Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 29 janvier 2021

Développements du marché

Actions

La volatilité a bondi la semaine dernière en raison de la vente d’actions. La Réserve fédérale américaine (Fed) a réitéré son soutien monétaire continu en ce qui concerne le rythme modéré du déploiement du vaccin. Cependant, c’est la bataille entre les investisseurs indépendants et Wall Street qui a fait les manchettes la semaine dernière. Les petits investisseurs se sont empressés d’acheter des actions de sociétés ayant fait l’objet de nombreuses ventes à découvert par de grands fonds spéculatifs. Cet engouement dans le secteur de la vente au détail a entraîné de fortes périodes de volatilité sur le marché. L’indice S&P 500 a reculé de 3,31 %. L’indice composé S&P/TSX a fléchi de 2,85 %.

Revenu fixe :

Les rendements ont augmenté au Canada après de bons résultats du PIB. Aux États-Unis, comme la Fed a affirmé qu’il était trop tôt pour discuter de diminuer l’achat d’actifs, les rendements sont demeurés bas. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a baissé de 2 points de base pour s’établir à 1,07. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 4 points de base pour passer à 0,89 %.

Marchandises :

Les prix du cuivre ont chuté de 1,93 % en raison de préoccupations liées à la demande chinoise et à la reprise aux États-Unis. Le prix de l’or et celui du pétrole n’ont pas bougé.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 29 janvier 2021

Développements macroéconomiques

Canada – Augmentation du PIB

Le PIB réel a augmenté de 0,7 % en novembre, après une hausse de 0,4 % en octobre. L’offre des industries productrices de biens a progressé de 1,2 % et celle du secteur des services a augmenté de 0,5 %. L’activité économique totale reste inférieure d’environ 3,5 % aux niveaux observés en février dernier, avant la pandémie. Statistique Canada estime que le PIB a augmenté de 0,3 % en décembre, et que les secteurs du commerce de détail et de gros ainsi que des services alimentaires ont probablement nui aux résultats. Cette estimation implique que le PIB a augmenté de 1,9 % au quatrième trimestre, mais a baissé globalement de 5,1 % au cours de l’année.

États-Unis – Politique de la Fed inchangée; augmentation du PIB; diminution des revenus et des dépenses personnelles

Comme prévu, la Fed n’a pas modifié sa politique et a réitéré le maintien de sa position quant aux achats d’actifs jusqu’à ce que des « progrès supplémentaires substantiels » soient observés. Comme le chemin menant à la reprise économique dépend du déploiement du vaccin, le président Jerome Powell a affirmé qu’il était trop tôt pour discuter de la réduction d’achats.

Le PIB réel a augmenté de 4,0 % au quatrième trimestre, après une hausse de 33,4 % au troisième trimestre. Les placements et la consommation des ménages ont augmenté et ont été compensés par une baisse des dépenses publiques et des exportations nettes. La hausse de la consommation a été alimentée par les dépenses dans le secteur des services, tandis que les dépenses liées aux biens ont diminué. Les résultats n’ont pas atteint le consensus du marché, qui prévoyait un taux de consommation plus faible de 4,2 %. De manière générale, le PIB a reculé de 2,5 % pour l’année.

Les dépenses personnelles ont grimpé de 0,6 % en décembre, après un recul de 1,3 % en novembre. Les revenus ont augmenté en raison des importantes prestations gouvernementales, reflétant l’augmentation des prestations d’assurance chômage, ainsi que des salaires. Les dépenses personnelles ont chuté de 0,2 %, après un recul de 0,7 % en novembre. Cette chute s’explique par la diminution des dépenses en matière de biens, mais celles liées aux services ont également contribué à la baisse.

International – L’indice IFO du climat des affaires se détériore; le PIB de l’Allemagne augmente légèrement ; le PIB de la France recule

L’indice IFO du climat des affaires en Allemagne est passé de 92,2 à 90,1 en janvier. Les conditions commerciales ont chuté dans tous les secteurs : manufacturier, services, commerce et construction. Cette chute se produit alors que la deuxième vague de la pandémie de coronavirus force l’arrêt de la reprise, ce qui mène à une détérioration de la situation actuelle et des attentes.

Le PIB réel de l’Allemagne s’est accru de 0,1 % au quatrième trimestre. La reprise a été ralentie par la deuxième vague de la pandémie, qui a entraîné un nouveau confinement. La consommation des ménages a chuté, tandis que la vigueur des exportations et de la construction a soutenu l’économie. De manière générale, le PIB a reculé de 5,0 % pour l’année.

Le PIB réel de la France a reculé de 1,3 % au quatrième trimestre. La consommation a chuté de 5,4 % en raison des restrictions liées au coronavirus en place pendant la majeure partie du trimestre, tandis que les investissements des entreprises et les exportations ont augmenté. Pour l’année 2020, le PIB a chuté de 8,3 %.

Aperçu de l’avenir

Canada – Indice PMI manufacturier (1er février); enquête sur la main-d’oeuvre (5 février)

Cette semaine, nous recevrons une mise à jour à propos du secteur manufacturier. Ensuite, l’enquête sur la population active du mois de janvier sera publiée. On s’attend à ce que celle-ci indique une nouvelle perte nette d’emplois alors que les mesures de confinement se prolongent.

États-Unis – Commandes manufacturières (4 février); emplois non agricoles (5 février)

On s’attend à une augmentation continue des commandes manufacturières pour décembre; le marché prévoyant une croissance de 0,7 % en raison des entreprises manufacturières qui se sont relativement bien tirées d’affaire pendant la crise.

Nous recevrons également une mise à jour à propos du marché du travail. On s’attend à une légère hausse de 58 000 emplois non agricoles en janvier, ce qui laisserait le taux de chômage inchangé à 6,7 %.

International – Indice PMI en Chine (2 février); IPC de la zone euro (3 février); ventes au détail dans la zone euro et réunion de la Banque d’Angleterre (4 février) ; commandes manufacturières en Allemagne (5 février)

Les premières données publiées à l’échelle internationale porteront sur l’activité commerciale et le moral des entreprises chinoises observés grâce aux indices PMI. Bien que la pandémie soit bien maîtrisée en Chine, des éclosions ont commencé à apparaître au pays.

En Europe, les développements suivants ont été observés. On s’attend à une augmentation de l’indice des prix à la consommation (IPC) de 0,4 % en janvier. Les réductions d’impôt de six mois en Allemagne touchent à leur fin, ce qui y contribuera grandement; c’est également le cas de l’augmentation du prix de l’essence.

La Banque d’Angleterre ne changera probablement pas sa politique, mais elle publiera une prévision révisée. La banque centrale réduira probablement ses perspectives à court terme en raison du combat que continue de mener le pays contre le coronavirus. Il pourrait également y avoir plus de détails sur le rythme des achats d’actifs.

On s’attend à un recul des commandes manufacturières en Allemagne pour le mois de décembre. Le consensus prévoit une baisse de 1,5 %.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.