Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 5 février 2021

Développements du marché

Actions

Les marchés se sont rapidement rétablis après avoir subi quelques épisodes de volatilité au cours de la semaine précédente. Les données continuent de révéler des signes de stagnation de l’économie et de la reprise, une tendance apparemment négligée par les investisseurs, qui semblent s’attendre à une reprise plus vigoureuse plus tard cette année. Le président américain Joe Biden a déclaré : « Je vais agir et je vais agir rapidement », stimulant ainsi les attentes à l’égard du plan de relance de 1 900 milliards de dollars américains. L’indice composé S&P/TSX a progressé de 4,61 %. L’indice S&P 500 a augmenté de 4,65 %.

Revenu fixe

Les rendements ont fortement augmenté alors que les marchés sont demeurés optimistes dans leurs prévisions à moyen terme, prévoyant une solide reprise à la suite du déploiement du vaccin, de même que l’arrivée potentielle de nouveaux efforts de relance. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a augmenté de 10 points de base pour s’établir à 1,16 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 11 points de base pour passer à 1,00 %.

Marchandises

Les cours des produits de base stimulant l’économie ont augmenté, le cuivre ayant connu une hausse de 1,97 %. Le pétrole s’est apprécié de 8,91 %, atteignant son plus haut niveau depuis un an, alors que l’OPEP+ a prolongé les réductions de production en vue d’écouler les surplus générés au cours de la pandémie. Le cours de l’or, désigné comme valeur refuge, a chuté de 1,82 %.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 5 février 2021

Développements macroéconomiques

Canada – L’indice PMI du secteur manufacturier indique une croissance solide; le nombre d’emplois a chuté en janvier

L’indice PMI d’IHS Markit du secteur manufacturier canadien est passé de 57,9 en décembre à 54,4 en janvier. Bien que le taux de croissance soit modéré, les données témoignent d’une forte expansion continue. Les volumes de production se sont accrus, tandis que les restrictions en vigueur ont réduit le nombre de nouvelles commandes. L’augmentation plus lente du travail a entraîné une croissance moins rapide de l’emploi. Les sociétés continuent de faire face à des pressions accrues sur les coûts à mesure que les prix des matières premières augmentent. Les sociétés ont également signalé que les activités des fournisseurs se sont détériorées en raison des restrictions frontalières et de la congestion portuaire. Par conséquent, les arriérés ont augmenté. Espérant un assouplissement des restrictions, les fabricants canadiens demeurent optimistes, mais sont tout de même préoccupés par les répercussions à long terme de la COVID-19.

Le nombre d’emplois a chuté de 213 000 en janvier, les restrictions étant restées en place au cours du mois. En conséquence, le taux de chômage est passé de 0,6 % à 9,4 %. Cette baisse d’emploi est entièrement attribuable au travail à temps partiel (-225 000 emplois) et se concentre dans les secteurs du commerce de détail du Québec et de l’Ontario. Le nombre d’emplois à temps plein a augmenté de 12 600. Le secteur des services continue d’être le secteur le plus touché (-236 000 emplois), tiré par les pertes dans les secteurs du commerce de détail, de l’hébergement et de la restauration. Dans le secteur de la production de biens, le nombre d’emplois a augmenté de 23 000, presque uniquement grâce au secteur de la construction.

États-Unis – Le nombre d’emplois est en hausse en raison du recrutement dans la fonction publique; les commandes manufacturières augmentent

Le nombre d’emplois non agricoles a augmenté de 49 000 en janvier. Ce gain a été alimenté par les emplois au gouvernement, qui ont augmenté de 43 000. Le nombre d’emplois dans le secteur privé a seulement augmenté de 6 000, tiré par les pertes dans les secteurs du commerce de détail, du transport et de l’entreposage, des loisirs et de l’hôtellerie. Le taux de chômage est passé de 6,7 % à 6,3 %, ce qui montre qu’un plus grand nombre de personnes ont quitté le marché du travail.

Les nouvelles commandes dans le secteur manufacturier ont augmenté de 1,1 % en décembre. La plus forte augmentation est celle des commandes de machines, à 2,7 %. Les commandes d’équipement de transport, en baisse de 0,8 %, ont nui aux résultats. Les nouvelles commandes, à l’exclusion de celles dans le secteur du transport, ont augmenté de 1,4 %.

