Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 22 janvier 2021

Développements du marché

Actions

Les marchés ont connu une hausse remédiant aux pertes de la semaine précédente. Même si l’économie piétine, les investisseurs portent leur attention sur la reprise potentielle de cette année, au-delà des risques à court terme. Aux États-Unis, suivant son investiture, Joe Biden a dévoilé une stratégie nationale contre la pandémie. Il s’est engagé à ratifier de nouveau l’accord de Paris sur le climat et a annulé le projet de pipeline Keystone XL. L’indice S&P 500 s’est redressé de 1,94 %. L’indice composé S&P/TSX a fléchi de 0,35 %.

Revenu fixe :

Les rendements ont augmenté au Canada après que la Banque du Canada a déclaré s’attendre à une reprise très bientôt cette année et a laissé entendre que les achats d’actifs pourraient être réduits à mesure que la reprise se concrétisera. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans est stable à 1,09 %, et une réunion de la Réserve fédérale américaine est prévue cette semaine. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 4 points de base pour passer à 0,85 %.

Marchandises :

Le prix de l’or a grimpé de 1,49 % en raison de l’affaiblissement du dollar américain. Les cours du pétrole et du cuivre n’ont presque pas bougé.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 22 janvier 2021

Développements macroéconomiques

Canada – la Banque du Canada doit maintenir son taux jusqu’à l’atteinte de l’objectif d’inflation; baisse de l’IPC; diminution prévue des ventes au détail en décembre; diminution des ventes du secteur manufacturier

La politique demeure inchangée après la réunion de la Banque du Canada, qui a déclaré qu’elle « maintiendra le taux directeur au niveau actuel jusqu’à l’atteinte de l’objectif d’inflation ». On a laissé entendre que le Conseil pourrait procéder à une réduction « à mesure que la confiance à l’égard de la vigueur de la reprise augmentera ». Les prévisions de croissance mises à jour montrent que la banque centrale est plus pessimiste au premier trimestre en ce qui a trait à la faiblesse de la consommation globale à court terme, mais reste prudemment optimiste dans ses prévisions à moyen terme, étant donné que la deuxième vague faiblit et que la disponibilité des vaccins augmente. Le Banque du Canada prévoit une reprise rapide si les restrictions sont assouplies au deuxième trimestre. La révision du premier trimestre a fait passer les prévisions de croissance pour 2021 à 4,0 %, un recul de 0,2 %, mais, à l’inverse, les prévisions pour 2022 ont été revues à la hausse, passant à 4,8 %, une augmentation de 1,1 %. Interrogé sur la possibilité d’une baisse minuscule, Tiff Macklem, gouverneur de la Banque du Canada, a reconnu que c’était un outil potentiel.

L’IPC a reculé de 0,2 % en décembre. Les prix de l’essence ont augmenté de 3,3 %, mais l’effet a été neutralisé par le déclin de 0,6 % du prix des produits. Pour l’année, l’inflation a été de 0,7 %.

Les ventes au détail ont augmenté de 1,3 % en novembre, alors que Statistique Canada, dans son estimation préliminaire, prévoyait qu’elles seraient relativement inchangées. Les ventes de véhicules et des concessionnaires ont reculé, mais celles des magasins d’alimentation et de boissons ont augmenté, tout comme celles des magasins de matériaux de construction et de produits de jardinage. Selon l’estimation préliminaire pour décembre, il y a eu une baisse de 2,6 %, reflétant les effets de l’augmentation des cas de COVID-19 et du durcissement des mesures de confinement.

Les ventes du secteur manufacturier ont reculé de 0,6 % en novembre, après un progrès de 0,2 % en octobre. Les ventes ont été en baisse dans seulement cinq des 21 secteurs, mais celui des transports a chuté de 9,1 %.

États-Unis – L’indice PMI d’IHS Markit indique une expansion plus forte

L’indice composé PMI Flash d’IHS Markit des États-Unis est passé de 55,3 en décembre à 58,0 en janvier, fruit d’une croissance qui s’accélère dans le secteur privé à la fois dans le secteur manufacturier et dans celui des services. L’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 57,1 à 59,1, tandis que l’indice PMI du secteur des services est passé de 54,8 à 57,5. La production et les nouvelles commandes ont également augmenté. Il y a eu une hausse accélérée des nouveaux contrats dans le secteur manufacturier, mais une stagnation dans le secteur des services. Les pressions inflationnistes continuent de s’intensifier en raison des retards des fournisseurs et des pénuries qui haussent le coût des intrants. Le bond des coûts de transport et de l’équipement de protection individuelle a entraîné la hausse la plus marquée des prix de vente depuis juillet 2008.

