Cinq bénéfices fiscaux des REER

Par le spécialiste de l’impôt et de la succession Doug Carroll, B.A.A., LL.B., LL.M. (fiscalité), CFP, TEP

Profiter pleinement des avantages du régime enregistré

Un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) vous aide à épargner en vue de la retraite d’une manière avantageuse sur le plan fiscal. Grâce à cinq bénéfices clés, un REER vous incite à épargner, vous permet de reporter de l’impôt pour épargner davantage et, finalement, pave la voie à une réduction de l’impôt sur le revenu à votre retraite.

1.       Cotisations déductibles du revenu imposable

À chaque dollar que vous versez dans un REER, vous pouvez faire une déduction de votre revenu.

En un sens, vous refusez de recevoir cette partie de vos revenus dans l’année en cours, pour vous constituer des revenus plus tard. Bien que ces revenus vous appartiennent, vous les mettez de côté dans un REER, dans lequel vous pouvez les investir, jusqu’à ce que vous les en retiriez, idéalement à votre retraite.

Il y a des limites au montant que vous pouvez déduire, en fonction de vos revenus et cotisations passés, mais ce sont ses rouages sur lesquels nous nous concentrons.

2.       Investir avant impôt

Si vous n’aviez pas effectué de cotisation à un REER, vous auriez eu de l’impôt à payer sur ce montant. Vos fonds disponibles pour des placements auraient été plus bas que ce qui reste à votre disposition, en comptant les fonds dans votre REER. Autrement dit, vous investissez des fonds avant impôt plutôt qu’après impôt.

3.       Revenus et croissance à l’abri de l’impôt

Avec ces fonds avant impôt plus importants dont vous bénéficiez, la prochaine étape en ce qui a trait à votre REER consiste à faire des placements. Alors que ces placements gagnent en valeur et génèrent des revenus, il n’y a pas d’impôt à payer : comme on dit souvent, un REER est « à l’abri de l’impôt ».

Certains préfèrent parler d’« impôt différé », car les retraits seront imposables. Par contre, d’ici à ce que vous les retiriez, il y a plus à réinvestir, ce qui m’amène au sujet suivant : la capitalisation.

4.       Réinvestissement et capitalisation à votre avantage sur le plan fiscal

Tout comme la possibilité d’épargner des fonds avant impôt pour avoir plus initialement à investir, réinvestir les revenus générés à l’abri d’impôt peut accélérer la croissance de vos avoirs. C’est avantageux dès le début, et ce l’est encore plus au fil du temps, grâce à l’effet composé de la capitalisation.

Au départ, seul votre capital est investi, mais au fur et à mesure qu’il génère des revenus, vous pouvez les investir, et ainsi générer des revenus à partir de revenus. Année après année, ce réinvestissement répété est à l’origine d’une portion croissante des revenus générés, jusqu’à peut-être un jour dépasser ce que vous rapportent vos propres cotisations.

Cet effet composé n’est pas exclusif aux REER, mais il sera accentué dans un REER, car vous pouvez faire fructifier la totalité de vos gains sans retrancher d’impôt sur ceux-ci.

5.       Impôt différé jusqu’au retrait, probablement à un palier d’imposition inférieur

Jusqu’à maintenant, j’ai abordé ce qui aide à faire croître vos placements : l’impôt différé à la fois sur les cotisations et sur les revenus générés. Maintenant, au retrait, vient le temps de payer l’impôt. Mais vous payerez moins d’impôt en utilisant un REER, car votre taux d’imposition devrait être plus bas à votre retraite qu’au cours des années d’activités où vous avez cotisé.

Et si vous êtes au début de votre carrière et gagnez peu? La plupart des gens cotisent à un REER et demandent la déduction. C’est une habitude d’épargne judicieuse, mais vous pouvez aussi être stratégique à l’égard de l’impôt. Plutôt que de demander la déduction la même année, vous pouvez la reporter à une année où vous serez à un palier d’imposition supérieur, de sorte que la déduction soit encore plus avantageuse.

 

Les renseignements de cet article proviennent de sources réputées fiables, mais leur précision ou intégralité n’est pas garantie. Ce matériel est fourni à des fins informatives et éducatives et ne vise pas à fournir des conseils précis, y compris, sans toutefois s’y limiter, sur les placements, les finances, les impôts ou d’autres sujets similaires.