Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 5 mars 2021

Développements du marché

Actions

Après une semaine volatile, les marchés ont réussi à recouvrer une partie de leurs pertes antérieures. Le secteur de la technologie a continué de freiner le marché alors que les taux de rendement des obligations augmentaient. Le président de la Fed, Jerome Powell, s’est exprimé la semaine dernière et semble adopter une position attentiste. Il est resté impassible face au rythme de la hausse des taux d’intérêt et a souligné que la faiblesse persistante des marchés du travail était une raison pour que la Fed reste stimulante. Il a déclaré qu’il ne serait préoccupé que par « des conditions désordonnées sur les marchés ou un resserrement persistant des conditions financières ». L’indice S&P 500 a augmenté de 0,81 %. L’indice composé S&P/TSX a progressé de 1,78 %.

Revenu fixe

Les rendements continuent d’augmenter en raison de la prévision d’une forte reprise économique. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a augmenté de 16 points de base pour s’établir à 1,57 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 15 points de base pour passer à 1,50 %.

Marchandises

Les prix du pétrole ont bondi de 7,46 %, l’OPEP ayant surpris les marchés en maintenant sa production inchangée. Les prix du cuivre n’ont pas bougé, tandis que l’or a continué à se vendre, chutant de 1,93 %.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

Au 5 mars 2021

Développements macroéconomiques

Canada – L’indice PMI manufacturier progresse; le PIB augmente

L’indice PMI manufacturier canadien d’IHS Markit est passé de 54,4 en janvier à 54,8 en février. La demande a continué de s’améliorer, les nouvelles commandes et les arriérés ayant augmenté. Les entreprises ont augmenté leurs effectifs pour faire face à cette hausse, les pressions sur la capacité se renforçant. Les pressions sur les coûts ont continué de s’intensifier avec l’accélération de l’augmentation du prix des intrants, les entreprises déclarant avoir répercuté les coûts sur les clients.

Le PIB réel a progressé de 0,1 % en décembre, après une hausse de 0,8 % en novembre. La production de biens a augmenté de 0,6 %, tandis que celle des services a perdu 0,1 %. Au quatrième trimestre, le PIB réel a augmenté de 2,3 % en glissement trimestriel, ou de 9,6 % sur une base annualisée. Les dépenses des ménages ont chuté de 0,4 % en glissement trimestriel, tandis que les dépenses publiques ont augmenté de 1,5 %. L’investissement a augmenté de 2,3 %, grâce aux machines et à l’équipement ainsi qu’à l’investissement résidentiel, qui ont augmenté respectivement de 7,0 % et de 4,3 %. Le commerce continue de s’améliorer, les importations ayant augmenté de 10,8 % et les exportations de 5,0 %. Globalement, les exportations nettes se sont enlisées, les importations ayant dépassé les exportations. Pour l’année 2020, le PIB réel s’est contracté de 5,4 %.

États-Unis – Les commandes manufacturières augmentent; les emplois non agricoles sont en hausse

Les commandes manufacturières ont augmenté de 2,6 % en janvier, après une hausse de 1,6 % en décembre. Ce gain a été stimulé par une forte demande de biens d’équipement, qui a augmenté de 8,4 %.

Le nombre d’emplois non agricoles a augmenté de 379 000 en février. Le taux de chômage de 6,2 % est demeuré inchangé. La hausse est attribuable au secteur des services, dans lequel 513 000 emplois ont été créés. Le nombre d’emplois dans le secteur des loisirs et de l’hôtellerie a augmenté de 355 000, les restrictions imposées s’étant atténuées. Cependant, le nombre d’emplois dans ce secteur est toujours en baisse d’environ 3,5 millions. Les autres secteurs des services ayant connu une hausse du nombre d’emplois sont le commerce de détail, les services professionnels et commerciaux, ainsi que les services d’éducation et de santé. Le secteur de la production de biens a perdu 48 000 emplois et le nombre d’emplois au gouvernement a chuté de 87 000. L’emploi a augmenté dans le secteur manufacturier, mais fléchi dans le secteur de la construction et le secteur minier. Dans l’ensemble, le nombre d’emplois est toujours en baisse de 9,5 millions par rapport aux niveaux de février 2020.

