Qu’est-ce que la vente à découvert et pourquoi les investisseurs la pratiquent-ils?

La vente à découvert peut fournir aux négociateurs aguerris et aux investisseurs avertis une occasion de tirer profit de la contraction des marchés. Les investisseurs s’en servent lorsqu’une entreprise ou un secteur leur semble surévalué, en vue de générer un profit à la chute du cours de ses actions.

Cependant, la vente à découvert constitue une stratégie de placement exigeante et potentiellement chronophage. De plus, si cette stratégie peut générer de grands bénéfices, elle peut aussi causer d’importantes pertes.

Comment fonctionne la vente à découvert?

Lorsque vous vendez à découvert, c’est que vous prévoyez une baisse du cours des actions. Vous empruntez les actions dans les avoirs de votre courtier, celles-ci sont vendues, et le produit est versé dans votre compte.

Puis, à un certain moment (idéalement lorsque la valeur a considérablement chuté), vous rachetez la même quantité d’actions (c’est ce qu’on appelle la « couverture »), que vous rendez à votre courtier. Si les actions ont chuté, vous réalisez un profit; si elles ont augmenté, vous perdez de l’argent.

Le nécessaire de la vente à découvert

Compte tenu du risque supplémentaire que cette stratégie implique, vous devez obtenir une approbation pour l’utiliser. Vous faites des échanges à partir d’un compte sur marge dans lequel vous devrez déposer le coût total des actions servant à la vente à découvert, en plus d’un dépôt de garantie allant de 30 à 100 % de la valeur de votre position. Si le cours des actions monte, vous devrez peut-être ajouter de l’argent dans votre compte, dans ce qu’on appelle un « appel de marge ».

La vente à découvert engendre plusieurs frais : commission d’opération, possibles intérêts sur la marge ainsi que la totalité des dividendes, distributions ou droits déclarés pendant la période du prêt.

Comment y gagner, comment y perdre

Vous réaliserez un profit si le prix de vente est considérablement plus bas que votre prix d’achat. Supposons que vous vendez à découvert 1 000 actions de la Compagnie Z à 25 $ l’action. Deux mois plus tard, vous rachetez les actions, maintenant à 5 $. Votre profit brut s’élève à 20 000 $, soit 20 $ (ou 25 $ - 5 $) x 1 000. Pour calculer votre profit net, vous devrez ensuite soustraire les frais décrits précédemment.

Cependant, si la valeur de ces mêmes actions augmentait à 90 $ pièce, vos pertes s’élèveraient à 65 000 $, soit 65 $ (ou 90 $ - 25 $) x 1 000.

Si vos gains peuvent atteindre un maximum de 100 % de votre placement, vos pertes peuvent, du moins en théorie, être illimitées.

Les avantages de la vente à découvert

Il est possible de faire beaucoup d’argent avec la vente à découvert, car les actions et les marchés tendent à reculer plus rapidement qu’ils ne progressent. Par exemple, si l’indice S&P 500 a doublé de 2002 à 2007, il a chuté de 55 % au cours des dix-huit mois subséquents1.

Fait notable : en 1992, George Soros mise contre la Banque d’Angleterre et, lorsque la livre chute, il réalise un profit d’environ 1,5 milliard USD2. En 2001, Jim Chanos de Kynikos Associates mise contre Enron et réalise d’importants profits lorsque l’entreprise s’effondre3.

La vente à découvert peut également s’avérer utile pour dynamiser le risque d’un portefeuille : les investisseurs peuvent protéger leurs placements à long terme au moyen de positions vendeur compensatrices.

Les risques de la vente à découvert

Vous risquez aussi de perdre beaucoup d’argent. Le PDG de Tesla, Elon Musk, entretient une relation hargneuse avec les vendeurs à découvert qui misent contre son entreprise depuis un certain temps4.

Après son gazouillis évoquant la privatisation de Tesla en août 2018, les actions de l’entreprise ont bondi de 11 %, ce qui a coûté environ 1,3 milliard USD aux vendeurs à découvert5.