International – Le PIB de la Chine augmente grâce à la production industrielle; l’indice ZEW en Allemagne indique que la confiance se renforce; aucun changement de politique à la réunion de la BCE, et l’indice PMI pour la zone euro fléchit; la Banque du Japon affirme qu’il est important de maintenir la courbe du rendement global basse, et l’indice PMI au Japon recule

Le PIB de la Chine a connu une augmentation désaisonnalisée de 2,6 % au quatrième trimestre. Dans l’ensemble, la production a augmenté de 2,3 % en 2020, malgré plusieurs semaines de confinement dans une partie du pays pour limiter la propagation de la pandémie. L’économie de la Chine est la seule parmi les principales à l’échelle mondiale qui aurait connu une expansion l’an dernier, reflétant le succès de ses mesures de confinement. La croissance est le fruit d’une forte production industrielle, qui a augmenté de 2,8 % en 2020, notamment attribuable à la croissance de 3,4 % du secteur manufacturier. Les données montrent que la demande des consommateurs s’est enlisée : les ventes au détail sont inférieures de 3,9 % à l’année précédente.

L’indice ZEW en Allemagne, qui mesure le sentiment de confiance à l’égard de l’économie, a augmenté, passant de 55,0 en décembre à 61,8 en janvier. Malgré l’incertitude à propos de l’immédiat, les perspectives économiques s’améliorent compte tenu des prévisions d’exportation en forte hausse.

La BCE n’a pas modifié sa politique. La présidente Christine Lagarde a admis que la production a probablement baissé au quatrième trimestre et que l’incertitude demeure élevée, et elle continue d’insister sur l’objectif de la BCE, qui est de s’assurer que les conditions de financement sont favorables.

L’indice composé PMI Flash d’IHS Markit pour la zone euro est passé de 49,1 en décembre à 47,5 en janvier. Les activités commerciales ont ralenti au cours du mois. L’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 55,2 à 54,7, tandis que l’indice PMI du secteur des services est passé de 46,4 à 45,0. La résilience du secteur manufacturier se maintient, avec une expansion de la production pour un septième mois d’affilée, alors que la détérioration se poursuit dans le secteur des services, qui l’attribue au durcissement des restrictions. Le nombre d’emplois a chuté pour un onzième mois de suite, avec une légère diminution dans le secteur manufacturier et dans le secteur des services. Les manufacturiers ont signalé la hausse la plus rapide des prix en plus de deux ans. Les attentes de décembre ont été revues à la baisse en raison de l’inquiétude persistante au sujet des effets durables de la COVID-19. D’après les données nationales, le déclin a été généralisé dans l’ensemble de la zone euro. L’Allemagne est le seul pays où l’activité demeure très légèrement expansionniste, l’indice étant de 50,8, tandis qu’il était de 52,0.

Comme prévu, la Banque du Japon ne modifie pas sa politique avant de connaître les résultats de l’évaluation de la politique prévus en mars. La Banque du Japon affirme qu’il est important de maintenir la courbe du rendement global basse, et ce, même après la pandémie.

L’indice composé PMI Flash de l’au Jibun Bank du Japon est passé de 48,5 en décembre à 46,7 en janvier. L’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 50,0 à 49,7, tandis que le déclin de l’indice PMI du secteur des services a été plus prononcé : il est passé de 47,7 à 45,7. Comme elles sont plombées par l’augmentation du nombre de cas, les conditions de la demande se sont détériorées. La production, les nouvelles commandes et les commandes destinées à l’exportation ont reculé. Le nombre d’emplois a diminué dans le secteur manufacturier, mais s’est maintenu dans le secteur des services. Les manufacturiers ont signalé une augmentation des pressions sur les coûts qui minent les conditions d’exploitation. Les perspectives se sont dégradées, mais restent positives.

Aperçu de l’avenir

Canada – PIB (29 janvier)

La seule donnée publiée au Canada la semaine prochaine sera le PIB en novembre, dont l’estimation préliminaire de Statistique Canada est une hausse de 0,4 %. Nous aurons également les données préliminaires de décembre, qui devraient indiquer une contraction découlant de la baisse prévue des ventes au détail de décembre, étant donné l’imposition d’un nouveau confinement. La Banque du Canada prévoit déjà que la situation se détériorera avant que les conditions s’améliorent.

États-Unis – Réunion de la Réserve fédérale américaine (27 janvier); PIB (28 janvier); revenus et dépenses personnels (29 janvier)

Il y aura la réunion de la Réserve fédérale américaine, et comme des changements de politique sont également peu probables, les marchés chercheront plutôt des indices à propos de l’avenir.

Ensuite, il y aura le PIB du quatrième trimestre – les marchés prévoient une expansion de 4,2 %. En décembre, les revenus personnels sont probablement demeurés relativement inchangés, tandis que les dépenses ont probablement diminué.

International – L’indice IFO du climat des affaires (25 janvier); les PIB de l’Allemagne et de la France (29 janvier)

L’indice IFO fournira de nouveaux renseignements sur les conditions commerciales en Allemagne et la situation des entreprises confrontées aux restrictions, lesquelles devraient s’être légèrement dégradées. En décembre, le secteur manufacturier fait l’objet du seul point positif, alors que la situation dans les secteurs des services, du commerce et de la construction s’est détériorée.

Ensuite, nous aurons les données concernant le PIB du quatrième trimestre de deux pays européens de premier plan, l’Allemagne et la France, qui devraient témoigner des difficultés qu’a causées la résurgence de la pandémie au cours du trimestre.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.