Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 11 septembre 2020

Développements du marché

Actions

La débâcle technologique s’est poursuivie pendant la semaine, faisant de beaucoup fléchir les actions, et a touché le marché boursier en général en semant l’inquiétude à propos de la valeur des actions. Les déclarations conciliantes de la banque centrale ont aidé à réduire les préoccupations au sujet du rétablissement de la demande, tandis que la rentrée scolaire et le refroidissement des températures attisaient la crainte d’une nouvelle vague de cas de COVID-19. Aux États-Unis, les démocrates du Sénat ont bloqué un projet de loi républicain de relance économique lié à la COVID-19 et assorti de 300 milliards de dollars, ce qui accentue l’incertitude. Le S&P 500 a reculé de 2,51 %, alors que le S&P/TSX a connu une très légère augmentation de 0,03 %.

Revenu fixe

Le rendement des obligations a reculé en raison de préoccupations au sujet du degré élevé d’incertitude et de la recherche de sécurité des investisseurs. La Réserve fédérale américaine, la Banque du Japon et la Banque d’Angleterre se rencontreront la semaine prochaine. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du Trésor américain a reculé de 5 points de base, terminant la semaine à 0,67 %. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du gouvernement du Canada a chuté de 5 points de base, terminant la semaine à 0,55 %.

Marchandises

Les cours du pétrole ont baissé de 5,98 %, entraînés par des préoccupations au sujet de la demande. Les prix de l’or et du cuivre ont résisté, le premier augmentant de 0,34 % et le deuxième reculant de 0,30 %.


Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 11 septembre 2020


Développements macroéconomiques

Canada – La Banque du Canada affirme que l’économie aura besoin de mesures « extraordinaires »; hausse des mises en chantier d’habitations

La Banque du Canada a maintenu son taux de 0,25 % et accepté de poursuivre son programme d’assouplissement quantitatif. La banque centrale affirme qu’« avec la réouverture de l’économie, la reprise de l’activité au troisième trimestre semble plus rapide qu’on le prévoyait en juillet » et les marchés de financement principaux vont bien. Cependant, un haut degré d’incertitude demeure tandis que l’économie se rétablit et que la Banque du Canada continue de soutenir l’économie par des mesures « extraordinaires », ce qui suggère que les taux demeureront bas plus longtemps.

Il y a eu 262 000 mises en chantier en août, une hausse par rapport aux 245 000 de juillet, grâce notamment à de nombreuses mises en chantier de logements collectifs en Ontario. La SCHL s’attend à ce que « les mises en chantier au Canada suivent une tendance à la baisse d’ici la fin de 2020 en raison des répercussions négatives de la COVID-19 sur les indicateurs de l’économie et du logement ».

États-Unis – Hausse de l’optimisme de la NFIB pour les petites entreprises; hausse de l’IPC

L’indice de l’optimisme de la NFIB est passé de 98,8 en juillet à 100,2 au mois d’août. L’état de l’économie de la petite entreprise s’améliore compte tenu de hausses de l’embauche prévues, mais l’incertitude au sujet de l’avenir demeure élevée. Au chapitre de l’emploi par secteur, la croissance demeure forte dans celui de la construction et dans le secteur manufacturier, tandis que le secteur des services accuse toujours un retard.

L’Indice des prix à la consommation (IPC) basé sur les données désaisonnalisées a augmenté de 0,4 % en août, après une hausse de 0,6 % en juillet. Sur une base annuelle, l’IPC a augmenté de 1,3 %. L’augmentation mensuelle a été généralisée, mais elle est principalement attribuable aux prix des voitures et des camions d’occasion, et de l’essence. L’IPC de base, excluant l’alimentation et l’énergie, a augmenté de 0,4 %.

International – La BCE observe une diminution du risque de déflation; la production industrielle en Allemagne affiche une croissance modeste; le rétablissement du PIB du Royaume-Uni est attribuable aux secteurs les plus durement touchés

Comme les marchés s’y attendaient, la Banque centrale européenne a laissé les taux d’intérêt et les achats d’actifs inchangés. Dans une nouvelle prévision, le PIB de 2020 a été révisé à la hausse : on s’attend maintenant à une diminution de 8,0 % plutôt que de 8,7 %. La présidente Christine Lagarde a déclaré que le risque de déflation a diminué depuis juin. Il n’y a pas d’objectif de taux de change cible, et entre-temps, la BCE surveillera l’effet de la hausse de l’euro en ce qui a trait à l’inflation. La BCE dit rester prête à utiliser tous les outils à sa disposition.

