Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 9 avril 2021

Développements du marché

Actions

Les actions ont repris grâce à de solides chiffres liés à l’emploi. Les chiffres liés à l’emploi aux États-Unis et au Canada ont été considérablement meilleurs que les marchés le prévoyaient, et il y a eu de bons progrès sur le plan de la vaccination aux États-Unis. Selon les Centers for Disease Control (CDC), 20 % de la population américaine est entièrement vaccinée. L’indice S&P 500 a augmenté de 2,71 %. L’indice composé S&P/TSX a progressé de 1,25 %.

Revenu fixe

Les rendements ont chuté au moment où les procès-verbaux de la dernière rencontre de la Réserve fédérale américaine indiquent que les décideurs ne se soucient pas de la récente hausse des rendements, sans mentionner un ralentissement. Les données s’améliorent, mais les risques demeurent élevés, et le marché de l’emploi est en retard sur la reprise. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a baissé de 6 points de base pour s’établir à 1,66 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a reculé de 1 point de base pour passer à 1,50 %.

Marchandises

Le pétrole a chuté de 3,47 % en raison des nouveaux soucis quant à la COVID-19 et des marchés qui se préparent à une reprise potentiellement en ralentissement, y compris des préoccupations en vertu desquelles les voyages pourraient être encore retardés. Le cuivre a connu de meilleurs résultats, en hausse de 1,24 % pour des données d’emploi encourageantes.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

Au 9 avril 2021

Développements macroéconomiques

Canada – L’emploi connaît un pic au moment où les restrictions sont assouplies; les exportations et les importations chutent

L’emploi a grimpé de 303 000 en mars, après une augmentation de 259 000 en février, par rapport à un consensus de marché relativement à une hausse de 100 000. Le taux de chômage a baissé de 0,7 %, pour s’établir à 7,5 %. Les gains ont été menés par les secteurs des services puisque les restrictions ont été allégées ce mois-ci, alors que le secteur de l’emploi a connu une augmentation de 260 000. Les emplois liés à la vente au détail ont augmenté de 95 000, alors que ceux liés à la culture et le divertissement ont crû de 62 000, et ceux de l’hébergement et des services alimentaires, de 21 000. En comparaison avec les niveaux d’avant la pandémie, il y avait 296 000 moins de personnes employées par rapport au déclin de 3 000 000.

Les données sur le commerce des marchandises indiquent que les exportations ont chuté de 2,7 % et que les importations ont crû de 2,4 % en février. L’approvisionnement en puces semi-conductrices a été en deçà de la demande mondiale et a commencé à paraître dans les véhicules à moteur et les pièces, alors que les fabricants ont été forcés de réduire la production. Les exportations de véhicules à moteur et de pièces ont chuté de 10,2 %, alors que les importations ont baissé de 7,8 %. Les autres domaines faibles comprennent les exportations de métaux et de produits minéraux non métalliques, qui ont chuté de 10,9 %, et les minerais métalliques et les minéraux, qui ont baissé de 26,7 %. Les exportations d’énergie ont offert un certain répit, en hausse de 18,3 %.

États-Unis – La Réserve fédérale constate un risque accru d’inflation; hausse des emplois dans les services; baisse des commandes aux usines

Le plus récent procès-verbal du Federal Open Market Committee (FOMC) indique que les décideurs ne se soucient pas d’une économie en surchauffe. L’incertitude entourant la perspective est encore perçue comme élevée, au moment où « le parcours de l’économie dépendrait considérablement du cours du virus, y compris le progrès de la vaccination », avec de nouvelles souches qui présentent des risques considérables. Les conditions financières sont perçues comme accommodantes, et la Réserve fédérale ne se souciait pas des rendements des obligations en hausse. Les participants du marché ont attribué les rendements à long terme en hausse à l’optimisme accru des investisseurs quant aux perspectives et aux attentes économiques liées à l’émission supérieure de titres de créance du Trésor américain. Encore une fois, l’inflation a été caractérisée comme transitoire. Les risques de pressions inflationnistes vers le haut ont augmenté, mais les risques quant aux perspectives de l’inflation sont « largement équilibrés ». Le marché de l’emploi s’améliore, mais demeure loin d’une reprise complète.

Le nombre d’emplois hors du secteur agricole a augmenté de 916 000 en mars, à la suite de l’augmentation révisée à la hausse de 468 000 en février. Le taux de chômage a baissé de 0,2 % pour s’établir à 6,0 %. La croissance de l’emploi a été généralisée, encore une fois menée par le secteur des services. L’emploi en divertissement et en hospitalité a crû de 280 000, alors que les services en éducation et en santé ont crû de 101 000, et les services professionnels et d’affaires ont connu une hausse de 66 000. Du côté du secteur des marchandises, les emplois en construction ont connu une hausse de 110 000, et ceux en fabrication, de 53 000. L’emploi au sein du gouvernement a crû de 136 000, sur le dos des emplois en éducation.

