Pouls hebdomadaire du marché - Semaine se terminant le 27 novembre 2020

Développements du marché

Actions

La reprise du marché se poursuit, avec un troisième vaccin potentiel qui obtient des résultats positifs aux essais cliniques. L’humeur du marché s’est améliorée après que le président Donald Trump a affirmé qu’il transférerait le pouvoir au président désigné Joe Biden si le collège électoral confirmait la victoire. Le procès-verbal de la Réserve fédérale américaine indique qu’il pourrait y avoir des directives et des ajustements additionnels concernant l’achat d’actifs, mais la politique restera accommodante. L’indice S&P 500 s’est apprécié de 2,27 % et a terminé la semaine à un niveau record. L’indice NASDAQ a aussi terminé la semaine à un niveau record, tandis que l’indice Dow Jones a brièvement dépassé les 30 000 points pour la première fois de son histoire. L’indice S&P/TSX a augmenté de 2,22 %.

Revenu fixe

Le rendement des obligations a légèrement progressé, soutenu par un optimisme croissant. Le rendement sur 10 ans de l’obligation du Trésor américain a augmenté d’un point de base pour clore la semaine à 0,84 %. Le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a grimpé de 3 points de base, terminant la semaine à 0,68 %.

Marchandises:

La reflation se poursuit, tandis que l’or a chuté de 4,45 %. La coalition OPEP+ est en pourparlers, envisageant de continuer à limiter la production. Les cours du pétrole et du cuivre ont connu une hausse respective de 8,00 % et de 3,43 %.


Performance (rendement des cours)

Performance (rendement des cours)

En date du 27 novembre 2020


Développements macroéconomiques

Canada – le moral des petites entreprises reste bas 

Le moral des petites entreprises reste bas : le Baromètre des affaires de la FCEI est passé de 53,3 à 55,7 en novembre. En moyenne, le régime des entreprises est maintenu à 70 % de son potentiel et les perspectives d’amélioration dans les trois prochains mois demeurent faibles.

États-Unis – L’indice PMI d’IHS Markit est hausse, porté par l’espoir d’un vaccin; les commandes de biens durables sont en hausse pour un sixième mois; les revenus des consommateurs reculent et leurs dépenses augmentent; le procès-verbal du FOMC indique que de nouvelles directives sont à venir

L’indice composé PMI Flash d’IHS Markit pour les États-Unis a grimpé de 56,3 à 57,9 en novembre. L’indice PMI du secteur des services est passé de 56,9 à 57,7 et l’indice PMI manufacturier de 53,4 à 56,7. La reprise de l’activité commerciale se poursuit : les données témoignent de l’expansion la plus rapide des cinq dernières années. Les entreprises font état d’une hausse de la production et des nouvelles commandes, principalement attribuable à la demande intérieure.

La croissance des exportations a ralenti. On a constaté une forte croissance de l’emploi, conséquence d’une hausse dans les services, alors que l’embauche a ralenti dans le secteur manufacturier. La croissance de la demande a aussi donné l’occasion aux entreprises d’augmenter leurs prix, ce qui a contribué à une augmentation des coûts de production.

L’optimisme à l’égard de l’année à venir s’est accentué, porté par les nouvelles au sujet des vaccins et la fin de l’incertitude à propos des résultats de l’élection.

Les commandes de biens durables ont augmenté de 1,3 % en octobre – une sixième hausse mensuelle consécutive. Les augmentations ont été généralisées, mais les ordinateurs et la fabrication de produits métalliques ont connu les hausses les plus marquées.

Le revenu personnel a diminué de 0,7 % en octobre, tandis que les dépenses ont augmenté de 0,5 %. La diminution du revenu est la conséquence de la diminution des prestations gouvernementales, principalement le complément salarial pour les pertes de revenu. La portion des revenus que constitue la rémunération a augmenté en raison d’une hausse des salaires dans le secteur privé.

Le procès-verbal de la Federal Open Market Committee (FOMC) indique que les membres de la Réserve fédérale américaine ont discuté de leur programme d’achat d’actifs. Les participants ont convenu qu’il était essentiel de maintenir le caractère accommodant de sa politique pour favoriser la reprise économique et atteindre son objectif à long terme d’une inflation de 2 %. Cependant, beaucoup sont en faveur d’une actualisation de leurs directives, ce qui laisse croire que de nouvelles directives pourraient être présentées en décembre. Parmi les possibilités discutées, il y a celle de repousser l’échéance moyenne des achats, à l’image de la Banque du Canada il y a quelques semaines.

International – l’indice PMI pour la zone euro se contracte; l’indice IFO de l’Allemagne indique le retour du pessimisme; la BCE est préoccupée par le recul de l’inflation

L’indice PMI Flash d’IHS Markit pour la zone euro a chuté, passant de 50,0, position neutre, à 45,1 en août. L’indice PMI de la fabrication a reculé, passant de 58,4 à 55,5, mais l’expansion se poursuit, tandis que l’indice PMI des services est passé de 46,9 à 41,3. Les données signalent un ralentissement brutal en novembre dans un contexte de multiplication des restrictions sévères et de détérioration généralisée, mais en particulier dans les services, secteur le plus durement touché par les mesures de confinement. L’Allemagne a été le seul pays où la croissance s’est poursuivie, quoique faiblement : l’indice composé PMI passant de 55,0 à 52,0.

