Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 12 juin 2020

Développements du marché

Actions

L’optimisme des marchés boursiers s’est maintenu pendant la semaine, mais s’est rapidement inversé, suite à la mise en garde par la Fed contre une reprise prolongée qui pourrait durer des années, tandis que les craintes d’une deuxième vague sont réapparues. Dans certains États, le nombre de cas est reparti à la hausse au cours des dernières semaines, le nombre total de cas ayant dépassé deux millions. L’indice S&P 500 a chuté de 4,78 %. L’indice composé S&P/TSX a chuté de 3,77 %.

Revenu fixe

L’appétit des investisseurs pour les obligations a augmenté brusquement lorsque la Fed a fourni ses prévisions économiques mises à jour. La croissance devrait se redresser, mais il faudra peut-être des années avant que l’emploi se rétablisse aux niveaux antérieurs à la crise de la COVID. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du Trésor américain a reculé de 19 points de base, terminant la semaine à 0,70 %. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du gouvernement du Canada a chuté de 19 points de base, terminant la semaine à 0,54 %.

Marchandises

Les prix du pétrole ont chuté de 7,56 % après des semaines de forte reprise, en raison des craintes de perspectives économiques faibles qui ont atteint le marché. Les prix du cuivre se sont maintenus sur fond de forte demande en provenance de la Chine, en hausse de 2,35 %. Les prix de l’or ont progressé de 2,71 % alors que les investisseurs affluaient vers des actifs peu risqués.


Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 12 juin 2020


Développements macroéconomiques

Canada – Hausse des mises en chantier de logements en mai; chute de l’utilisation de la capacité au premier trimestre

Les mises en chantier de logements ont atteint 193 500 en mai, comparativement à 166 500 en avril. La hausse semble impressionnante, mais elle est faussée par le fait que les mises en chantier d’avril n’incluaient pas celles du Québec, où la construction résidentielle a été mise en attente à la fin de mars. La construction au Québec a depuis repris et se reflète dans les chiffres de mai. Les mises en chantier hors Québec ont diminué pour atteindre 137 100 en mai, ce qui représente une baisse de 17,7 %. Si on l’examine par région, la répartition des mises en chantier était également très variée; celles de la Colombie-Britannique ont augmenté de 30,6 % tandis que celles de l’Ontario ont chuté de 39,6 %.

L’utilisation de la capacité au premier trimestre a chuté à 79,8 %, comparativement à 81,4 % au quatrième trimestre de 2019. Le confinement a frappé le secteur manufacturier le plus durement, où la capacité est tombée à 74,4, son niveau le plus bas depuis 2009.

États-Unis – La Fed continue d’utiliser des outils; l’IPC de mai chute; l’indice de confiance des consommateurs s’améliore, mais la prudence règne; le nombre de demandes initiales d’allocations chômage s’établit à 1,5 M.

La Réserve fédérale réitère son engagement à utiliser toute la gamme d’outils à sa disposition pour soutenir l’économie américaine. Les taux sont demeurés inchangés et devraient demeurer presque nuls jusqu’à ce que la banque centrale soit « convaincue que l’économie a surmonté les événements récents et qu’elle est en voie d’atteindre ses objectifs maximaux en matière d’emploi et de stabilité des prix ». La Fed s’attend à une reprise de la croissance à partir du deuxième semestre de l’année, avec une vigueur soutenue jusqu’en 2021 et 2022. Selon les projections de la Fed, le PIB devrait connaitre une chute de 6,5 % en 2020, suivie d’un rebond de 5,0 % et de 3,5 % au cours des deux prochaines années. Le marché du travail, quant à lui, ne devrait pas se rétablir aussi rapidement, car on prévoit que le taux de chômage atteindra 9,3 % en 2020 avant de chuter à 6,5 % et à 5,5 % en 2021 et 2022, soit un taux supérieur à celui de 3,5 % que l’on connaissait avant que la pandémie de coronavirus ne frappe. La Fed poursuit ses achats d’actifs à grande échelle « au moins au rythme actuel pour assurer le bon fonctionnement du marché ».

L’IPC désaisonnalisé a reculé de 0,1 % de plus en mai, après avoir chuté de 0,8 % en avril. La baisse des prix de l’énergie, de l’habillement et du transport a compensé l’augmentation des prix de l’alimentation et du logement. Le secteur de l’énergie a accusé un retard, les prix de l’essence ayant fléchi de 3,5 % au cours du mois, tandis que les prix de l’alimentation ont augmenté de 0,7 %. L’IPC de base (à l’exclusion de l’alimentation et de l’énergie) a également diminué en raison de la stagnation de la demande.

L’indice de confiance des consommateurs selon l’Université du Michigan est passé de 72,3 en mai à 78,9 en juin. L’indicateur des conditions actuelles a augmenté pour un deuxième mois consécutif, passant de 82,3 à 87,8, alors que la confiance des consommateurs ne cesse de s’améliorer à mesure que l’économie rouvre, en grande partie sous l’effet de la reprise de l’emploi. L’indice des attentes des consommateurs, tourné vers l’avenir, a également augmenté, passant de 65,9 à 73,1. Un nombre record de consommateurs anticipent une croissance de l’économie et de l’emploi de façon générale, mais deux tiers des consommateurs s’attendent toujours à une mauvaise situation financière. Les plus grandes préoccupations exprimées portaient sur la possibilité d’une deuxième vague du virus et d’un ralentissement subséquent ainsi que d’une lente reprise du marché du travail. Cette incertitude liée aux revenus a une incidence sur la volonté de faire des achats non essentiels.

