Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 7 août 2020

Développements du marché

Actions

Les marchés boursiers ont continué à se redresser alors même que les négociations sur le plan de relance américain étaient dans l’impasse. Les républicains réclament environ 1 billion de dollars américains de dépenses, tandis que les démocrates de l’opposition réclament jusqu’à 3,5 billions de dollars américains. Malgré ces différences extrêmes dans les dépenses, il semble qu’il n’y ait pas de compromis entre les deux parties jusqu’à présent. Le président Trump s’est engagé à prendre des mesures exécutives si les négociations sont bloquées pendant la fin de semaine. Les tensions entre les États-Unis et la Chine s’intensifient également avec l’annonce par Trump de l’interdiction des transactions américaines sur les applications chinoises TikTok et WeChat. Entre-temps, les excellents résultats au chapitre de l’emploi ont contribué à soutenir les marchés. Le S&P 500 et le S&P/TSX ont gagné respectivement 2,45 % et 2,32 %.

Revenu fixe

Les rendements des obligations ont augmenté grâce à la forte création d’emplois. Le rendement sur 10 ans des obligations du Trésor américain a progressé de 4 points de base pour clôturer la semaine à 0,56 %. Le rendement sur 10 ans des obligations du gouvernement du Canada a progressé de 1 point de base pour clôturer la semaine à 0,48 %.

Marchandises

Le prix de l’or a augmenté pour une neuvième semaine consécutive, avec une hausse de 3,02 %. Le prix du cuivre a chuté de 2,70 %, un des principaux producteurs du Chili ayant abaissé ses perspectives de prix pour 2021. Le prix du pétrole a augmenté de 3,30 % en raison de la hausse des données sur la production manufacturière.


Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 7 août 2020


Développements macroéconomiques

Canada – L’indice PMI manufacturier indique une croissance; l’emploi augmente; le déficit commercial se creuse

L’indice PMI manufacturier canadien d’IHS Markit est passé de 47,8 en juin à 52,9 en juillet. Cette mesure signale maintenant une croissance et un rebond partiel de la conjoncture. La production a augmenté en raison du redémarrage progressif de l’économie qui a également contribué à la première augmentation de l’emploi depuis février. Les nouvelles commandes ont augmenté pour la première fois depuis février, mais de façon modeste. Les commandes d’exportation continuent de signaler un ralentissement en raison de la faible demande à l’étranger. L’arriéré de travail a de nouveau été réduit, et les niveaux de stocks restent faibles; les entreprises restant prudentes face à une demande faible pour améliorer leur trésorerie. Les entreprises ont signalé des délais de livraison plus longs, surtout en raison des ruptures de stock chez les fournisseurs et des retards de transport aux frontières. Les prix des intrants ont également été augmentés par les surcharges des fournisseurs liées à la COVID-19. Les perspectives restent optimistes, mais certaines inquiétudes subsistent quant à une deuxième vague éventuelle qui viendrait réduire les prévisions de croissance.

L’emploi a augmenté de 419 000 en juillet grâce à la reprise continue de l’activité économique. En conséquence, le taux d’emploi est ainsi passé de 12,3 % à 10,9 %. La plupart des gains d’emploi concernaient le travail à temps partiel, qui s’est accru de 345 000 par rapport au travail à temps plein, qui n’a connu qu’une augmentation de 73 000. Le nombre d’employés canadiens ayant travaillé moins de la moitié de leurs heures habituelles a diminué de 412 000. La COVID-19 a touché 5,5 millions de Canadiens, mais le nombre s’est maintenu à 2,3 millions en juillet, soit une réduction de 58 % par rapport à avril.

Le déficit commercial du Canada a atteint 3,2 milliards de dollars en juin, par rapport à 1,3 milliard de dollars en mai. Les marchés s’attendaient à ce que ce chiffre soit moindre à la place. Les importations ont augmenté de 21,8 % au cours du mois, tandis que les exportations n’ont progressé que de 17,1 %. Le commerce international s’est sensiblement redressé par rapport aux creux de cette année, mais par rapport à février, les importations sont toujours en baisse de 14,3 % et les exportations ont diminué de 17,9 %.

États-Unis – La relance des emplois non agricoles se poursuit; les demandes hebdomadaires de prestations de chômage diminuent; les commandes manufacturières augmentent

Le marché du travail continue de se redresser, les emplois non agricoles ayant augmenté de 1,76 million en juillet, après une hausse de 4,79 millions en juin. Le taux de chômage est passé de 11,1 % à 10,2 %. Des gains d’emplois ont notamment été enregistrés dans les secteurs des loisirs et de l’hébergement, des administrations publiques, du commerce de détail, des services professionnels et commerciaux, des autres services et des soins de santé. Les emplois du secteur privé ont augmenté de 1,46 million, celle du secteur public de 301 000, et celle du secteur manufacturier de 26 000 seulement. Les licenciements temporaires ont diminué de 1,3 million, soit environ la moitié du niveau d’avril, mais le nombre reste élevé, à 9,2 millions.

