Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 16 avril 2021

Développements du marché

Actions

La reprise des actions s’est poursuivie avec des données économiques solides qui ont éclipsé les perturbations du déploiement de la vaccination. Les ventes au détail aux États-Unis ont grimpé en flèche grâce aux dépenses discrétionnaires soutenues par la réouverture de l’économie et les chèques de relance. Le déploiement du vaccin de Johnson & Johnson a été interrompu aux États-Unis et dans l’UE en raison de cas de caillots sanguins. Moderna a annoncé qu’elle réduirait ses livraisons de vaccins dans des pays comme le Canada et le Royaume-Uni en raison d’un manque de production. Le S&P 500 a augmenté de 1,37 % et l’indice composé S&P/TSX a gagné 0,64 %; ils ont tous deux terminé la semaine à des sommets historiques.

Revenu fixe

Les rendements étaient nuancés la semaine dernière. Aux États-Unis, les rendements ont chuté malgré l’arrivée de données économiques solides. La Banque du Canada et la BCE doivent se réunir cette semaine. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a baissé de 8 points de base pour s’établir à 1,58%. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 4 points de base pour passer à 1,54%.

Marchandises

Les prix du cuivre ont augmenté de 3,17 % en raison de données économiques solides aux États-Unis et en Chine. De même, les prix du pétrole ont augmenté de 6,42 %, les données indiquant de fortes importations chinoises et une baisse des réserves américaines.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

Au 16 avril 2021

Développements macroéconomiques

Canada – l’Ontario prolonge le confinement; les perspectives commerciales s’améliorent; les ventes manufacturières chutent

Après la fermeture des marchés vendredi, l’Ontario a annoncé qu’elle prolongeait de deux semaines son ordre de rester à la maison, soit jusqu’au 20 mai, et a déclaré qu’elle renforcerait l’application des mesures de confinement. La province s’efforce de contenir le virus alors que les taux d’infection et d’hospitalisation continuent d’augmenter.

L’Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada fait état d’une amélioration du moral des entreprises, le rapport soulignant que 64 % des entreprises ont indiqué que leurs ventes ont atteint ou dépassé leurs niveaux d’avant la pandémie. Les prévisions de ventes futures ont également augmenté. Les intentions d’investissement et d’embauche ont été soutenues par les signes d’une demande saine et le besoin de capacités

supplémentaires. Cependant, toutes les entreprises ne partagent pas les mêmes perspectives, en particulier celles des services à forte proximité physique, pour lesquelles les perspectives demeurent incertaines. Les attentes en matière d’inflation ont augmenté, les entreprises s’attendant généralement à des pressions à la hausse et citant le plus souvent

les prix des intrants liés à ceux des produits de base et les coûts d’expédition élevés comme sources de ces pressions. Les entreprises ont indiqué qu’elles avaient l’intention de répercuter les augmentations de coûts sur leurs clients.

Les ventes manufacturières ont baissé de 1,6 % en février, après une hausse de 3,4 % en janvier. Cette baisse était attribuable à l’équipement de transport, segment dans lequel les constructeurs automobiles et les fabricants de pièces ont fait face à une pénurie de semi-conducteurs. La hausse des ventes dans les secteurs du pétrole et du charbon, des produits chimiques et des produits du bois a neutralisé en partie cette baisse.

États-Unis – le Livre beige de la Réserve fédérale fait état d’une reprise de l’économie; l’IPC augmente; les ventes au détail s’envolent; la production industrielle augmente; l’enquête de la Fed de Philadelphie sur les perspectives des entreprises est optimiste

Le Livre beige de la Fed note que l’activité économique s’est accélérée depuis fin février et que les dépenses de consommation se sont renforcées. L’assouplissement des restrictions et l’augmentation des vaccinations ont entraîné un renforcement de la demande pour les activités de loisirs et les voyages. Les perspectives étaient également plus optimistes, stimulées par l’accélération du rythme des vaccinations. Les secteurs des services non financiers ont connu des améliorations et, malgré les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, le secteur de la fabrication a progressé.

La croissance de l’emploi s’est accélérée, mais a été généralement plus forte dans le secteur manufacturier, celui de la construction et celui des loisirs et du tourisme d’accueil. Les prévisions en matière d’emploi sont généralement optimistes.

Les prix se sont accélérés en raison de la hausse considérable des coûts des intrants, en particulier les prix du métal, du bois d’oeuvre, des aliments et du carburant.

L’IPC a progressé de 0,6 % en mars selon des données désaisonnalisées, après une hausse de 0,4 % en février. En glissement annuel, les prix ont augmenté de 2,6 %, les prix de l’essence étant en tête avec une hausse de 9,1 % au cours du mois. L’IPC de base, excluant l’alimentation et l’énergie, a augmenté de 0,3%.

