplémentaire de 1 million de barils en février et en mars. L’or a chuté de 2,62 % en raison de la hausse des rendements.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 8 janvier 2021

Développements macroéconomiques

Canada – L’indice PMI manufacturier atteint des sommets inégalés depuis 10 ans et l’emploi diminue en raison des mesures de santé publique

L’indice PMI d’IHS Markit du secteur manufacturier canadien est passé de 55,8 en novembre à 57,9 en décembre – le chiffre le plus élevé depuis octobre 2010. Les entreprises ont enregistré une forte hausse des nouvelles commandes, tandis que l’augmentation de la production a contribué aux pressions s’exerçant sur la capacité et à la création d’emplois.

Les entreprises ont également connu des pressions accrues sur la chaîne d’approvisionnement en raison des restrictions visant à limiter la propagation de la COVID-19, ainsi que des pénuries de matériel et des coûts de transport plus élevés ajoutés aux pressions inflationnistes. Quant à l’avenir, le sentiment de confiance s’est amélioré; les fabricants continuent d’espérer que la production augmente en 2021.

Le nombre d’emplois a chuté de 63 000 en décembre – un premier déclin depuis avril causé par les répercussions des mesures de santé publique sur le secteur des services, où 74 000 emplois ont été perdus. Le taux de chômage a augmenté de 0,1 point de pourcentage pour s’établir à 8,6 %.

États-Unis – Le FOMC élargit le sens de « progrès supplémentaires substantiels »; les emplois non agricoles subissent de nouvelles restrictions; le nombre de commandes manufacturières augmente

Le procès-verbal du Federal Open Market Committee (FOMC) indique que les membres appuient le rythme actuel des achats d’actifs. La plupart d’entre eux étaient favorables à la composition actuelle des achats, alors que d’autres envisageaient la pondération de ceux-ci en fonction d’échéances à plus long terme. Quant au fait que les achats devraient se poursuivre jusqu’à ce que des « progrès supplémentaires substantiels » soient accomplis, les membres du FOMC ont affirmé que cet énoncé serait large, qualitatif et non basé sur des critères ou des seuils numériques spécifiques. Ils ont également expliqué qu’une fois les progrès accomplis, une diminution progressive des achats pourrait commencer, et que le processus ultérieur pourrait généralement suivre une séquence semblable à celle mise en oeuvre dans le cadre du programme d’achat à grande échelle établi en 2013 et en 2014.

Le nombre d’emplois non agricoles a diminué de 140 000 en décembre; il s’agit de la première baisse mensuelle depuis avril. Par ailleurs, la détérioration du marché du travail reflète l’augmentation du nombre de cas de COVID-19, laquelle a entraîné de nouvelles restrictions, tandis que 498 000 emplois ont été perdus au sein de l’industrie du loisir et de l’hôtellerie. Les pertes d’emplois ont été partiellement compensées par les gains dans les services professionnels et commerciaux, le commerce de détail et la construction. Le taux de chômage de 6,7 % demeure inchangé.

En novembre, les commandes manufacturières ont augmenté de 1,0 %, après une hausse de 1,3 % en octobre. Cette augmentation a été stimulée par l’équipement de transport, en hausse de 2,1 %.

International – La production industrielle japonaise demeure inchangée; l’indice PMI en Chine reste fort; les ventes au détail dans la zone euro chutent; les commandes manufacturières et la production industrielle augmentent en Allemagne

Après avoir connu une augmentation de 4,0 % en octobre, la production industrielle japonaise est demeurée inchangée en novembre. La croissance a été freinée par la chute de la production de biens de consommation; les chiffres indiquent que la reprise a été affectée par la récente vague d’infections.

L’indice PMI général composé calculé par Caixin pour la Chine est passé de 57,5 à 55,8 au mois de décembre. Ayant atteint des sommets inégalés depuis 10 ans, les chiffres ont chuté, mais continuent d’indiquer une reprise solide en cours. L’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 54,9 à 53,0, tandis que l’indice PMI du secteur des services est passé de 57,8 à 56,3. Les résultats et les nouvelles affaires ont connu une croissance plus lente, mais un rythme soutenu continu. Quant aux exportations, la croissance s’est affaiblie, probablement en raison de la hausse du nombre de cas dans les principaux pays commerçants. Les fabricants ont fait preuve de prudence sur le plan de l’embauche, les chiffres liés à la main-d’oeuvre étant sensiblement les mêmes, tandis que les fournisseurs de services ont continué à embaucher du personnel. Les coûts ont continué à augmenter à un rythme considérable. Les fabricants ont rapporté des coûts de matériel plus élevés, en particulier pour les métaux, tandis que les entreprises de services ont enregistré des coûts plus élevés liés au recrutement. Le degré d’optimisme demeure élevé en raison des prévisions d’une conjoncture plus forte et de la fin de la pandémie.