Les demandes initiales hebdomadaires de prestations de chômage ont atteint 1,19 million pour la semaine se terminant le 1er août, contre 1,43 million la semaine précédente. Ces chiffres sont un signe encourageant de l’amélioration lente du marché du travail, mais demeurent historiquement élevés. Les demandes continues de prestation de chômage ont également diminué à 16,1 millions pour la semaine se terminant le 25 juillet, contre 17,0 millions la semaine précédente. Ces deux chiffres ont surpris les marchés, dépassant les attentes.

Les nouvelles commandes de produits manufacturés ont augmenté de 6,2 % en juin, après une hausse de 7,7 % en mai. La fabrication de matériel de transport a encore une fois le plus contribué à l’augmentation, avec un gain de 20,2 %.

International – Baisse de l’indice PMI Caixin de la Chine; amélioration des exportations de la Corée du Sud; la Banque d’Angleterre maintient une politique souple; augmentation de la production industrielle de l’Allemagne

L’indice PMI composé général calculé par Caixin en Chine a légèrement baissé, passant de 55,7 en juin à 54,5 en juillet. La raison de cette baisse est due à la chute de l’indice PMI des services généraux, qui est passé de 58,4 à 54,1. Dans l’intervalle, l’indice PMI manufacturier est passé de 51,2 à 52,8. Ces deux mesures continuent d’indiquer une croissance régulière, l’activité et les nouvelles affaires poursuivant leur progression. Le principal moteur continue de provenir des commandes destinées au marché intérieur, car les entreprises sont toujours confrontées aux difficultés actuelles à l’étranger. Malgré l’augmentation de la production, la contraction de l’emploi persiste et recule à nouveau, les entreprises cherchant à accroître leur productivité et restant prudentes en matière d’embauche. Dans l’ensemble, les entreprises des secteurs des services et de l’industrie manufacturière restent optimistes quant à la poursuite de la reprise de l’activité économique et de la demande après la pandémie.

Les exportations de la Corée du Sud ont chuté de 7,0 % en juillet par rapport à l’année précédente, contre 10,9 % en juin. Le ralentissement de la chute des exportations est dû à l’augmentation des exportations de semi-conducteurs, mais il a été partiellement compensé par la faiblesse persistante de l’industrie automobile. Les exportations vers la Chine ont ralenti, tandis que les exportations vers les États-Unis et l’Union européenne ont repris grâce à l’assouplissement des mesures prises pendant le confinement.

La Banque d’Angleterre a maintenu les taux et les programmes d’achat d’obligations inchangés. Même si le PIB continue de se redresser, « [les] risques qui pèsent sur les perspectives du PIB demeurent élevés ». La banque centrale a déclaré qu’elle n’a pas l’intention de resserrer sa politique monétaire tant que les perspectives d’inflation ne sont pas certaines d’atteindre durablement l’objectif de 2 % d’inflation. Selon les prévisions actuelles de la Banque d’Angleterre, l’inflation devrait à nouveau augmenter en 2021, mais ne devrait atteindre que 2 % au troisième trimestre de 2022.

La production industrielle allemande a augmenté de 8,9 % en juin, après une hausse de 7,4 % en mai. Les contributions à la production ont été globales, notamment une forte production de biens de consommation indiquant une reprise de la demande.


Aperçu de l’avenir

Canada – Mises en chantier (10 août); ventes de produits manufacturés (14 août)

Les mises en chantier se sont fortement redressées par rapport aux creux d’avril et devraient se poursuivre à des niveaux similaires en juillet. Les ventes de produits manufacturés devraient augmenter de 15,5 % en juin, à la suite de solides statistiques préliminaires de ventes au détail de juin par Statistique Canada et de la reprise économique.

États-Unis – IPC (12 août); demandes hebdomadaires de prestations de chômage (13 août); ventes au détail et production industrielle (14 août)

Les marchés s’attendent à une augmentation de 0,3 % de l’IPC en juillet en raison de la hausse du prix de l’essence, tandis que les services devraient ralentir. Nous avons constaté une baisse inattendue des demandes hebdomadaires de prestations de chômage la semaine dernière et les marchés attendent d’autres statistiques à la baisse, mais les risques demeurent élevés en raison de la faible confiance des entreprises.

Les ventes au détail ont retrouvé leur niveau d’avant la COVID et elles devraient être modérées à l’avenir. Les ventes d’automobiles et d’essence devraient contribuer à la croissance. La production industrielle devrait également être modérée étant donné que l’emploi dans le secteur manufacturier n’a augmenté que de 26 000 en juillet.

International – Enquête ZEW sur l’Allemagne (11 août); PIB du Royaume-Uni (12 août)

L’enquête ZEW sur l’Allemagne montrera probablement une nouvelle amélioration de la situation actuelle, mais les possibilités d’amélioration des attentes sont limitées étant donné le fort optimisme observé lors des dernières statistiques.

Le PIB du Royaume-Uni pour le deuxième trimestre devrait se contracter de 21,5 %. Les indicateurs à haute fréquence utilisés par la Banque d’Angleterre montrent que, bien que les dépenses se soient sensiblement redressées, les données relatives aux paiements suggèrent que les dépenses sont toujours inférieures de 10 %. La Banque d’Angleterre ne prévoit pas que le PIB se remette au niveau du quatrième trimestre 2019 avant la fin de 2021.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.