Pouls hebdomadaire du marché – semaine se terminant le 5 juin 2020

Développements du marché

Actions

L’impressionnante reprise du marché s’est poursuivie la semaine dernière, sous l’impulsion des marchés internationaux. Le nombre d’emplois aux États-Unis a pris un virage positif inattendu en mai, un indicateur précoce témoignant que la récession provoquée par la COVID-19 pourrait bientôt prendre fin. L’Allemagne, qui s’est longtemps accrochée à l’austérité budgétaire, a dévoilé un plan de relance de 130 milliards d’euros pour relancer l’économie. L’indice S&P 500 a augmenté de 4,91%, tandis que l’indice composé S&P/TSX a progressé de 4,35%.

Revenu fixe

Le rendement des obligations a bondi en raison des chiffres étonnamment élevés de l’emploi. Selon la Banque du Canada, le pire est passé et elle a permis de freiner certaines activités en raison de l’amélioration des conditions du marché. La Banque centrale européenne continue de soutenir les marchés en augmentant les acquisitions d’actifs. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du Trésor américain a augmenté de 24 points de base pour clôturer la semaine à 0,90 %. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du gouvernement du Canada a grimpé de 20 points de base, terminant la semaine à 0,73%..

Marchandises

Le pétrole et le cuivre continuent leur ascension, les signes d’une reprise économique étant corroborés, avec une hausse de 9,81 % et de 4,82 % respectivement. Une réunion de l’OPEP+ est prévue pour discuter de la possibilité de prolonger la baisse de production actuelle. L’or a chuté de 2,61 %.


Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 5 juin 2020


Développements macroéconomiques

Canada – Gain d’emplois net surprise en mai; efficacité de la politique selon la Banque du Canada; conjoncture économique faible d’après l’indice PMI de la fabrication pour le mois de mai

Le nombre d’emplois au Canada a augmenté de 290 000 en mai, alors que les restrictions liées à la pandémie de la COVID-19 se sont assouplies et que les économies ont lentement rouvert, ce qui a permis aux Canadiens de commencer à reprendre le travail. Le consensus s’établissait à une autre perte nette de 500 000 emplois. À la suite de la perte de trois millions d’emplois survenue au cours des deux mois précédents, il s’agit d’un indicateur précoce selon lequel l’économie en est aux premières étapes de la reprise. Dans la foulée, le taux de chômage a chuté pour passer de 15,0 % à 13,7 %. Le nombre de personnes qui travaillaient la moitié de leurs heures normales a également diminué de 292 000. Selon Statistique Canada, « ces changements au sein du marché du travail ont compensé 10,6 % des baisses de l’emploi et des absences du travail liées à la COVID-19 observées au cours des deux mois précédents. »

La Banque du Canada a conservé les taux à 0,25 % et a déclaré que l’impact du virus sur l’économie semble avoir atteint un sommet, mais que la reprise demeure très nuancée. Le Canada a connu des pertes record de production et d’emplois, la Banque du Canada prévoyant une autre baisse de 10 % à 20 % du PIB au deuxième trimestre avant la reprise de la croissance au troisième trimestre. Entre-temps, les politiques adoptées par la banque centrale se révèlent efficaces. La fonction de marché et les conditions de financement à court terme se sont améliorées, de sorte que la Banque a choisi de réduire certaines activités de marché tout en continuant ses achats d’actifs à grande échelle « jusqu’à ce que la reprise économique soit bien entamée ».

L’indice PMI de la fabrication de IHS Market Canada a signalé une nouvelle détérioration de la conjoncture générale en mai. Les données affichent 40,6, soit une amélioration par rapport à l’indice affiché de 33,0 en avril, néanmoins la période demeure en repli (indice inférieur à 50). La production poursuit sa chute en raison du recul de la demande, et les nouvelles entreprises accumulent davantage de retard à mesure que les clients réduisent leurs dépenses. L’emploi continue de diminuer, 40 % des répondants au sondage signalant une baisse du personnel, alors que seulement 9 % font état d’une augmentation.

Les attentes des entreprises se sont légèrement améliorées, mais l’optimisme demeure modeste, car de nombreuses entreprises ont dit craindre que la pandémie de la COVID-19 ait des répercussions à long terme sur les activités commerciales.

États-Unis – Augmentation surprise de la masse salariale non agricole; demandes initiales de prestations de chômage à 1,9 M$; creusement du déficit commercial

La masse salariale non agricole totale a connu une hausse inattendue de 2,5 millions emplois en mai, tandis que le taux de chômage a chuté pour atteindre 13,3 %. La masse salariale des entreprises privées non agricoles a augmenté de 3,1 millions emplois, avec des hausses marquées dans les secteurs des loisirs et de l’accueil, de la construction, de l’éducation et des services de santé, ainsi que du commerce de détail.

L’emploi dans la fonction publique a poursuivi sa forte chute, avec une perte de 585 000 emplois. Selon les prévisions générales, 7,5 millions d’emplois supplémentaires devaient être supprimés en mai, faisant grimper le taux de chômage à 19 %. Ces gains reflètent une reprise partielle de l’activité économique à la réouverture du pays.

Les demandes initiales de prestations de chômage ont poursuivi leur tendance négative, augmentant de 1,9 million pour la semaine se terminant le 30 mai. Le nombre de demandes de prestations pour la semaine se terminant le 23 mai a toutefois légèrement augmenté, passant de 21 millions à 21,5 millions après la première baisse de la semaine dernière. Les marchés étaient à l’affût d’un autre déclin pour confirmer une reprise du marché du travail.

