Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 23 avril 2021

Développements du marché

Actions

Après des sommets historiques, les actions ont légèrement reculé la semaine dernière lorsque le président américain Joe Biden a proposé d’augmenter le taux d’imposition des gains en capital à long terme. Cette augmentation ferait presque doubler le taux d’imposition fédéral le plus élevé, le portant à 43,4 %. Bien que cette modification ne toucherait que les détenteurs de portefeuilles aux revenus les plus élevés, ce changement met en lumière la volonté du président Biden de concentrer ses efforts sur l’impôt. Au Canada, les actions ont été un peu plus négativement touchées par l’annonce de la Banque du Canada de réduire davantage ses achats d’obligations. L’indice S&P 500 a reculé de 0,13 % et l’indice composé S&P/TSX de 1,29 %.

Revenu fixe

Les rendements ont baissé légèrement. Les marchés garderont l’oeil sur la rencontre prévue cette semaine entre la Réserve fédérale américaine et la Banque du Japon, en quête d’indices sur les orientations à venir. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a baissé de 2 points de base pour s’établir à 1,56 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a reculé de 2 points de base pour passer à 1,52 %.

Marchandises

Le cuivre a poursuivi sa lancée amorcée la semaine dernière avec une hausse de 4,03 %. Le prix du pétrole a chuté de 1,57 % suivant une hausse des réserves américaines, ce qui a poussé un couper sa production de 15 %, une nouvelle vague de COVID-19 touchant la demande.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

Au 23 avril 2021

Développements macroéconomiques

Canada – La Banque du Canada commence à diminuer ses achats; le déficit du budget fédéral devrait diminuer; les prix de l’essence font croître l’IPC

La Banque du Canada a déclaré que ses achats d’obligations passeraient de 4 milliards de dollars par semaine à 3 milliards de dollars pour suivre la stabilisation de l’économie. Le gouverneur de la banque centrale, Tiff Macklem, déclare que l’activité économique a montré plus résilience que prévu. Le PIB de 2021 a été ajusté, passant de 4,0 % à 6,5 %, et on s’attend à ce que l’IPC de 2021, précédemment estimé à 1,6 %, augmente à 2,3 %. Les taux directeurs demeurent inchangés.

Le budget fédéral a consacré un montant de 101,4 milliards de dollars à la relance, ce qui représente 4,2 % du PIB sur les trois prochaines années. Dans l’ensemble, le déficit budgétaire devrait diminuer cette année, passant de 16,1 % à 6,4 %. L’IPC a augmenté de 0,5 % en mars, après une augmentation de 0,5 % en février également. Les prix de l’essence ont mené le bal, augmentant de 5,8 %. L’IPC de base, excluant l’énergie et l’alimentation, a grimpé de 0,1 % seulement. En glissement annuel, l’IPC a augmenté de 2,2 % en raison du niveau de départ peu élevé au mois de mars de l’année dernière, l’économie étant alors gravement touchée par la COVID-19. Les prix de l’essence sont en hausse de 35,3 % en glissement annuel, et l’IPC, excluant l’énergie, s’est apprécié de 1,1 %.

États-Unis – L’indice PMI de Markit est en hausse 

L’indice composé PMI Flash d’IHS Markit pour les États-Unis est passé de 59,7 en mars à 62,2 en avril. L’indice PMI du secteur des services a grimpé de 60,4 à 63,1 tandis que celui du secteur manufacturier est passé de 59,1 à 60,6. Le rythme de l’activité économique s’est accéléré au cours du mois grâce à la réouverture de certaines entreprises.

La production du secteur manufacturier a été freinée par les difficultés à obtenir des matériaux et les délais continus des fournisseurs. Les entreprises font état d’une forte croissance des nouvelles commandes, soutenue par une augmentation de l’exportation. La liste des arriérés s’est allongée en raison de la hausse de la demande. Les pressions sur la capacité des entreprises et les perturbations continues de la chaîne d’approvisionnement ont eu pour résultat d’augmenter les niveaux d’emploi, ce qui a causé une nouvelle hausse des coûts de production. Les entrepries étaient optimistes en raison de l’assouplissement attendu des restrictions qui soutiendrait la demande future. 

International – La BCE maintiendra son rythme d’achats accéléré; les indices PMI de l’Europe et du Japon connaissent une hausse soutenue par la forte activité du secteur manufacturier; le chômage est en baisse au Royaume-Uni

La BCE confirme les attentes du marché selon lesquelles les achats d’obligations dans le cadre du Programme d’achats d’urgence face à la pandémie continueront de se faire à un rythme très accéléré, à la suite d’une évaluation des conditions de financement. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a déclaré qu’il serait prématuré de parler d’outils de sortie progressive de la crise, et que les achats de la BCE seraient axés sur la flexibilité, en accord avec les conditions du marché, tout en tentant de prévenir un resserrement des conditions de financement qui ne cadre pas avec la lutte contre les effets baissiers que la pandémie apporte à la trajectoire prévue de l’inflation.

