Aperçu hebdomadaire du marché se terminant le 27 mars

Marché canadien

Pour la semaine se terminant le 27 mars 2020

  • TSX se rallie. L’indice composé S&P/TSX a gagné 7,05 % la semaine dernière. Les marchés boursiers ont rapidement rebondi alors même que les cas de COVID-19 ont plus que doublé pour atteindre 592 844. Des mesures de relance monétaire supplémentaires introduites par les banques centrales, parallèlement aux mesures budgétaires gouvernementales à l’échelle mondiale, ont soutenu les marchés. Le rendement à 10 ans du gouvernement du Canada a chuté de 13 points de base, terminant la semaine à 0,74 %.
  • La Banque du Canada (BdC) annonce d’autres mesures de relance. La BdC a procédé à une autre baisse des taux imprévue, réduisant les taux de 50 points de base supplémentaires à 0,25 %, citant la propagation de la COVID-19 et ses conséquences sur l’économie ainsi que la baisse brutale des prix du pétrole. La BdC a également lancé deux nouveaux programmes : 1) Programme d’achat de papier commercial (PAPC) pour atténuer les tensions sur les marchés de financement à court terme, et 2) achat du marché de la dette du gouvernement du Canada sur les marchés secondaires, avec un minimum de 5 milliards de dollars par semaine jusqu’à ce que la reprise économique soit bien amorcée.
  • Le gouvernement fédéral annonce une augmentation de l’aide fiscale. Le premier ministre Justin Trudeau a dévoilé de nouvelles mesures pour aider les petites entreprises en introduisant des subventions salariales, la disponibilité de prêts par le biais des banques et des agences de financement du crédit et des reports d’impôt supplémentaires.
  • L’or et le huard brillent. Alors que les rendements réels américains retombent en territoire négatif, l’or a gagné 11,2 % pour terminer la semaine à 1 654,10 USD/oz. Alors que l’or se redressait, le dollar américain a réduit une partie de ses gains. Le taux de change USD/CAD a baissé de 2,7 %, terminant la semaine à 1,3985.
  • Pétrole à la baisse. Le pétrole brut WTI a chuté de 4,95 %, terminant la semaine à 21,5 US/baril, marquant un creux par rapport aux 17 dernières années. Le prix du pétrole brut lourd canadien Western Canada Select demeure à un rabais important par rapport à l’indice de référence mondial et a clôturé la semaine à 5,06 USD/baril. Pour de nombreux producteurs, le transport d’un seul baril de brut canadien coûte maintenant plus cher que le prix du produit lui-même.

 

S&P/TSX Composite Daily Index CHange

Variation de l’indice quotidien composé S&P/TSX

S&P/TSX Composite Daily Index CHange

Source: Bloomberg


Marchés américains et internationaux

Pour la semaine se terminant le 27 mars 2020.

