Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 4 juin 2021

Développements du marché

Actions :

Les marchés des actions ont terminé la semaine en hausse, mais la Chine et le Japon étaient à la traîne. Pour stabiliser le yuan, la Banque populaire de Chine a augmenté ses exigences en matière de réserves de devises pour les prêteurs commerciaux, les portant de 5 % à 7 %, ce qui a entraîné une certaine faiblesse des actions. Les chiffres encourageants de l’emploi ont contribué à la hausse des indices d’actions et le regain d’intérêt pour les « actions-mèmes », comme AMC Entertainment et GameStop, a fait grimper ces titres au cours de la semaine.

Revenu fixe :

Les rendements ont diminué malgré des données sur l’emploi assez solides, car les marchés s’attendent à ce que la Réserve fédérale américaine maintienne une politique monétaire souple. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a baissé de quatre points de base pour s’établir à 1,56 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a reculé de quatre points de base pour passer à 1,46 %.

Marchandises :

Le pétrole a gagné du terrain grâce à l’optimisme suscité par la coalition de l’OPEP+, qui prévoit un resserrement du marché et donne suite à l’augmentation prévue de la production en juillet. Les réserves américaines ont également connu un nouveau recul important. Le cuivre a chuté, annulant les gains de la semaine précédente, sur fond de recul des métaux industriels.

Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

Au 4 juin 2021

Développements macroéconomiques

Canada – le PIB augmente; le nombre d’emplois chute pour un deuxième mois en raison des mesures de confinement

Le Canada a enregistré une perte d’environ 68 000 emplois en mai, soit une baisse supérieure aux 25 000 prévus, en raison des mesures de confinement et des restrictions sanitaires en vigueur tout au long du mois. Le taux de chômage est passé de 8,1 % à 8,2 %, mais les heures travaillées sont restées stables. Fait intéressant à noter : le secteur manufacturier a perdu 35 000 emplois malgré la vigueur récente des indicateurs pour ce secteur. Le marché du travail canadien doit encore rattraper 571 000 emplois pour renouer avec les sommets d’avant la pandémie.

Le PIB réel a augmenté de 1,1 % en mars, après une augmentation de 0,4 % en février. Les secteurs de la production de biens et de services ont tous deux augmenté de 1,1 %. L’hospitalité et la restauration ont progressé de 5,0 %, le commerce de détail de 3,7 % et la construction de 2,2 %. Dans l’ensemble, le PIB a augmenté de 1,4 % pour le trimestre, soit une hausse annualisée de 5,6 %. L’activité économique reste de 1 % inférieure aux niveaux prépandémiques de février 2020. Statistique Canada estime que la croissance s’est contractée de 0,8 % en avril, alors que les provinces réinstauraient les restrictions en matière de santé publique, avec des baisses notables dans les secteurs du commerce de détail, de l’hospitalité et de la restauration.

États-Unis – la Fed constate une reprise rapide de l’économie; les emplois non agricoles augmentent moins que prévu

Les États-Unis ont enregistré une hausse d’environ 559 000 emplois en mai, soit une hausse inférieure aux 675 000 emplois prévus. Il s’agit cependant d’une amélioration par rapport à l’ajout décevant de seulement 266 000 emplois en avril. Les secteurs les plus touchés par la pandémie ont enregistré les plus fortes hausses du nombre d’emplois au moment de la réouverture des États-Unis, les loisirs et l’hôtellerie ayant ajouté 292 000 emplois et le secteur de l’éducation publique et privée, 144 000 emplois. L’emploi total aux États-Unis est inférieur de 7,6 millions d’emplois au sommet atteint avant la pandémie, et au rythme actuel de la progression de l’emploi, il faudrait encore plus d’un an pour rattraper les emplois perdus. Il faudra sans doute un certain avant que le marché du travail américain ne réalise les « progrès notables » que la Réserve fédérale souhaite voir avant de mettre fin à sa politique d’assouplissement monétaire. En outre, les nouvelles commandes manufacturières ont chuté de 0,6 % en avril, soit une baisse supérieure aux prévisions de 0,2 %.

Le Livre beige de la Fed a noté que l’économie s’est développée à un rythme plus rapide, les États-Unis commençant à voir les effets de l’augmentation des taux de vaccination et de l’assouplissement des restrictions. Les dépenses de consommation cyclique ont augmenté, renforçant la vigueur actuelle dans d’autres secteurs. Le rapport a également noté les effets persistants des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des retards de livraison. L’emploi a progressé régulièrement, avec une forte croissance dans les secteurs les plus touchés, notamment la restauration, l’hôtellerie et le commerce de détail. Les entreprises ont signalé des difficultés à recruter de nouveaux travailleurs, en particulier des travailleurs horaires faiblement rémunérés, des chauffeurs de camion et des gens de métier qualifiés. La demande de main-d’oeuvre devrait rester forte, mais l’offre est limitée. Les pressions sur les prix se sont intensifiées, avec des augmentations des prix des matières premières, du fret et de l’emballage.