L’indice composé PMI Flash d’IHS Markit pour la zone euro a grimpé de 53,2 en mars à 53,7 en avril. L’indice PMI du secteur des services a atteint le territoire expansionniste, grimpant de 49,6 à 50,3, tandis que celui du secteur manufacturier est passé de 62,5 à 63,3. Le secteur manufacturier continue d’être en tête de la reprise, soutenant son expansion pour le dixième mois consécutif. Les manufacturiers rapportent une forte croissance des nouvelles commandes ainsi qu’une hausse des arriérés et de l’emploi alors que les entreprises peinent à répondre à la demande. Les entreprises du domaine des services ont connu un ralentissement en raison de la poursuite des efforts pour éviter la propagation du virus. Tout de même, plusieurs pays membres ont connu leur première expansion depuis des mois. Les nouvelles commandes ont connu une baisse minime tandis que les niveaux d’emploi ont augmenté. Les entreprises des secteurs manufacturiers et des services ont rapporté une accélération de la hausse des coûts de production, souvent liée à des pénuries d’approvisionnement. Elles indiquent d’ailleurs que les coûts ont souvent été répercutés sur les clients. Les perspectives s’améliorent avec un regain d’espoir face à la reprise.

L’indice composé PMI Flash de l’au Jibun Bank du Japon a progressé, passant de 49,9 en mars à 50,2 en avril. L’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 53,3 à 54,2, tandis que l’indice PMI du secteur des services est demeuré à 48,3. Hausse des activités manufacturières. La production et les nouvelles commandes ont connu une hausse, soutenue par de nouvelles activités d’exportation. Cependant, le secteur des services continue de stagner. La mesure est demeurée la même, suivant une autre contraction des nouvelles activités. Malgré la demande modeste, les entreprises de services ont augmenté leurs effectifs, mais à un rythme plus lent. Les perspectives demeurent positives, bien que certaines entreprises aient émis des préoccupations face à une baisse des résultats attendus causée par une remontée du virus.

Le taux de chômage du Royaume-Uni a chuté, passant de 5,0 % en janvier à 4,9 % pour la période de trois mois se terminant en février. Dans l’ensemble, le nombre d’emplois a chuté de 73 000.

Aperçu de l’avenir

Canada – Ventes au détail (28 avril); IPC (30 avril)

Les résultats pour les ventes au détail de février seront publiés. Rappelons que Statistique Canada prévoyait un gain de 4,0 %. Une estimation préliminaire pour le mois de mars sera également disponible, et si elle s’aligne sur celle des États-Unis, elle pourrait soutenir une mesure forte et encourageante des dépenses dans les secteurs discrétionnaires.

Les données du mois de février en ce qui concerne le PIB seront aussi publiées. Les résultats refléteront probablement l’effet du relâchement temporaire du confinement. Une estimation préliminaire pour le mois de mars sera aussi disponible, à titre d’indice de l’état de l’économie au moment où certaines régions du pays reprennent des mesures de confinement.

États-Unis – Commandes de biens durables (26 avril); rencontre de la Réserve fédérale (28 avril); PIB (29 avril); revenus et dépenses personnels (30 avril)

Les commandes de biens durables pour le mois de mars devraient avoir rebondi depuis février, la rudesse du climat ayant eu une incidence sur le ralentissement. Le consensus du marché prévoit une hausse de 2,5 %.

La rencontre de la Réserve fédérale sera un événement à surveiller. Le président Jerome Powell a maintenu sa position de rester fidèle à la politique de la banque centrale et a mentionné que le moment n’était pas encore venu de penser à un repli. Les marchés attendent avec impatience tout indice concernant le processus de normalisation de la politique.

Le PIB du premier trimestre sera aussi publié. Le consensus du marché prévoit une croissance de 6,9 %, menée par une forte consommation.

Pour finir, on s’attend à ce que les revenus et les dépenses personnels pour le mois de mars connaissent une forte hausse. Les revenus personnels pourraient être augmentés grâce aux chèques de relance et les dépenses devraient suivre cette augmentation, les consommateurs ayant ces montants en surplus à leur disposition.

International – Réunion de la Banque du Japon et Indice IFO de l’Allemagne (26 avril); indice PMI de la Chine (29 avril); IPC et PIB de la zone euro (30 avril)

La Banque du Japon avait précédemment annoncé quelques changements à sa structure monétaire suivant la révision de sa politique. Les changements avaient pour objectif principal de donner à la banque centrale une plus grande flexibilité, et les marchés chercheront à clarifier les lignes directrices.

Les données d’avril de l’Indice IFO de l’Allemagne fourniront des renseignements sur la façon dont chaque secteur se porte, le pays ayant repris des mesures de confinement.

De même, les indices PMI officiels de la Chine pour le mois d’avril fourniront des précisions sur l’état de l’économie du pays.

Pour finir, une foule de données sur l’IPC et le PIB des pays européens, dont la France et l’Allemagne, seront disponibles.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.