Vous pourriez parfois être forcé de racheter rapidement les actions, ce qu’on appelle un « rachat ». Ce phénomène peut survenir lorsque le prêteur demande à récupérer les actions pour les vendre ou force la fermeture de la position parce qu’il craint que de lourdes pertes nuisent à la probabilité de récupérer les actions. Ces situations sont toutefois très rares.

La croissance du cours d’une action comptant un très grand nombre de positions à découvert engendre une liquidation forcée des positions courtes, ce qui peut obliger les vendeurs à fermer leurs positions, souvent à perte.

Les autorités de réglementation peuvent aussi imposer une interdiction de vente à découvert dans certains secteurs ou marchés afin d’éviter la panique, ce qui cause des pertes imprévues.

Pour être profitable, une vente à découvert doit survenir au bon moment. Vous avez peut-être prévu la chute de valeur d’une entreprise, mais encore vous faut-il choisir le moment adéquat. Cette dépendance au choix du moment vous oblige à surveiller vos positions de près. Les spéculateurs sur séance sont bien placés pour employer une stratégie de vente à découvert, car leur niveau d’activité leur permet de prendre des décisions rapides qui génèrent des gains ou minimisent les pertes. Certes, vous n’avez pas besoin d’en être un pour employer cette stratégie, mais vous devriez être sûr d’avoir le temps de surveiller activement vos positions.

La vente à découvert du marché

Si vous avez une vision pessimiste de l’ensemble du marché, vous pouvez vendre à découvert tant des fonds négociés en bourse (FNB) à rendement inverse que des actions individuelles. Ces FNB servent à réaliser un profit lorsque le marché s’effondre. Par exemple, vous pouvez investir dans des FNB qui misent sur un repli de la Bourse de Toronto, du S&P 500 et des obligations d’épargne du Canada à 10 ans.

La vente à découvert avec Investisseur Qtrade

Tout investisseur peut utiliser un compte sur marge Investisseur Qtrade pour la vente à découvert, mais il doit remplir certaines conditions, y compris le maintien d’une somme minimale de 10 000 $ en titres.

La vente à découvert est permise sur les actions à grande capitalisation de plus de 3 $, mais pas sur celles de moins de 3 $ ni sur les actions de deuxième rang. L’évaluation à la valeur du marché (soit lorsque la juste valeur des actions est évaluée et que la marge est intégrée à votre compte acheteur ou en est sortie) est effectuée chaque lundi.

Pour en savoir plus sur la vente à découvert

Qtrade offre une quantité de ressources gratuites vous permettant d’en apprendre sur la vente à découvert et les opérations sur actions en général.

Notre Guide des opérations sur marge vous montrera comment vous servir de l’effet de levier pour augmenter potentiellement vos rendements.

 

Références

1 Brian Beers, « Short selling basics », Investopedia, 25 janvier 2018 (consulté le 30 octobre 2018).

Sur Internet : https://www.investopedia.com/articles/investing/100913/basics-short-selling.asp.

2 Steve Schaefer, « How George Soros Broke The British Pound And Why Hedge Funds Probably Can’t Crack The Euro », Forbes, 17 juillet 2015 (consulté le 30 octobre 2018). Sur Internet : https://www.forbes.com/sites/steveschaefer/2015/07/07/forbes-flashback-george-soros-british-pound-euro-ecb/#663c66f61315.

3 Jane Lewis, « Jim Chanos: the short-seller who called Enron », Money Week, 28 septembre 2018 (consulté le 30 octobre 2018). Sur Internet : https://moneyweek.com/495688/jim-chanos-the-short-seller-who-called-enron/.

4 Matthew DeBord, « Elon Musk didn’t used to care about short sellers—here’s why he does now », Business Insider, 17 août 2018 (consulté le 30 octobre 2018). Sur Internet : https://www.businessinsider.com/why-elon-musk-cares-about-short-sellers-2018-8.

5 Tae Kim, « Elon Musk’s tweet about going private costs Tesla short sellers $1.3 billion », CNBC, 8 août 2018 (consulté le 30 octobre 2018). Sur Internet : https://www.cnbc.com/2018/08/07/elon-musks-tweet-about-going-private-costs-tesla-short-sellers-more-t.html.