Les demandes initiales d’allocations chômage hebdomadaires poursuivent leur baisse, le total s’établissant à 1,5 million pour la semaine se terminant le 6 juin. Ce nombre demeure très élevé comparativement à la moyenne de 2010-2019 laquelle s’établissait à 312 000. Les demandes continues sont passées de 21,5 M à 20,9 M à mesure que les États rouvrent et que les travailleurs retournent au travail, mais elles demeurent plus élevées que les attentes du marché qui s’élèvent à 20 M. Les marchés surveilleront de près les deux catégories pour renforcer la notion d’une reprise de l’activité économique.

International – Baisse de la production industrielle allemande; hausse des données sur le crédit en Chine; baisse des commandes de machines de base au Japon

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié ses perspectives économiques semestrielles. Les perspectives mondiales sont très incertaines étant donné que le coronavirus « a provoqué la récession économique la plus grave jamais observée depuis près d’un siècle et fait des ravages en termes de santé, d’emploi et de bien-être des citoyens ». Cette fois-ci, leur perspective met en évidence deux scénarios, l’un présente un impact unique où une deuxième éclosion est évitée et l’autre présente un double impact où une deuxième vague entraîne un nouveau confinement. Le PIB mondial devrait chuter de 6,0 % selon le scénario à impact unique, ou de 7,6 % dans le cas d’une deuxième vague. Selon le scénario à double impact, le PIB mondial diminuerait de nouveau au quatrième trimestre avant de se rétablir en 2021. En examinant le marché du travail, le taux de chômage des 37 pays membres de l’OCDE était de 5,4 % au premier trimestre de 2020. Ce taux de chômage devrait passer à 9,4 % et à 12,6 % d’ici la fin de 2020 d’après les scénarios à impact unique et à double impact, respectivement.

La production industrielle allemande a baissé de 17,9 % en avril, après avoir connu une chute de 8,9 % en mars. La production manufacturière et minière a chuté de 22,1 %, et d’après les données, la production de biens d’équipement a chuté de 35,3 %, ce qui indique que les entreprises cherchent à réduire leurs investissements compte tenu des conditions incertaines.

Le financement global chinois a augmenté de 3,2 trillions de yuan en mai, soit une légère hausse par rapport aux 3,1 trillions de yuan émis en avril. L’émission d’obligations d’État a augmenté, tandis que l’émission d’obligations de société a chuté même si elle se poursuit à un rythme soutenu. Depuis le début de l’année, le financement global est en hausse de 45 % par rapport à l’an dernier, car la Chine cherche à stimuler son économie pour soutenir la reprise post-pandémique.

Au Japon, les commandes de machines de base ont chuté de 12 % en avril, après une baisse de 0,4 % en mars. Par rapport à la même période l’an dernier, les commandes ont diminué de 17,7 %. Les commandes provenant des manufacturiers ont chuté de 2,6 %, tandis que celles des non manufacturiers ont chuté de 20,2 %. Les commandes de machines étrangères ont également chuté de 21,6 % en raison de la baisse des dépenses d’investissement des entreprises aux prises avec les dommages causés par la pandémie.


Aperçu de l’avenir

Cette semaine, de nombreux gouvernements partout au monde entreprendront le processus d’assouplissement des mesures de confinement. La réouverture des bars et des restaurants est prévue en Europe, et New York commencera son déconfinement après avoir connu sa première journée sans décès lié à la COVID-19 depuis mars.

Canada – Ventes manufacturières (15 juin); IPC (17 juin); ventes au détail (19 juin)

Les ventes au détail et les ventes manufacturières devraient diminuer de 20 % et de 15 % respectivement. Les données seront quelque peu dépassées étant donné qu’elles refléteront le mois d’avril, mais elles terniront néanmoins l’image des dépenses des consommateurs et de la façon dont les entreprises canadiennes ont traversé la crise de santé publique. L’IPC de mai devrait augmenter de 0,8 %, après avoir chuté de 0,7 % en avril, en grande partie en raison de la hausse des prix de l’énergie.

États-Unis – Indice Empire State du secteur manufacturier (15 juin); Ventes au détail et production industrielle (16 juin); indice de la Fed de Philadelphie, demandes initiales et continues (18 juin)

L’indice Empire State du secteur manufacturier est paru le premier cette semaine, suivi de l’indice de la Fed de Philadelphie, et devrait afficher des signes d’améliorations à mesure que les États rouvriront. Les ventes au détail et la production industrielle devraient également rebondir en mai, à la suite de baisses à deux chiffres, à mesure que certains États rouvriront, ce qui devrait soutenir les dépenses de consommation. Les demandes initiales et continues seront surveillées de près au cours des prochaines semaines, car elles serviront d’indicateurs de la rapidité et de la vigueur de la réouverture économique.

International – Production industrielle et ventes au détail en Chine (14 juin); réunion de la Banque du Japon et indice ZEW (16 juin); réunion de la Banque d’Angleterre (18 juin); production industrielle, ventes au détail et taux de chômage en Chine

Les données chinoises de cette semaine seront révélatrices de la reprise jusqu’à présent, ainsi que des dépenses de consommation. Les indices PMI indiquent que la production industrielle devrait continuer à augmenter et que les ventes au détail devraient également s’améliorer. L’indice économique ZEW allemand fournira une vision actualisée de la situation à mesure que le pays rouvrira avec prudence.

La Banque du Japon ne prévoit aucune variation des taux, mais la banque centrale a annoncé un assouplissement quantitatif supplémentaire au moyen d’achats d’actifs visant à soutenir les entreprises et l’économie. Des attentes semblables ont été établies pour la Banque d’Angleterre.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.