Les ventes au détail ont bondi de 9,8 % en mars, après un recul de 2,7 % en février. Ce résultat a été soutenu par la dernière série de chèques de relance et par une dissipation de la faible activité due au temps froid de février, avec une forte hausse dans les catégories discrétionnaires. Les ventes d’articles de sport, de loisirs, d’instruments de musique et de livres ont bondi de 23,5 %, les ventes de véhicules automobiles ont augmenté de 15,1 %, les services de restauration et débits de boissons ont augmenté de 13,4 % et l’habillement a progressé de 18,3 %.

La production industrielle a augmenté de 1,4 % en mars, après un recul de 2,6 % en février. Par groupe d’industries, la production manufacturière a augmenté de 2,7 % et l’exploitation minière, de 5,7 %. En revanche, la production des services publics a perdu 11,4 %, la demande de chauffage ayant chuté après la vague de froid de février. L’utilisation de la capacité a crû de 1,0 % pour s’établir à 74,4 %, mais elle reste inférieure de 2,5 % aux niveaux d’avant la pandémie.

L’indice d’activité générale actuel relatif aux perspectives commerciales de la Réserve fédérale de Philadelphie est passé de 44,5 en mars à 50,2 en avril. L’activité reste forte, les entreprises continuant d’augmenter leurs effectifs. Les entreprises ont signalé des pressions continues à la hausse sur les coûts, ce qui les conduit à augmenter leurs prix. Les entreprises demeurent optimistes quant à la croissance à venir, prévoyant une augmentation des embauches et des dépenses en immobilisations.

International – les commandes de machines au Japon chutent; le PIB de la Chine augmente grâce aux secteurs manufacturier et de la construction; les exportations chinoises sont en hausse

Les commandes de machines au Japon ont baissé de 8,5 %, selon les données désaisonnalisées de février, après un recul de 4,5 % en janvier. Les données indiquent une faiblesse des commandes nationales, probablement en raison de l’état d’urgence qui a été prolongé jusqu’en mars. Les commandes étrangères, qui ne sont pas comprises dans cette statistique, ont toutefois bondi de 76,2 %, ce qui témoigne d’une forte reprise mondiale.

Le PIB chinois du premier trimestre a augmenté de 18,3 % par rapport au premier trimestre de 2020. Ce résultat est toutefois faussé en raison d’un niveau de départ bas l’année dernière, le pays ayant confiné à grande échelle. Comparativement au trimestre précédent, le PIB du premier trimestre n’a augmenté que de 0,6 %.  La construction et la production industrielle continuent de stimuler la croissance, tandis que les services ont connu des difficultés. La production industrielle a augmenté de 2,01 % en glissement trimestriel au premier trimestre, et les ventes au détail ont progressé de 1,86 %.

Les exportations de la Chine ont augmenté de 30,6 % en dollars en mars comparativement à la même période l’an dernier. Ce résultat est faussé en raison d’un niveau de départ bas attribuable aux confinements de l’année dernière en raison de la COVID-19. Les exportations de métaux rares ont repris au cours du trimestre, tandis que les exportations de produits électroniques ont chuté.

Aperçu de l’avenir

Canada – IPC et réunion de la Banque du Canada (21 avril)

Le consensus du marché pour l’IPC de mars est attendu à 0,6 %. À l’instar de celui des États-Unis qui vient d’être publié, c’est la hausse des prix des produits de base qui devrait en être le moteur. Ce résultat porterait l’augmentation en glissement annuel à 2,3 %, en partie en raison d’un niveau de départ bas l’année dernière.

La Banque du Canada est sur le point de se réunir, et les marchés surveilleront tout resserrement ou toute orientation future de la politique monétaire.

États-Unis – Indice PMI d’IHS Markit (23 avril)

Une semaine tranquille durant laquelle l’accent sera mis sur les résultats de l’indice PMI de Markit. L’accélération du rythme des vaccinations pourrait renforcer l’optimisme.

International – taux de chômage au Royaume-Uni (20 avril); réunion de la BCE et indice PMI du Japon (22 avril); indice PMI de la zone euro (23 avril)

Le taux de chômage au Royaume-Uni pour le mois de février sera publié. Comme le Royaume-Uni publie une moyenne sur trois mois, le taux de chômage devrait rester inchangé à 5,0 %. La publication pourrait surprendre, car le Royaume-Uni est en tête des pays européens au chapitre des vaccinations.

Lors de la prochaine réunion de la BCE, les marchés seront à l’affût de tout commentaire sur les achats d’obligations après la mise en oeuvre d’un déploiement plus rapide de son programme pour contrer la hausse des rendements obligataires.

Pour terminer, nous aurons une version d’avril à jour des indices PMI du Japon et de la zone euro, qui serviront d’indicateurs précoces de la reprise. Les deux régions sont confrontées à un problème similaire, à savoir l’augmentation du nombre de cas de COVID pourrait affaiblir la demande intérieure, tandis qu’une forte demande étrangère pourrait prendre la relève.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.