  • Redressement du marché américain. Le S&P 500 (CAD) a gagné 10,3 % à la suite de l’annonce de mesures de relance sans précédent. Le rendement du Trésor américain à 10 ans a chuté de 17 points de base, terminant la semaine à 0,67 %.
  • Les États-Unis abandonnent un budget de 2 000 milliards de dollars. Le président Donald Trump a signé le plan d’aide d’urgence de 2 milliards de dollars après des négociations entre les démocrates et les républicains. Le plan fiscal aidera les travailleurs et les entreprises touchés par les perturbations économiques causées par la COVID-19.
  • La Réserve fédérale américaine annonce un « assouplissement quantitatif illimité ». Les effets du coronavirus sur l’économie ont forcé la Banque fédérale à prendre de nouvelles mesures, annonçant qu’elle achèterait des titres du Trésor et des titres adossés à des créances hypothécaires d’agence « dans les montants nécessaires pour soutenir le bon fonctionnement du marché et la transmission efficace de la politique monétaire ». La Banque fédérale avait précédemment annoncé qu’elle achèterait 500 milliards de dollars de bons du Trésor et 200 milliards de dollars de titres adossés à des créances hypothécaires d’agence. Autres annonces de la Banque fédérale : 1) une facilité de crédit aux entreprises sur le marché primaire pour soutenir le crédit aux grands employeurs, 2) une facilité de crédit aux entreprises sur le marché secondaire pour fournir des liquidités aux obligations de sociétés en circulation, 3) un prêt sur titres adossés à des créances (TAC) à terme pour permettre l’émission de certains TAC, 4) prévoit d’annoncer le programme de prêts aux entreprises (Main Street Business Lending Program) pour soutenir les prêts aux PME, et 5) la réduction des prix et l’élargissement des titres autorisés sur certaines installations déjà établies.
  • Les demandes d’assurance-chômage aux États-Unis ont atteint un niveau record. Les demandes initiales d’assurance-chômage aux États-Unis ont atteint 3 283 000 au cours de la semaine se terminant le 21 mars, contre 282 000 la semaine précédente. Cette poussée sans précédent montre la dévastation économique du coronavirus alors que les entreprises non essentielles ferment et que les demandes augmentent dans les 50 États.
  • Le PMI américain plonge encore. L’indice composé PMI américain Markit Flash de mars a chuté à 40,5 contre 49,6 en février. La baisse est principalement causée par une forte baisse de l’activité des services, qui est tombée à 39,1 par rapport à la lecture précédente de 49,4. La partie manufacturière a beaucoup plus résisté à 49,2 contre 50,7. Les entreprises interrogées ont montré des signes de contraction de l’activité commerciale après l’escalade de la pandémie de coronavirus. Les entreprises ont signalé une baisse de la demande des clients et constaté une baisse des nouvelles affaires, tout en réduisant les effectifs au rythme le plus rapide depuis décembre 2009. Pour l’avenir, les entreprises étaient généralement optimistes quant à la reprise de l’activité commerciale au cours de la prochaine année.
  • Le PMI de la zone euro chute fortement. L’indice composé PMI March IHS Markit Flash de la zone euro a chuté à un bas jamais vu depuis 1996 avec une lecture de 31,4, contre 51,6 en février. La production manufacturière et l’activité de services ont chuté, les perturbations généralisées du coronavirus ayant affecté la demande de biens et de services. L’indice PMI des services a chuté à 28,4 par rapport à la lecture précédente de 52,6, tandis que l’indice PMI manufacturier a mieux résisté à 39,5 contre 48,7. Les nouvelles commandes se sont contractées au rythme le plus rapide jamais enregistré, alors que les flux commerciaux transfrontaliers se sont accrus et que les prévisions de production future se sont détériorées pour atteindre un creux historique. Les entreprises ont déclaré avoir baissé leurs prix dans le but de stimuler les ventes et de réduire les stocks. Le sentiment de chute a provoqué la plus grande baisse mensuelle des effectifs depuis juillet 2009.
  • La confiance des consommateurs de la zone euro baisse. L’indicateur de confiance des consommateurs de la zone euro a baissé de 5 points à -11,6, l’indicateur étant désormais inférieur à sa moyenne à long terme de -11,0. Environ 15 % seulement des réponses au sondage ont été recueillies après des mesures de confinement strictes prises par certains pays, la publication finale sera donc importante à surveiller.
  • La BCE apporte un soutien supplémentaire. La BCE a élargi son programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (PAUCP) présenté une semaine auparavant. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a déclaré qu’il n’y avait « pas de limites » à l’engagement de la banque centrale alors que l’économie est confrontée au coronavirus, la BCE ayant levé diverses contraintes sur ses achats. Le PAUCP comprendra désormais des obligations à échéance plus courte, supprimera une contrainte d’achat d’obligations souveraines pour un tiers de la dette de chaque État membre et pourrait se poursuivre jusqu’en 2021.
DJIA Daily Index Change

Variation de l’indice quotidien DJIA

S&P 500 Daily Index Change

Variation de l’indice quotidien composé S&P 500


Principales informations à retenir

Le Canada rejoint le club des assouplissements quantitatifs. Parmi les nombreuses mesures politiques annoncées par la Banque du Canada au cours des dernières semaines, la plus notable a été leur annonce, vendredi dernier, de commencer à acheter au moins 5 milliards de dollars par semaine d’obligations du gouvernement du Canada. Cela équivaut à environ 1 % du PIB par mois. En réponse à la crise financière de 2008, la Banque du Canada a ramené les taux d’intérêt à 0,25 % (niveaux actuels), mais a retenu les mesures de politique monétaire non conventionnelles telles que l’assouplissement quantitatif, malgré la plupart des autres économies développées. Bien que cela augmente certainement notre fardeau de la dette dans les années à venir, il est urgent d’amortir l’impact économique du double coup dur de la pandémie de la COVID-19 et de la chute des prix du pétrole. Malgré l’augmentation des mesures de relance monétaire et budgétaire, le Canada conserverait probablement l’un des ratios dette/PIB les plus faibles des pays développés.

Les renseignements de ce rapport proviennent de sources réputées fiables, mais leur précision ou intégralité n’est pas garantie. Ce rapport est fourni à titre de source d’informations générales, et son contenu ne doit pas être considéré comme des conseils en matière de placements ou des sollicitations à acheter ou vendre des fonds communs de placement ou d’autres valeurs mobilières.