Les ventes au détail dans la zone euro ont chuté de 6,1 % en novembre, après une augmentation de 1,4 % en octobre. Cette baisse a été attribuée aux produits non alimentaires, qui ont diminué de 8,6 %.

En Allemagne, les commandes manufacturières ont augmenté de 2,3 % en novembre, après une hausse de 3,3 % en octobre. Les commandes nationales ont augmenté de 1,6 % alors que les commandes étrangères ont augmenté de 2,9 %, en raison de la forte demande de la zone euro. Par industrie, une forte croissance a été observée dans celle des produits chimiques, des métaux et des produits électroniques. Le nombre de commandes automobiles a chuté pour la première fois depuis avril.

La production industrielle allemande a grimpé de 0,9 % en novembre, après une hausse de 3,2 % en octobre. La production énergétique a chuté, alors que celle dans les secteurs de la construction et de la fabrication a augmenté. En ce qui concerne le secteur manufacturier, la production de biens de consommation a chuté de 1,7 %, une chute qui a été compensée par une hausse des biens intermédiaires et des biens d’équipement.

Aperçu de l’avenir

Canada – Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada (11 janvier)

L’enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada pour le quatrième trimestre sera publiée. Le rapport du troisième trimestre indique des intentions d’embauche inférieures à la moyenne et de faibles intentions de dépenses en capital en raison de l’incertitude. Depuis, l’optimisme devrait s’être amélioré compte tenu des nouvelles sur les vaccins. Le rapport fournira également une mise à jour sur la demande des consommateurs et les conditions financières.

États-Unis – Livre beige de la Réserve fédérale et IPC (13 janvier); ventes au détail, production industrielle et indice Empire State du secteur manufacturier (15 janvier)

La Réserve fédérale publiera un livre beige à jour qui fournira un rapport sur le processus de reprise. L’indice des prix à la consommation (IPC) devrait avoir augmenté de 0,4 % en décembre en raison des perturbations liées à la chaîne d’approvisionnement et de la hausse des prix de l’essence.

Vendredi, nous aurons une foule de nouvelles à surveiller. Les ventes au détail pourraient avoir diminué en décembre, en raison du nombre de cas ayant bondi et des nouvelles restrictions en place. L’élan observé dans le secteur de la production industrielle pourrait continuer compte tenu de la force du secteur manufacturier. Enfin, l’enquête relative à l’indice Empire State du secteur manufacturier nous fournira la première mise à jour sur le secteur manufacturier pour la nouvelle année.

International – IPC en Chine (10 janvier); exportations de la Chine et procès-verbal de la BCE (14 janvier); PIB du Royaume-Uni (15 janvier)

On s’attend à ce que l’IPC en Chine en décembre demeure inchangé par rapport à l’année précédente – la baisse des prix du porc étant susceptible de nuire au résultat. Entre-temps, on s’attend à ce que les exportations de la Chine aient augmenté de 13,0 % en décembre par rapport à l’année précédente. Les enquêtes relatives à l’indice PMI qui ont été menées la semaine dernière indiquent que la demande étrangère s’est maintenue en décembre.

En outre, le procès-verbal de la Banque centrale européenne (BCE) de décembre sera publié en Europe. Les marchés seront à l’affût des mises à jour macroéconomiques en raison de la nouvelle souche virale. La BCE a élargi le programme d’achat d’urgence en cas de pandémie de 500 milliards d’euros, et on laisse présager que la Banque prenne d’autres mesures monétaires à l’avenir. En outre, le PIB au Royaume-Uni pour novembre sera annoncé, et celui-ci reflétera les conséquences liées à la recrudescence du virus. Le consensus du marché prévoit une baisse de 4,6 %. Enfin, comme lors de l’éclosion initiale, on s’attend à ce que le secteur des services ait été durement touché.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.