Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 28 août 2020

Développements du marché

Actions

Les actions mondiales ont fini la semaine à des niveaux record, alimentés par des gains positifs dans les technologies, de fortes commandes de biens durables aux États-Unis et un nouveau cadre pour les politiques de la Réserve fédérale américaine qui laisse entrevoir des politiques accommodantes pour l’avenir prévisible. L’ouragan de catégorie 4 Laura a été rétrogradée au rang de tempête tropicale après avoir touché terre sur la côte américaine du golfe du Mexique en infligeant des dommages modérés. Au Canada, les grandes banques ont entraîné la hausse du marché en déclarant de forts gains. Le S&P 500 et le S&P/TSX ont gagné respectivement 3,26 % et 1,14 %.

Revenu fixe

Les rendements obligataires à long terme ont grimpé encore davantage. Le nouveau cadre de la Réserve fédérale américaine porte à croire que la Réserve permettra à l’inflation de dépasser la cible, après s’être efforcée de la faire baisser pendant presque toute la dernière décennie. Le rendement sur 10 ans des obligations du Trésor américain a progressé de 9 points de base pour clôturer la semaine à 0,72 %. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du gouvernement du Canada a grimpé de 9 points de base, terminant la semaine à 0,63 %.

Marchandises

L’or a grimpé de 1,25 %, alors que le dollar américain s’est affaibli à la suite de commentaires de la Réserve fédérale suggérant que les taux resteront accommodants plus longtemps. Les prix du cuivre ont monté de 3,19 % en raison d’un rétrécissement de l’offre, alors que les prix du pétrole restent dans leur fourchette de négociation en augmentant de 1,39 %.


Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 28 août 2020


Développements macroéconomiques

Canada – le PIB grimpe de 6,5 % en juin; le solde des paiements courants se rétrécit; les banques canadiennes restent résilientes

Le PIB a reculé de 11,5 % au deuxième trimestre, après une chute de 2,1 % au premier trimestre. Au cours de l’année, le PIB au deuxième trimestre a dégringolé de 38,7 %, et des baisses record dans les dépenses des ménages, l’investissement des entreprises et le commerce ont été observées. Les dépenses des ménages ont chuté de 13,1 %, ce qui indique tant une perte de revenus que l’impossibilité de dépenser. Les investissements des entreprises ont baissé de 16,2 %, le volume des exportations a diminué de 18,4 %, et celui des importations s’est rétréci de 22,6 %. La rémunération des employés a baissé de 8,9 %, mais le revenu disponible s’est accru de 10,8 % étant donné l’augmentation de l’appui fiscal du gouvernement aux ménages. La chute des dépenses et l’augmentation du revenu ont stimulé l’épargne des ménages de 28,2 %.

L’activité économique a continué de se rétablir en juin, avec une croissance du PIB de 6,5 %, après une hausse de 4,8 % en mai. On a constaté des augmentations dans 19 des 20 secteurs industriels, les industries fabricantes de biens gagnant 7,5 %, tandis que les productrices de services ont crû de 6,1 %. Le seul secteur à se contracter a été celui des mines et carrières et de l’extraction de pétrole et de gaz. Le PIB reste d’environ 9 % plus bas que son niveau de février. L’estimation préliminaire de Statistique Canada pour le PIB de juillet prévoit une autre augmentation de 3 %.

Contrairement aux attentes, le déficit des paiements courants du Canada est descendu à 8,6 milliards de dollars au deuxième trimestre, comparativement à 11,1 milliards de dollars au premier trimestre. Le déficit en biens et services a rétréci, partiellement contrebalancé par une réduction de l’excédent des revenus de placement. Tant les exportations que les importations de biens ont enregistré des chutes record au cours du trimestre. Les exportations de biens ont baissé de 33,2 milliards de dollars pour s’établir à 106,9 milliards, alors que les importations ont baissé de 34,2 milliards pour s’établir à 114,5 milliards de dollars. Les données montrent que l’activité d’exportation et d’importation a commencé à montrer des signes de reprise en juin.

Les six grandes banques canadiennes ont déclaré des gains au troisième trimestre et les commentaires ont largement été positifs. Les provisions pour pertes sur prêts restent élevées, mais les gains ont été forts. La baisse moyenne des gains n’a été que de 18,5 % comparativement aux attentes des analystes qui prévoyaient un déclin de 30 %. Certaines banques ont fait remarquer la probabilité que les provisions commencent à s’amenuiser.

États-Unis – la Réserve fédérale confirme une inflation moyenne de 2 %; la confiance des consommateurs diminue; les commandes de biens durables dépassent les attentes; le revenu personnel et les dépenses personnelles augmentent; un million de demandes de prestations de chômage hebdomadaires

Prenant la parole au symposium Jackson Hole la semaine dernière, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a présenté la nouvelle cible de la Réserve d’un taux moyen d’inflation de 2 % au fil du temps. Cela pourrait relever le niveau de hausse des taux visée; la Réserve permettrait ainsi une hausse de l’inflation et les taux seraient susceptibles de rester bas dans un avenir prévisible. Cette fois-ci, rien ne laisse entrevoir l’orientation à venir, mais on s’attend à ce que la question soit soulevée à la prochaine réunion de la Réserve fédérale le 16 septembre.

