Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 4 septembre 2020

Développements du marché

Actions

On a assisté à la liquidation d’actions mondiales cette semaine dans le secteur des technologies, ce qui a mis fin à cinq semaines consécutives de gains. Le NASDAQ a affiché sa pire baisse en une seule journée depuis le mois de juin. De bonnes nouvelles sur le front des vaccins ont entraîné un fort élan dans les actions jusque dans la première moitié de la semaine. Toutefois, les données économiques modérément positives de la semaine ont soulevé encore plus d’inquiétudes quant à savoir si la reprise pouvait se poursuivre au même rythme. Le S&P 500 a baissé de 2,31 %, alors que le S&P/TSX a fléchi de 2,92 %.

Revenu fixe

Ayant d’abord faibli en raison des préoccupations liées à l’incertitude accrue qui persiste, les rendements des obligations ont augmenté grâce aux chiffres de l’emploi à la hausse aux États-Unis et au Canada. La Banque du Canada et la Banque centrale européenne se réuniront cette semaine. Le rendement sur dix ans des obligations du Trésor américain est resté inchangé à 0,72 %. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du gouvernement du Canada a diminué de 4 points de base, terminant la semaine à 0,60 %.

Marchandises

Les cours du pétrole ont baissé de 8,05 %, la liquidation des titres étant entraînée par des préoccupations au sujet de la future demande et de la débâcle des actions. Le prix de l’or a baissé de 1,57 % alors que la demande s’atténuait en raison de plus nombreux signes de reprise. Le cuivre a augmenté de 2,17 % à la lueur d’espoirs d’une reprise de pair avec un rétrécissement de l’offre.


Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 4 septembre 2020


Développements macroéconomiques

Canada – hausse de l’indice PMI manufacturier; amélioration du marché du travail

L’indice Purchasing Managers’ Index (PMI) manufacturier de Markit est passé de 52,9 en juillet à 55,1 au mois d’août. La production continue d’augmenter, les résultats étant liés aux conditions d’un marché qui se rétablit. Les nouvelles commandes ont aussi augmenté, alors que la demande étrangère a donné ses premiers signes de hausse en cinq mois. Le marché de l’emploi s’est renforcé en raison des efforts visant à alléger les contraintes de capacité à mesure que de nouvelles commandes s’empilent. Des pressions ont continué à se faire sentir sur la chaîne d’approvisionnement tout au long du mois, notamment des problèmes de transport en raison des restrictions liées à la COVID. L’incertitude quant à la possibilité que la pandémie se poursuive continue de peser sur les achats de stocks, mais les entreprises demeurent positives alors qu’elles continuent d’entrevoir une augmentation de la production au cours de la prochaine année.

L’emploi a augmenté de 246 000 au mois d’août, après une augmentation de 419 000 au mois de juillet. En conséquence, le taux de chômage a baissé de 0,7 % pour s’établir à 10,2 %. La croissance s’est concentrée dans le travail à temps plein qui a augmenté de 206 000 emplois. Le marché du travail a repris fortement depuis le mois de mai, mais le niveau d’emploi est de 1,1 million d’emplois inférieur (soit de 5,7 %) au niveau de février avant la COVID. Le nombre d’employés qui ont travaillé moins que la moitié de leurs heures habituelles a aussi baissé de 259 000 au cours du mois. Le nombre total de travailleurs canadiens touchés par le confinement de la COVID-19 était de 1,8 million, comparativement à un sommet de 5,5 millions au mois d’avril.