L’indicateur IFO du climat des affaires en Allemagne est passé de 92,5 à 90,7 en novembre. En frappant l’Allemagne, la deuxième vague de la pandémie de coronavirus y a plombé l’optimisme. Le secteur manufacturier a été le seul où les conditions se sont améliorées : la baisse des attentes n’a que partiellement neutralisé la hausse des nouvelles commandes. Les secteurs des services, du commerce et la construction ont tous trois reculé.

Le procès-verbal de la Banque centrale européenne confirme le message envoyé lors de la dernière réunion : la BCE recalibrera ses outils à la prochaine réunion. La BCE constate que la reprise économique perd de son élan et que les prévisions concernant l’inflation s’assombrissent, indiquant « que les taux de croissance de 35 % des composantes sont actuellement négatifs et que les tensions sous-jacentes sur les prix sont également modérées, laissant craindre un effet durable ».


Aperçu de l’avenir

Canada – PIB (1er décembre); enquête sur la main-d’oeuvre (le 4 décembre)

Statistique Canada a précédemment estimé qu’il y aurait une hausse de 0,7 % en septembre, ce qui, si la prévision se révèle exacte, constituerait une augmentation du PIB d’environ 10 % au troisième trimestre (augmentation annualisée de 47 %). L’accent sera mis sur l’estimation d’octobre, quand les autorités d’une partie du Canada ont imposé un nouveau confinement. Les données sur l’emploi ont dépassé les attentes en octobre, mais la croissance a considérablement ralenti, et les restrictions devenant plus sévères, l’enquête sur la main-d’oeuvre de novembre sera un élément clé à prendre en compte. La nécessité d’une hausse de 20 000 emplois fait consensus sur le marché.

États-Unis – le Livre beige de la Réserve fédérale (le 2 décembre); demandes de prestations de chômage (le 3 décembre); emplois non agricoles (le 4 décembre)

Le Livre beige de la Réserve fédérale révélera davantage de nuances de la situation économique aux États-Unis, et sera suivi des données sur l’emploi. Les premières seront celles des demandes de prestations de chômage, en hausse pour une deuxième semaine consécutive, mais il y a des signes de stagnation de la reprise. Les deuxièmes sont celles sur les emplois non agricoles. Les marchés s’attendent toujours à ce que le marché du travail se redresse, mais plus lentement. Une hausse de 500 000 emplois, comparativement à celle de 638 000 emplois du mois dernier, fait consensus sur le marché.

International – Indice PMI en Chine, PIB et exportations de la Corée, et IPC de la zone euro (1er décembre); commandes manufacturières en Allemagne (4 décembre)

L’indice PMI de la Chine pour novembre devrait demeurer expansionniste, le secteur manufacturier de principaux partenaires commerciaux a résisté à la deuxième vague. Le PIB de la Corée au troisième trimestre sera présenté : on s’attend à une croissance économique de l’ordre de 1,9 % attribuable à une augmentation des exportations. Les données sur l’exportation en novembre seront également présentées : on s’attend à une hausse importante, soit de 9,6 % en glissement annuel. Les données préliminaires ont montré la résilience de l’exportation, malgré la deuxième vague.

Le procès-verbal de la BCE de la semaine dernière prévient de la possibilité d’une faible inflation, les prix de 35 % des composantes étant en baisse. L’IPC de la zone euro devrait reculer de 0,3 % en novembre. Les commandes manufacturières en Allemagne se sont fortement redressées, en hausse au cours de cinq mois consécutifs, et on s’attend à une légère hausse en octobre. Il y a un risque que la deuxième vague ait plombé la croissance, mais d’après d’autres indicateurs, le secteur manufacturier reste stable.

Patrimoine Aviso Inc. (« Patrimoine Aviso ») est la société mère de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc. Patrimoine Aviso est une filiale en propriété exclusive de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même détenue à 50 % par Desjardins Holding financier Inc. et à 50 % par une société en commandite appartenant aux cinq caisses provinciales Credit Union (les « Caisses ») ainsi qu'au groupe CUMIS.

Les services de courtage en ligne sont offerts par l’intermédiaire d’Investisseur Qtrade, une division de Valeurs mobilières Credential Qtrade Inc., une filiale en propriété exclusive de Patrimoine Aviso Inc. et membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Ce document existe à des fins de renseignements seulement. Ce document a été préparé à l’aide de sources jugées fiables, mais Investisseur Qtrade ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, le caractère opportun et la fiabilité des informations. Les renseignements, schémas et graphiques sont présentés à titre d’illustrations seulement; ils sont modifiables sans préavis. Tous les placements sont assujettis à des risques, y compris la perte éventuelle de capital.