International – hausse des exportations sud-coréennes; hausse de l’IPC de la zone euro; baisse de l’indice PMI de la Chine

Les exportations sud-coréennes ont augmenté de 45,6 % en glissement annuel au cours du mois de mai. Un niveau de départ bas a une fois de plus stimulé ce pourcentage. Les exportations de pièces automobiles ont bondi de 182,3 % en glissement annuel, le pétrole a connu une envolée de 164,1 % et les produits pétrochimiques, de 94,9 %. Par rapport à mai 2019, les exportations ont augmenté de 11,0 %.

L’IPC de la zone euro a augmenté de 0,3 % en mai, après une hausse de 0,6 % en avril. Les prix de l’énergie ont dopé le gain, enregistrant une hausse de 0,7 %, tandis que les prix des biens et services ont augmenté de 0,2 %. En glissement annuel, l’IPC a augmenté de 2,0 %. Mis à part ceux de l’énergie, les prix n’ont augmenté que de 0,9 % au cours de l’année.

L’indice PMI général composé calculé par Caixin pour la Chine est passé de 54,7 en avril à 53,8 au mois de mai.

L’indice PMI du secteur manufacturier est resté relativement stable, passant de 51,1 à 51,0, tandis que l’indice PMI du secteur des services a glissé de 56,3 à 55,1. Les nouvelles commandes ont continué à augmenter. Les fabricants ont constaté une accélération continue de la demande d’exportation, tandis que les fournisseurs de services ont vu la demande étrangère diminuer. La production et l’emploi ont augmenté, mais à un rythme moins soutenu. Les fabricants ont augmenté leurs activités d’achat en raison de la demande soutenue, mais la mauvaise performance des fournisseurs et le faible niveau des stocks ont entraîné une détérioration des délais de livraison. Par conséquent, les arriérés ont augmenté et les coûts continuent d’augmenter rapidement. Les entreprises restent optimistes, même si les inquiétudes persistent quant à la hausse des coûts et à l’incertitude liée à la pandémie

Aperçu de l’avenir

Canada – Banque du Canada (9 juin); utilisation de la capacité (11 juin)

La Banque du Canada doit se réunir la semaine du 7 juin. Une fois de plus, l’accent sera mis sur les commentaires concernant la réduction progressive des mesures d’assouplissement quantitatif de la banque centrale. Les marchés seront également à l’affût de tout commentaire concernant le dollar canadien, qui s’est renforcé parallèlement à la flambée des prix des produits de base.

Après l’annonce de la banque centrale, les chiffres sur l’utilisation de la capacité de production du Canada au premier trimestre seront également publiés. Ils devraient refléter la vigueur observée chez les fabricants au cours du trimestre. Le consensus du marché prévoit une hausse de 79,2 % à 80,5 %.

États-Unis – IPC (10 juin); indice de confiance des consommateurs selon l’Université du Michigan (11 juin)

L’inflation du mois de mai aux États-Unis sera au centre de l’attention la semaine prochaine, les marchés s’attendant à ce que l’IPC atteigne 4,7 % en glissement annuel et à ce qu’il augmente de 0,4 % en glissement mensuel. La Réserve fédérale estime que l’inflation est transitoire et ces données donneront un aperçu de cette opinion.

La version de juin à jour du rapport concernant l’indice de confiance des consommateurs selon l’Université du Michigan sera publiée. Le rapport précédent de mai a vu la confiance baisser en raison de la hausse des prévisions en matière d’inflation.

International – exportations chinoises (7 juin); IPC chinois, production industrielle et indice ZEW en Allemagne (8 juin); BCE (10 juin)

Le volume des échanges commerciaux de la Chine devrait se redresser, les exportations devant augmenter de 32,1 % en glissement annuel et les importations, de 55,0 % en glissement annuel. L’effet de base est le principal facteur de ces

pourcentages en glissement annuel élevés, les niveaux de départ de l’année dernière étant très bas. Les importations devraient augmenter davantage que les exportations en raison de la hausse des prix des produits de base. L’IPC chinois devrait également passer de 0,9 % à 1,6 % en glissement annuel, la hausse des prix des produits non alimentaires étant à l’origine de ce gain.

La production industrielle allemande devrait augmenter de 0,6 % en avril, en baisse par rapport au bond de 2,5 % enregistré en mars. La production automobile est toujours en baisse d’environ 20 % par rapport aux niveaux prépandémiques, ce qui empêche un rebond plus important de la production industrielle allemande. L’indice allemand ZEW de juin donnera un aperçu de l’opinion des professionnels de la finance sur l’économie. L’écart entre la situation actuelle et les attentes futures devrait se réduire à mesure que l’Allemagne assouplit les restrictions et que la distribution de vaccins augmente.

La BCE devrait poursuivre les achats d’actifs à son rythme actuel, sa présidente Christine Lagarde ayant précédemment déclaré qu’il serait prématuré de discuter d’un retrait progressif du programme d’achats d’urgence face à la pandémie. Les marchés seront attentifs à tout changement de ce sentiment, car les membres de la Réserve fédérale ont déclaré publiquement qu’ils souhaiteraient entamer des discussions sur les plans de réduction des achats d’actifs.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.