International – L’indice PMI en Chine est en baisse en raison de la faible demande étrangère; la politique de la Banque d’Angleterre demeure inchangée; l’IPC de la zone euro augmente en raison des prix de l’énergie; les ventes au détail dans la zone euro sont en hausse; les commandes manufacturières allemandes diminuent

L’indice PMI général composé calculé par Caixin pour la Chine est passé de 55,8 en décembre à 52,2 en janvier, les activités étant au ralenti dans les secteurs de la fabrication et des services. L’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 53,0 à 51,5, tandis que l’indice PMI du secteur des services est passé de 56,3 à 52,0. Le travail a augmenté, mais le rythme a ralenti. Les sociétés ont souvent souligné une demande plus faible à l’étranger en raison de la recrudescence du coronavirus. Le nombre d’emplois a légèrement augmenté dans le secteur des services, tandis que les fabricants ont supprimé des emplois. Les fabricants ont signalé des ruptures de stock et des retards d’expédition. Le rendement des fournisseurs s’est détérioré au rythme le plus élevé depuis le mois de mars. Les sociétés prévoient une reprise de la demande une fois la pandémie terminée, mais les inquiétudes persistent au sujet d’une nouvelle recrudescence du virus, qui causerait l’interruption des activités et des chaînes d’approvisionnement.

La Banque d’Angleterre a maintenu ses taux directeurs et son rythme d’achats d’actifs. Bien que l’économie demeure faible à court terme, la banque centrale prévoit que l’économie du Royaume-Uni connaîtra bientôt une reprise rapide à mesure que les vaccins sont distribués, si bien qu’elle pourrait réduire son rythme d’achats plus tard dans l’année.

L’IPC éclair de la zone euro indique une augmentation des prix de 0,2 % en janvier. L’augmentation est largement attribuable au secteur de l’énergie, qui a augmenté de 3,8 % au cours du mois. En glissement annuel, les prix ont augmenté de 0,9 %,

Les ventes au détail de la zone euro ont augmenté de 2,0 % en décembre, ce qui a partiellement compensé la baisse de 5,7 % en novembre. L’augmentation a été stimulée par les secteurs du textile et des vêtements, tandis que les secteurs des appareils électroniques et des meubles ont nui aux résultats. Par pays, les ventes en France ont augmenté de 22,3 %, remédiant ainsi à la perte de 15,6 % enregistrée le mois précédent. En Allemagne, les ventes ont chuté de 9,6 % en raison des restrictions imposées à l’échelle du pays.

Les commandes manufacturières en Allemagne ont baissé de 1,9 % en décembre, après une hausse de 2,7 % en novembre. Les commandes de biens de consommation ont augmenté, tandis que la demande pour les biens intermédiaires et les biens d’équipement a chuté.

Aperçu de l’avenir

Canada – Ventes du commerce de gros (12 février)

La semaine se révèle tranquille; seule la publication des données sur le commerce de gros pour décembre est prévue.

États-Unis – IPC (10 février); indice de confiance des consommateurs selon l’Université du Michigan (12 février)

Selon les attentes du marché, l’IPC devrait s’établir à 0,3 % en janvier. La reprise ralentit, mais les problèmes d’approvisionnement et les pressions sur les prix des matières premières que subissent les fabricants devraient appuyer ce résultat. Par la suite, nous aurons une mise à jour sur la confiance des consommateurs.

International – Production industrielle allemande (8 février); IPC de la Chine (9 février); PIB du Royaume-Uni (12 février)

La semaine se révèle également plutôt tranquille à l’échelle internationale. La production industrielle allemande a connu une reprise, après une croissance de 0,9 % en novembre, mais on s’attend à ce qu’elle ait diminué en raison du resserrement des restrictions en décembre. En Chine, on prévoit une baisse des prix à la suite du durcissement des mesures dans certaines provinces. Enfin, le PIB du Royaume-Uni pour décembre devrait augmenter d’environ 1 %, ce qui se traduirait par une augmentation de 0,5 % au T4.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.