L’indice de confiance des consommateurs du Conference Board, de 91,7 en juillet, a chuté à 84,8 au mois d’août. L’indice de la situation actuelle de 95,9 a baissé à 84,2, alors que l’indice des attentes est passé de 88,9 à 85,2. La confiance des consommateurs s’est détériorée, de pair avec les conditions des affaires et de l’emploi au cours du mois. Les dépenses ont été fortes au cours des derniers mois, mais l’optimisme à propos des perspectives financières a diminué.

Les commandes de biens durables ont augmenté d’un autre 11,2 % en juillet, après une hausse de 7,7 % en juin. Les marchés ne prévoyaient qu’une augmentation de 4,8 %. La vigueur s’est concentrée dans le secteur des véhicules et des pièces automobiles. À l’exclusion des transports, les commandes n’ont augmenté que de 2,4 %.

Le revenu personnel a augmenté de 0,4 % en juillet, ce qui correspond à l’augmentation de la rémunération des employés à mesure que l’économie s’ouvre à nouveau, ralentie par une diminution des prestations sociales du gouvernement. La consommation personnelle a augmenté de 1,9 % au cours du mois.

Les demandes hebdomadaires de prestations de chômage ont atteint 1 million pour la semaine se terminant le 22 août, comparativement à 1,1 million de demandes la semaine précédente. Les demandes de prestations de chômage continues pour la semaine se terminant le 15 août ont affiché une légère baisse, passant de 14,8 millions à 14,5 millions.

International – l’indicateur IFO de l’Allemagne continue d’augmenter; l’inflation s’atténue en France

L’indicateur IFO du climat des affaires est passé de 90,4 en juillet à 92,6 au mois d’août. L’indice de situation des entreprises est passé de 84,5 à 87,9 alors que les attentes des entreprises sont passées de 96,7 à 97,5. Les entreprises continuent de percevoir une amélioration des conditions actuelles, et l’optimisme est aussi légèrement en hausse. L’activité manufacturière continue d’afficher des améliorations, mais les conditions générales sont toujours considérées comme faibles. Le secteur du commerce n’a pas bougé, et le pessimisme face aux prochains mois se maintient. Le secteur des services et celui de la construction ont signalé des améliorations.

Une lecture préliminaire indique que l’inflation a baissé de 0,1 % en France au mois d’août. Au cours de l’année, l’inflation a augmenté de 0,2 %. L’inflation moins élevée est liée à un repli dans les produits manufacturés en raison du report de ventes estivales et d’un ralentissement dans le prix des denrées alimentaires.


Aperçu de l’avenir

Canada – Le PMI d’IHS Markit (le 1er septembre); enquête sur la main-d’oeuvre (le 4 septembre)

L’indice Purchasing Managers’ Index (PMI) manufacturier du marché donnera le coup d’envoi du mois de septembre, et on s’attend à ce que la vigueur du secteur manufacturier se poursuive. Toutefois, le principal point d’intérêt de cette semaine sera l’enquête sur la population active. Le marché du travail devrait continuer de s’orienter vers un rétablissement. Les marchés prévoient un changement net, soit l’embauche de 250 000 personnes, ce qui ferait passer le taux de chômage de 10,9 % à 10,2 %.

États-Unis – le livre beige de la Réserve fédérale (le 2 septembre); demandes de prestations de chômage hebdomadaires (le 3 septembre); emplois non agricoles (le 4 septembre)

La livre beige de la Réserve fédérale américaine améliorera le portrait de la reprise économique et pourrait fournir des informations importantes sur la croissance économique et sur les attentes relatives au marché du travail.

Comme d’habitude, les demandes de prestations de chômage hebdomadaires seront intéressantes à surveiller, mais le fait saillant sera les emplois non agricoles. Les marchés s’attendent à ce que cette tendance se maintienne et prévoient un accroissement net de 1,4 million au mois d’août. Le taux de chômage devrait diminuer jusqu’à 9,8 %, comparativement à 10,2 % en juillet.

International – indices PMI pour la Chine et production industrielle du Japon (le 30 août); exportations de la Corée du Sud (le 1er septembre); les ventes au détail de la zone euro (le 3 septembre); les commandes manufacturières de l’Allemagne (le 4 septembre)

La semaine commence avec une avalanche d’indices PMI en provenance de la Chine pour le mois d’août, des indices qui devraient présenter des progrès continus. Le rétablissement en Chine a été surtout observé à l’échelle nationale, de sorte que les investisseurs seront à l’affût de toute indication d’un raffermissement de la demande extérieure. De fortes inondations ont perturbé une partie de la Chine, ce qui constitue un risque. Nous allons également obtenir des données sur la production industrielle du Japon et sur les exportations de la Corée au mois d’août. On s’attend à ce que les deux affichent une augmentation.

En Europe, nous obtenons les ventes au détail de la zone euro en juillet et les commandes manufacturières en Allemagne au mois de juillet. On s’attend à ce que les deux poursuivent leur tendance à la hausse, bien que le rythme de la reprise est susceptible de s’être atténué.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.