Le livre beige de la Réserve fédérale américaine indique un rétablissement soutenu avec perspectives nuageuses; le déficit commercial s’accroît; gains dans les emplois non agricoles en août; demandes hebdomadaires de prestations de chômage à 881 000

Le livre beige de la Réserve fédérale rapporte que l’activité économique continue d’augmenter, mais qu’elle reste en deçà des niveaux d’avant la pandémie. Les dépenses de consommation continuent de reprendre et la perspective globale était modestement optimiste. Toutefois, selon le livre beige, l’incertitude et la volatilité constantes liées à la pandémie et leurs effets négatifs sur les activités de consommation et sur le commerce constituent une thématique qui se répercute sur l’ensemble du pays. En général, l’emploi a augmenté, mais certains districts ont déclaré une croissance moins rapide des emplois. Les entreprises continuent de signaler des difficultés à trouver la main-d’oeuvre nécessaire – un enjeu aggravé par le nombre de places en garderie ainsi que par l’incertitude liée à l’arrivée de l’année scolaire et les prestations accordées aux chômeurs, comme l’indique le livre beige.

Le déficit commercial des États-Unis a atteint les 63,6 milliards de dollars en juillet, comparativement à 53,5 milliards de dollars en juin. Il s’agit du déficit le plus élevé depuis 2008. Les exportations ont augmenté de 8,1 % dans tous les secteurs, mais les importations ont augmenté encore davantage, soit de 10,9 %. Le secteur automobile a enregistré des gains tant dans les importations que dans les exportations.

Le nombre d’emplois non agricoles a augmenté de 1,4 million au mois d’août, après l’augmentation de 1,7 million constatée en juillet. On a observé des gains sur le plan de l’emploi dans les secteurs de la vente au détail, des services professionnels et commerciaux, des loisirs et du tourisme d’accueil, ainsi que dans les secteurs des services éducatifs et de la santé. L’augmentation a aussi été soutenue par l’embauche de 238 000 employés temporaires pour le recensement de 2020. Le taux de chômage est passé de 10,2 % à 8,4 %. Les mises à pied temporaires ont baissé de 3,1 millions pour s’établir à 6,2 millions, comparativement à un sommet de 18,1 millions de mises à pied déclarées au mois d’avril. Par contre, le nombre de travailleurs licenciés de façon permanente a augmenté de 534 000 pour atteindre 3,4 millions, soit 2,1 millions de plus qu’en février.

Les demandes hebdomadaires de prestations de chômage ont atteint 881 000 pour la semaine se terminant le 29 août, comparativement à 1 million de demandes la semaine précédente. Les chiffres ont été supérieurs aux 950 000 demandes que prévoyaient l’ensemble des marchés. Les demandes de prestations de chômage continues sont passées de 14,5 millions à 13,3 millions.

International – hausse continue des indices PMI pour la Chine; augmentation de la production industrielle du Japon; contraction des exportations de la Corée du Sud; baisse des ventes au détail de la zone euro; atténuation des commandes manufacturières de l’Allemagne

L’indice PMI général composé calculé par Caixin pour la Chine est passé de 54,5 en juillet à 55,1 au mois d’août. Il s’agit du deuxième indice le plus élevé depuis décembre 2010, juste derrière l’indice de juin 2020. L’indice PMI manufacturier général a augmenté légèrement, passant de 52,8 à 53,1, alors que l’indice PMI des services généraux a un peu diminué de 54,1 à 54,0. Les activités continuent de reprendre tant dans les services que dans le secteur manufacturier. Dans le secteur manufacturier, la production et les nouvelles commandes ont bondi, les entreprises ayant signalé la première augmentation des ventes à l’exportation de 2020. Dans le secteur des services, la croissance des nouvelles commandes ralentit, mais reste forte grâce au nombre accru de clients et la reprise des projets au mois d’août. Les entreprises de service ont augmenté leurs effectifs pour la première fois depuis le mois de janvier, alors que les niveaux de personnel dans le secteur manufacturier ont chuté, ce qui indique peut-être que l’emploi s’est déjà stabilisé puisque les entreprises avaient déjà noté d’importants carnets de commandes. Les fabricants ont également signalé une détérioration de la performance des fournisseurs au mois d’août, en indiquant souvent des délais de livraison plus longs en raison de ruptures de stock de ceux-ci. En général, les entreprises continuent de prévoir une meilleure conjoncture, mais un grand nombre d’entre elles se sont dites inquiètes de l’incidence continue sur le fonctionnement et sur les ventes.