Après un bond de 9,3 % en juin, la production industrielle en Allemagne a augmenté de 1,2 % en juillet, ce qui est inférieur à la prévision du marché, fixée à 4,5 %. La production de biens de consommation a progressé de 2,8 %, tandis que les secteurs de l’énergie et de la construction ont reculé de 0,6 % et de 4,3 % respectivement. En ce qui concerne l’industrie automobile, la production a connu une hausse de 6,9 %, mais demeure toutefois inférieure de 15 % aux niveaux de février.

Le PIB du Royaume-Uni a augmenté de 6,6 % en juillet, après une augmentation de 8,7 % en mai. L’augmentation est répartie dans tous les secteurs, avec en tête la construction, avec une hausse de 17,6 %, le secteur manufacturier, avec 6,3 %, et le secteur des services, avec 6,1 %. Cependant, il est important de souligner que ces trois secteurs avaient été les plus durement touchés. D’après les données les plus récentes, tout juste plus de la moitié du recul de la production causée par la pandémie de COVID-19 a été rattrapée, et le PIB demeure inférieur de 11,7 % aux niveaux d’avant la pandémie observés en février.


Aperçu de l’avenir

Canada – Ventes manufacturières (15 septembre); IPC (16 septembre); ventes au détail (18 septembre)

Le Canada doit publier cette semaine les données des ventes au détail et des ventes manufacturières de juillet, qui devraient grimper de 9,0 % et de 0,7 % respectivement, reflétant la poursuite de la réouverture de l’économie du pays. La poursuite du rétablissement de l’industrie automobile devrait y contribuer. Cette semaine, l’attention sera portée sur l’IPC d’août, qui devrait augmenter de 0,1 % grâce à la solide stabilité des prix de l’essence.

États-Unis – Production industrielle et indice Empire State du secteur manufacturier (15 septembre); réunion de la Fed et ventes au détail (16 septembre); perspectives de la Fed de Philadelphie sur le secteur manufacturier (17 septembre)

La semaine commence avec la production industrielle d’août, qui devrait avoir augmenté de 1,0 %, suivie d’un aperçu de l’état du secteur manufacturier avec la publication des perspectives des entreprises manufacturières de la Fed de Philadelphie et d’Empire State.

Le point saillant de la semaine sera la réunion de la Fed, car les marchés attendent les résultats de l’examen du cadre stratégique. Comme elle a déjà communiqué un changement à sa politique de taux pour adopter une cible d’inflation moyenne plus souple de 2 %, les marchés souhaitent obtenir des précisions sur le cadre stratégique. Aucun changement de taux n’est prévu, et les communications antérieures donnent à penser que la Fed ne juge pas nécessaire de formuler des recommandations explicites à ce stade.

On prévoit une augmentation des ventes au détail de 1,0 % au mois d’août. La hausse des ventes automobiles et du prix de l’essence devrait y contribuer, mais il y a un risque de recul, compte tenu de la réduction de l’aide gouvernementale.

International – Production industrielle et ventes au détail en Chine (15 septembre); enquête ZEW sur l’Allemagne (16 septembre); réunion de la Banque du Japon et de la Banque d’Angleterre (17 septembre)

Les données des activités du mois d’août en Chine marqueront le début de la semaine sur le plan international. Les ventes au détail devraient s’être stabilisées après une chute en juillet, tandis que la progression de la production industrielle devrait s’être poursuivie dans un contexte où l’état de l’économie s’améliore partout dans le monde.

Comme d’habitude, le sondage ZEW en Allemagne sera vu comme un indicateur de croissance précoce mais solide.

Enfin, il y aura des annonces de la Banque du Japon et de la Banque d’Angleterre. On ne prévoit pas de changements à la politique monétaire, mais il sera en revanche intéressant de voir si des commentaires sont faits au sujet du récent changement de cible d’inflation de la Fed ou si des indices d’un plus grand assouplissement à venir transparaissent.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.