Les commandes manufacturières ont baissé de 0,8 % en février, après une envolée de 2,7 % en janvier. Les commandes de marchandises durables ont chuté de 1,2 %, menées par l’équipement de transport qui a diminué de 1,8 %, la machinerie qui a connu une baisse de 0,8 %, tout comme les produits métalliques.

International – Taux de chômage de la zone euro inchangé; IPC de la Chine en hausse; commandes aux usines et production industrielle en Allemagne

Le taux de chômage de la zone euro ajusté de façon saisonnière était de 8,3 % en février, ce qui représente un taux stable en fonction du taux révisé à la hausse de 8,3 % en janvier, par rapport à 8,1 %. Le chômage a connu une croissance de 48 000 au cours du mois.

L’IPC de la Chine a augmenté de 0,4 % sur 12 mois en mars, à la suite d’un recul de 0,2 % en février. Le facteur le plus important était le prix de l’essence, qui a crû de 11,5 % sur 12 mois. Les prix des aliments ont à nouveau chuté en mars, avec la baisse des prix du porc qui se sont accélérés à 18,4 %, à partir de 14,9 %.

En Allemagne, les commandes manufacturières ont augmenté de 1,2 % en février, après une hausse de 0,8 % en janvier. Les commandes nationales ont augmenté de 4,0 %, alors que les commandes étrangères ont chuté de 0,5 %. Les commandes étrangères étaient solides en provenance de la zone euro, en hausse de 2,7 %, alors que la baisse était de 2,3 % ailleurs. Par produit, les commandes de biens d’équipement ont crû de 2,1 %, alors que les commandes de biens de consommation ont chuté de 1,9 %.

La production industrielle de l’Allemagne a diminué de 1,6 % en février, après avoir connu une baisse de 2,0 % en janvier. Les marchés s’attendaient à une augmentation de 1,5 %. La production industrielle a chuté de 1,8 %, tirée par les biens d’équipement, qui ont connu une baisse de 3,2 %, et les biens intermédiaires, de 1,0 %. La production de biens de consommation a connu une légère hausse de 0,2 %. La production d’énergie a chuté de 1,0 % et la construction, de 1,3 %.

Aperçu de l’avenir

Canada – Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada (12 avril); ventes du secteur de la fabrication (15 avril)

La Banque du Canada a émis ses perspectives des entreprises de la Banque du Canada pour le trimestre. Le rapport dévoilera des détails sur la situation actuelle et les perspectives des sociétés. Certains des points clés étaient les intentions d’embauches, les intentions de dépenses d’investissement et les attentes en matière d’inflation.

Le résultat des ventes de produits de fabrication en février permettra de faire le point sur la façon dont les sociétés ont composé avec les confinements. Les fabricants ont été solides tout au long de la pandémie, mais les données de l’étranger indiquent une faiblesse récente. Le consensus du marché prévoit une baisse de 1,0 %.

États-Unis – IPC (13 avril); Livre beige de la Réserve fédérale (14 février); enquête sur les perspectives des entreprises de la Réserve fédérale à Philadelphie, les ventes au détail et la production industrielle (15 avril)

Les données sur l’IPC de mars sont hautement anticipées. La demande devrait connaître une hausse à mesure que la reprise économique progresse. Pendant ce temps, les problèmes liés à l’approvisionnement devraient contribuer aux pressions croissantes sur les prix. Les marchés prévoient une hausse de 0,5 %, ce qui se traduirait par 2,5 % sur 12 mois en partie en raison des données faibles de l’année dernière.

Une itération à jour du Livre beige de la Réserve fédérale sera publiée et devrait refléter le sentiment amélioré aux États-Unis. L’enquête sur les perspectives des entreprises de la Réserve fédérale à Philadelphie donnera un aperçu initial des résultats des fabricants à ce jour en avril.

Les ventes au détail devraient monter de 5,5 % en mars, avec l’envoi des chèques d’aide. De plus, les dépenses en février ont été moindres en raison de la température plus froide.

De la même façon, la production industrielle aurait dû reprendre en mars en raison des pertes causées par les rudes tempêtes hivernales de février.

International – Commandes de machines du Japon et exportation de la Chine (13 avril); PIB, ventes au détail et production industrielle de la Chine (15 avril)

Les commandes de machines du Japon devraient connaître une hausse en février après la baisse de 4,5 % en janvier. Il existe un risque que la prolongation de l’état d’urgence réduise les dépenses en capital. 

Nous recevons une pléthore de données de la Chine pour mars, et nous nous attendons à ce qu’elles soient fortes. On s’attend à ce que le PIB croisse de 18,6 % au premier trimestre par rapport à la même période l’an dernier. La faiblesse de départ imputable au confinement de l’année dernière affectera les données, mais en même temps, cela traduit une forte reprise et la vigueur de l’économie chinoise. Les données, solides depuis le début de l’année, devraient afficher une forte reprise du côté de la production. Il y a également des signes de reprise de la consommation avec la levée des restrictions liées à la pandémie.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.