La production industrielle du Japon a augmenté de 8,0 % en juillet, après une augmentation de 1,9 % en juin. Les gains ont été favorisés par le secteur automobile et les produits liés aux technologies de l’information, alors que le secteur des machines était à la traîne.

Au mois d’août, les exportations de la Corée du Sud ont baissé de 9,9 % comparativement à l’année précédente, après une baisse de 7,1 % en juillet. Les exportations vers ses plus importants partenaires commerciaux (Chine, États-Unis, Japon et Union européenne) ont baissé.

Les ventes au détail ont diminué de 1,3 % dans la zone euro au mois de juillet, et ce, malgré le relâchement des mesures de confinement dans de nombreux pays. La baisse a été attribuable aux produits non alimentaires (carburant exclu), particulièrement aux textiles, aux vêtements et aux chaussures qui ont baissé de 25,8 %.

Les commandes manufacturières de l’Allemagne ont augmenté de 2,8 % en juillet, un important ralentissement après une hausse de 27,9 % en juin. La hausse a été alimentée par les biens intermédiaires qui ont augmenté de 9,5 %. Les commandes de biens de consommation ont peu bougé, alors que les commandes de biens d’équipement ont légèrement baissé.


Aperçu de l’avenir

Les marchés canadiens et américains sont fermés le lundi 7 septembre, jour de la fête du Travail.

Canada – mises en chantier de logements et réunion de la Banque du Canada (le 9 septembre)

Les mises en chantier de logements ont constitué un point fort de l’économie canadienne, et on prévoit que cet élan se maintiendra au mois d’août.

On ne prévoit pas que la Banque du Canada apporte des changements à ses politiques lors de sa réunion, mais celle-ci est susceptible de réaffirmer son engagement à l’endroit de son programme d’achat d’éléments d’actif. Les marchés sont à l’affût de tout indice d’une orientation future.

États-Unis – indice de la NFIB sur l’optimisme des petites entreprises (le 8 septembre); indice des prix à la consommation (le 11 septembre)

La semaine commence avec l’indice de la National Federation of Independent Business (NFIB) sur l’optimisme des petites entreprises qui s’était fortement rétabli depuis le début de la pandémie, mais a fléchi en juillet. L’indice des prix à la consommation sera la principale publication cette semaine. Les prix de l’essence se sont stabilisés, mais la réouverture de l’économie s’est poursuivie, ce qui aurait dû soutenir l’inflation. Les frais d’exploitation se rapportant à la pandémie sont aussi susceptibles d’y contribuer.

International – production industrielle de l’Allemagne (le 7 septembre); réunion de la Banque centrale européenne (le 10 septembre); PIB du Royaume-Uni (le 11 septembre)

La production industrielle allemande s’est rétablie fortement de la période de confinement, mais est restée de 12 % inférieure aux niveaux d’avant la pandémie en février. Ces chiffres vont vraisemblablement continuer de s’améliorer, selon les marchés prévoyant généralement une hausse de 4,5 % en juillet, d’après des sondages et des observations positifs.

On ne prévoit pas de changements aux politiques lors de la prochaine réunion de la Banque centrale européenne. Une prévision actualisée de croissance et d’inflation pourrait être un indice quant aux prochaines mesures de la Banque centrale, et les marchés seront à l’affût de tout commentaire de sa présidente, Christine Lagarde, au sujet du nouveau cadre des politiques de la Réserve fédérale américaine qui tolère une inflation plus élevée. On s’inquiète également du fait que la force récente de l’euro puisse nuire en ce qui concerne la croissance et l’inflation.

Enfin, on prévoit une forte hausse du produit intérieur brut du Royaume-Uni de juillet grâce à la réouverture du secteur du tourisme d’accueil qui devrait grandement contribuer.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.