Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 30 avril 2021

Développements du marché

Actions

Les marchés étaient essentiellement stables la semaine dernière. Le PIB des États-Unis a affiché une forte croissance en raison de la reprise de la consommation, sans toutefois répondre tout à fait aux attentes. La Réserve fédérale américaine n’a pas modifié sa politique monétaire et a réaffirmé qu’elle la maintiendrait face à l’inflation transitoire. Elle a déclaré que le temps n’était pas venu de commencer à penser à un ralentissement. Le président américain, Joe Biden, a annoncé un autre plan de relance massif de 1 800 G$ en appui à l’éducation et au secteur de la garde d’enfants. On s’attend à ce que M. Biden cherche à financer le plan au moyen d’augmentations de l’impôt pour les plus fortunés. L’indice S&P 500 a augmenté de 0,03 %. L’indice composé S&P/TSX a progressé de 0,02 %.

Revenu fixe

Les rendements ont augmenté en raison du plan de relance de 1 800 G$ proposé par le président Biden, malgré l’engagement de la Réserve fédérale américaine à maintenir les taux bas et des politiques laxistes. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a augmenté de 7 points de base pour s’établir à 1,63 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 3 points de base pour passer à 1,55%.

Marchandises

Le pétrole a augmenté de 2,32 %. La confiance du marché s’est encore accrue, après que l’OPEP+ a annoncé qu’elle allait procéder à l’augmentation de l’offre. Les prix du cuivre ont enregistré une hausse de 3,30 % et frôlé des sommets historiques, en raison d’une offre serrée combinée à une forte demande tandis que l’on assiste à des redressements économiques.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

Au 30 avril 2021

Développements macroéconomiques

Canada – Le PIB grimpe; les ventes au détail augmentent

Le PIB réel a augmenté de 0,4 % en février, après une envolée de 0,7 % en janvier. Les industries de services ont progressé de 0,6 %, grâce au commerce de détail, au secteur de l’hospitalité et des services de restauration, ainsi qu’aux services professionnels. Entre-temps, les producteurs de biens ont enregistré une contraction de 0,2 %, la première depuis avril 2020. Le secteur des mines et des carrières, du pétrole et du gaz a reculé de 2,8 %. Le secteur manufacturier a également reculé de 0,9 %, sous l’effet des fabricants d’équipement de transport et des pénuries de semi-conducteurs connexes. Les données préliminaires indiquent que le PIB a augmenté de 0,9 % en mars, ce qui se traduirait par une croissance de 1,6 % du PIB au premier trimestre.

Les ventes au détail ont bondi de 4,8 % en février, après un recul de 1,1 % en janvier. Les ventes de vêtements ont progressé de 23,7 %, celles de mobilier et d’ameublement de maison ont bondi de 18,0 %, celles des stations-service ont augmenté de 12,3 % et les ventes enregistrées par les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles ont connu une hausse de 5,0 %. Statistique Canada estime que les ventes au détail ont connu une augmentation supplémentaire de 2,3 % en mars.

États-Unis – La Réserve fédérale maintient le cap; le PIB augmente en raison de la forte consommation; le bond du revenu personnel se traduit par des dépenses; les commandes de biens durables sont en hausse

La politique monétaire n’a pas changé lors de la réunion de la Réserve fédérale américaine. Cette dernière reconnaît le renforcement de l’économie et affirme que la hausse récente de l’inflation est transitoire. En maintenant sa position, la Banque centrale montre qu’elle n’est pas préoccupée par la possibilité que l’inflation devienne incontrôlable et renforce l’engagement de la Réserve fédérale américaine envers sa cible de taux moyen d’inflation. Son président, Jerome Powell, a rappelé que le temps n’était pas encore venu de commencer à réfléchir à un ralentissement et a déclaré que la Réserve fédérale américaine communiquerait ces décisions « bien à l’avance ».

Le PIB réel annualisé a augmenté de 6,4 % au premier trimestre, soit 1,6 % d’un trimestre à l’autre. Le consensus du marché prévoyait une hausse annualisée de 6,7 %. La consommation a grimpé de 10,7 % en taux annualisé, hausse attribuable à une envolée de la demande de biens, qui a bondi de 23,6 % comparativement aux services, qui n’ont progressé que de 4,6 %. Les dépenses publiques ont également soutenu la croissance, avec une hausse annualisée de 6,3 %. Les investissements intérieurs ont fléchi de 5,0 % au cours de l’année, sous l’effet d’une baisse des investissements en stocks, partiellement compensée par une hausse des investissements fixes. Les exportations nettes ont également nui aux chiffres globaux, les exportations étant en baisse et les importations en hausse.

Le revenu personnel a augmenté de 21,1 % en mars, en raison principalement de la distribution des versements dans le cadre des mesures de relance, tandis que la rémunération a augmenté de 1,0 %. Cette hausse s’est traduite par des dépenses de consommation qui ont augmenté de 4,2 %, favorisées principalement par les biens. Le Bureau of Economic Analysis a noté que les dépenses en biens en mars étaient de 19,0 % supérieures à celles de février 2020, tandis que les dépenses pour les services demeuraient 3,0 % inférieures à celles de février 2020. Parmi les secteurs de services éminents qui n’ont pas encore repris de la vigueur, mentionnons les loisirs, le transport, l’hébergement et les services de restauration.

Les commandes de biens durables ont rebondi de 0,5 % en mars, après un repli de 0,9 % en février. Les marchés s’attendaient à une croissance de 2,3 % en raison d’un revers survenu en février, un mois faible en raison des conditions météorologiques, mais ces données sont attribuables à une diminution du nombre d’aéronefs. Si l’on exclut le transport, les commandes ont grimpé de 1,6 % grâce à la vigueur affichée par les commandes de produits métalliques et de machines.