International – Les exportations sud-coréennes progressent; l’indice PMI en Chine s’affaiblit; l’IPC de la zone euro demeure inchangé; les ventes au détail dans la zone euro chutent; les commandes manufacturières en Allemagne augmentent

Les exportations sud-coréennes ont augmenté de 9,5 % en glissement annuel au cours du mois de février. La demande de semi-conducteurs demeure forte, avec des exportations en hausse de 13,2 % en glissement annuel, et les exportations d’automobiles continuent de s’accélérer, avec une hausse de 47 % en glissement annuel. Par pays, les exportations vers la Chine et l’Europe sont en hausse de 26,5 % et 48,2 % en glissement annuel, respectivement.

L’indice PMI général composé calculé par Caixin pour la Chine est passé de 52,2 en janvier à 51,7 au mois de février. L’activité commerciale s’est modérée, mais elle continue de croître. L’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 51,5 à 50,9, tandis que l’indice PMI du secteur des services est passé de 52,0 à 51,5. Les deux secteurs font état d’une faible hausse de la production et des nouvelles commandes, tandis que la demande d’exportation a diminué. Les arriérés ont également diminué et l’emploi a chuté. Les pressions sur les coûts de production continuent d’augmenter fortement. Les entreprises ont répercuté les coûts sur les clients, ce qui, dans une certaine mesure, s’est transmis à la demande.

L’IPC de la zone euro est resté inchangé à 0,9 % en glissement annuel en février. Les prix des aliments ont augmenté de 1,5 %, les services, de 1,4 %, et les biens non énergétiques, de 1,5 %. L’énergie a pesé sur les résultats, les prix ayant chuté de 4,2 %. L’IPC de base, excluant l’énergie et l’alimentation, a grimpé de 1,1 %.

Les ventes au détail dans la zone euro ont chuté de 5,9 % en janvier, après une augmentation de 1,8 % en décembre. La plus forte baisse a été enregistrée dans les ventes de produits non alimentaires, qui ont reculé de 12,0 % en raison des restrictions liées au confinement. Les commandes par la poste et par Internet ont augmenté de 7,1 %, compensant partiellement cette baisse.

En Allemagne, les commandes manufacturières ont augmenté de 1,4 % en janvier, après une baisse de 2,2 % en décembre. Cette augmentation a été stimulée par une forte demande de biens d’équipement, en hausse de 3,3 %, tandis que la demande de biens de consommation a chuté de 6,3 %.

Aperçu de l’avenir

Canada – Réunion de la Banque du Canada (10 mars); enquête sur la population active (12 mars)

Lors de la réunion de la Banque du Canada, les marchés surveilleront les changements apportés à l’assouplissement quantitatif, puisque la banque centrale a laissé entendre qu’un ralentissement des achats d’actifs pourrait avoir lieu. Les données publiées récemment ont été étonnamment favorables et la banque centrale a déclaré qu’elle prévoyait une reprise rapide si les restrictions s’assouplissaient au deuxième trimestre, ce qui semble de plus en plus probable.

L’emploi devrait avoir progressé en février, à mesure que certaines restrictions ont été levées. Le marché s’attend à une hausse de 100 000 emplois.

États-Unis – Indice de la NFIB sur l’optimisme des petites entreprises (9 mars); indice des prix à la consommation (10 mars)

Le moral des petites entreprises devrait être en hausse en raison des perspectives de relance budgétaire et d’assouplissement du confinement.

On estime que l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 0,4 % en février. Les prix de l’énergie ont bondi et les contraintes de la chaîne d’approvisionnement devraient également y contribuer. En revanche, le dollar devrait exercer une large pression à la baisse.

International – Exportations chinoises (7 mars); production industrielle allemande (8 mars); IPC de la Chine (9 mars); réunion de la BCE (11 mars)

On prévoit que, depuis le début de l’année, les exportations chinoises auront augmenté de 40 % en glissement annuel en février, en raison d’une base de comparaison favorable par rapport à 2020. L’IPC de la Chine sera également publié, les marchés s’attendant à une baisse de 0,3 %. La baisse des prix des aliments, notamment du porc, et une base de comparaison élevée nuiront aux résultats.

La production industrielle allemande devrait baisser légèrement en janvier. Une pénurie de semi-conducteurs devrait affecter la production automobile.

Lors de la réunion de la BCE, les marchés surveilleront les commentaires de sa présidente, Christine Lagarde, sur la hausse des rendements, qui a entraîné un resserrement des conditions de financement. Une mise à jour des projections économiques sera également publiée.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.