Le commerce de biens et de services aux États-Unis s’est effondré en avril en raison du contexte du coronavirus. Les importations ont chuté de 13,7 % pour s’établir à 200,7 milliards de dollars, tandis que les exportations ont diminué de 20,5 % pour se chiffrer à 151,3 milliards de dollars, des niveaux jamais vus depuis 2010. La baisse du commerce bilatéral est attribuable à des fermetures à l’échelle nationale et internationale. Le déficit commercial s’est creusé pour atteindre 49,4 milliards de dollars, en hausse de 7,1 milliards de dollars par rapport à mars.

International – augmentation des achats d’actifs par la BCE; croissance d’après l’indice PMI chinois; chute des exportations sud-coréennes

La Banque centrale européenne a augmenté le programme de rachat d’urgence face à la pandémie de 600 milliards d’euros, portant le total à 1 350 milliards d’euros. L’horizon d’achat du programme a été prolongé jusqu’en juin 2021 et les paiements arrivant à échéance seront réinvestis jusqu’à la fin de 2022. Les taux clés demeurent inchangés.

L’indice PMI des services calculé par Caixin (Chine) est passé de 44,4 en avril à 55,0 en mai. Les données font état de la première croissance de l’activité des services depuis janvier, d’autant que les mesures prises contre le coronavirus se relâchent et que les activités commerciales reprennent. L’activité commerciale et les nouvelles commandes ont connu une forte hausse, mais les nouvelles exportations demeurent modérées à mesure que les mesures de santé publique sont maintenues dans les marchés clés. Les entreprises continuent de réduire leur personnel pour rehausser leur efficacité, et la confiance globale des entreprises s’est renforcée.

L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin (Chine) est également passé en territoire expansionniste, passant de 49,4 en avril à 50,7 en mai. La demande reste modérée en raison de la faiblesse de la demande extérieure, du manque de nouvelles commandes et de la faiblesse des perspectives, ce qui a forcé les entreprises à réduire leur personnel. Les chaînes d’approvisionnement se sont stabilisées, mais certaines entreprises continuent de signaler des pénuries de stocks chez les fournisseurs. La confiance des entreprises s’est accrue, alors que les entreprises s’attendent à un rebond mondial à mesure que la pandémie continue de se résorber.

Les exportations de la Corée du Sud ont chuté de 23,7 % en mai par rapport à la même période l’an dernier. La faiblesse de la demande automobile a été légèrement compensée par la résilience du secteur des semi-conducteurs. Les données montrent également que la demande en provenance de la Chine s’est maintenue, reculant seulement de 2,8 %, ce qui renforce la notion selon laquelle l’activité économique en Chine est en train de rebondir.


Aperçu de l’avenir

Cette semaine, de nombreux gouvernements à l’échelle mondiale amorceront le processus d’assouplissement des mesures de confinement. La réouverture des bars et des restaurants est prévue en Europe, et New York commencera son déconfinement après avoir connu sa première journée sans décès lié à la COVID-19 depuis mars.

Canada – Mises en chantier de logements (8 juin); taux d’utilisation de la capacité industrielle (12 juin)

Cette semaine est limitée sur le plan des données économiques. Les mises en chantier de logements sont présentées aujourd’hui avec des prévisions de 160 000 mises en chantier en mai, en baisse par rapport à 171 300 en avril. Vendredi, nous connaîtrons le taux d’utilisation de la capacité pour le premier trimestre, qui devrait chuter en raison du confinement.

États-Unis – Décision du FOMC et IPC de mai (10 juin); sondage d’opinion de l’Université du Michigan (12 juin)

La Réserve fédérale rend sa décision sur les taux d’intérêt ce mercredi, et son président Jerome Powell devrait prendre la parole après la réunion. Les marchés s’attendent à ce que la Réserve conserve les taux à zéro et confirme qu’ils sont disposés à utiliser toute la gamme d’outils à leur disposition pour soutenir l’économie. Les autorités de la Réserve devraient également discuter du ciblage de la courbe des taux pour certains bons du Trésor. L’IPC de mai devrait demeurer stable en glissement annuel, stagnant à 0,3 %, et s’établir à 0,0 % d’un mois à l’autre.

Le sondage d’opinion de l’Université du Michigan pour le mois de juin est publié vendredi et, malgré les protestations et les émeutes, on s’attend de façon consensuelle à une augmentation de 72,3 en mai à 75,3 en juin, peut-être en raison du début du processus de réouverture de l’économie.

International – Production industrielle allemande (8 juin); données sur le crédit en Chine et commandes de machines de base au Japon (9 juin)

Cette semaine, la Banque mondiale publie son rapport semestriel sur les Perspectives économiques mondiales et l’OCDE publie ses Perspectives de l’économie mondiale semestrielles. Les deux rapports énonceront les attentes des organisations pour le deuxième semestre de 2020.

La production industrielle allemande devrait chuter de 24,8 % en glissement annuel en avril, poursuivant sa baisse amorcée en mars, car les mesures de confinement ont fondamentalement interrompu la production pendant tout le mois. Mardi, la Chine publie ses données sur le crédit, qui feront état probablement d’une stimulation croissante pour soutenir l’économie. Enfin, les commandes de machines de base au Japon pour le mois de mai, un indicateur avancé de l’investissement, sont annoncées mardi et l’on s’attend à une baisse de 13,2 % en glissement annuel. Les commandes de machines de base ont diminué de 0,7 % en glissement annuel en avril, et toute reprise serait un signe positif de l’amélioration de la conjoncture commerciale.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.