International – La Banque du Japon réexamine la croissance; l’indice PMI de la Chine recule; le PIB de la zone euro baisse tandis que l’IPC grimpe; le moral indiqué par l’indice IFO s’améliore en Allemagne

La Banque du Japon n’a effectué aucun changement de politique lors de sa réunion, mais a fourni une mise à jour de ses prévisions économiques. Elles ont été révisées à la hausse pour 2021 et 2022, pour s’établir à 4,0 % et 2,4 % respectivement, et la banque centrale a publié son taux de croissance prévu pour 2023, fixé à 1,3 %. Les prévisions d’inflation ont été révisées à la baisse pour s’établir à seulement 0,1 % en 2021, puis à 0,8 % et 1,0 % les années suivantes. La Banque du Japon a déclaré qu’il était trop tôt pour discuter d’une stratégie de sortie des programmes de relance, et que les ajustements apportés à un cadre de politique monétaire plus souple mentionnés à la réunion précédente n’avaient pas été conçus en vue d’une sortie. Les dernières prévisions en matière d’inflation indiquent également que la Banque nipponne continuera de soutenir la politique monétaire.

L’indice PMI composé officiel de la Chine est passé de 55,3 en mars à 53,8 en avril. L’indice PMI manufacturier est passé de 51,9 à 51,1, tandis que l’indice PMI non manufacturier est passé de 56,3 à 54,9. Malgré cette baisse, les deux lectures restent en territoire expansionniste et suggèrent que l’économie chinoise se normalise. L’activité manufacturière continue de croître à un rythme plus lent, l’emploi enregistrant un repli au cours du mois. Les données continuent d’indiquer une pression exercée sur les prix découlant des matières premières. Concernant l’indice PMI non manufacturier, la construction et les services indiquent tous deux une forte expansion.

Le PIB de la zone euro a chuté de 0,6 % au premier trimestre de 2021, après un repli de 0,7 % au quatrième trimestre, alors que la région a lutté pour contenir les variantes de la COVID qui ont forcé les gouvernements à prendre des mesures de confinement. Le PIB a reculé de 1,7 % en Allemagne, de 0,5 % en Grèce et de 0,4 % en Italie. Au contraire, les économies de la France et de la Belgique ont progressé respectivement de 0,4 % et de 0,6 %.

L’inflation de la zone euro a connu une hausse de 0,6 % en avril, après une augmentation de 0,9 % en mars, indiquant des chiffres en expansion en glissement annuel pour atteindre 1,6 %. D’une année à l’autre, l’énergie a été de loin le principal contributeur, les prix ayant augmenté de 10,3 %. Hors énergie, les prix n’ont augmenté que de 0,6 % pour l’année.

L’indicateur IFO du climat des affaires en Allemagne est passé de 96,6 en mars à 96,8 en avril. Les entreprises ont déclaré que leur situation actuelle s’était améliorée, tandis que l’optimisme pour l’avenir s’est affaibli. La confiance dans le secteur manufacturier et le commerce s’est accrue, tandis que celle du secteur des services et de la construction a fléchi. Les entreprises manufacturières ont noté une forte demande et une augmentation de l’utilisation de la capacité, mais elles se montraient moins optimistes, 45 % des entreprises signalant un goulet d’étranglement des provisions.

Aperçu de l’avenir

Canada – Indice PMI manufacturier (3 mai); enquête sur la main-d’oeuvre (5 mai)

Nous entamons le mois avec une version mise à jour de l’indice PMI du secteur manufacturier Markit d’avril, suivie des données sur l’emploi d’avril. Les marchés s’attendent à une baisse de 163 000, après une explosion du nombre de cas de coronavirus à la fin de mars, ce qui a obligé le gouvernement à imposer de nouveau des mesures de confinement.

États-Unis – Commandes manufacturières (4 mai); emplois non agricoles (7 mai)

Les commandes manufacturières devraient avoir augmenté de 1,4 % en mars, ce qui fait suite à l’impact négatif découlant du temps froid subi en février.

La semaine sera centrée sur les emplois non agricoles, les marchés exigeant une augmentation de 975 000. Le taux de chômage devrait donc diminuer de 0,3 point pour s’établir à 5,7 %. Les prévisions sont diamétralement opposées à celles du Canada, où les attentes sont négatives et montrent un rétablissement favorisé par une distribution solide de vaccins.

International – Exportations de la Corée du Sud (2 mai); Banque d’Angleterre (4 mai); Indice PMI Caixin de la Chine (6 mai); production industrielle allemande et exportations de la Chine (7 mai)

Les exportations de la Corée du Sud devraient poursuivre sur leur solide lancée cette année et devraient avoir bondi de 47 % en avril par rapport à l’an dernier. Une forte demande de semi-conducteurs de la part des principaux partenaires commerciaux et une base faible devraient créer un vent arrière.

La Banque d’Angleterre publiera des prévisions économiques révisées lors de sa réunion et devrait revoir les chiffres à la hausse en raison de l’activité accrue et de la distribution solide de vaccins. Malgré les révisions, la politique restera probablement inchangée, mais les prévisions pourraient donner une idée du moment où les achats d’obligations ralentiront.

La production industrielle allemande devrait avoir progressé de 2,3 % en mars, inversant le repli de 1,6 % enregistré en février. L’indicateur IFO publié la semaine dernière montre que le moral s’est encore amélioré.

Même si les indices PMI officiels de la Chine ont été publiés la semaine dernière, les marchés diffuseront les indices PMI Caixin, alors que l’activité semble ralentir. Enfin, à l’instar de la Corée du Sud, les exportations de la Chine devraient poursuivre leur forte croissance cette année.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.